Il sera inhumé aujourd'hui à El Alia: Abdelkader Bensalah n'est plus    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Exonérations totale des pénalités et des majorations de retard: La CASNOS sensibilise    Réunion Gouvernement-walis samedi prochain    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Bekkat Berkani: Une réforme du système de santé est nécessaire    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Annaba a trouvé la parade    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    40 000 ha prévus pour la prochaine campagne agricole    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    Cinglant revers du makhzen    «La rupture avec le Maroc était nécessaire»    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Le MOC et le CRT dans l'embarras    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Les Vertes bouclent leur stage d'évaluation    Tuchel ne lâche pas Werner    Hakimi veut marquer l'histoire du club    Les préoccupations locales dominent    Les projections de l'Anade    Ca grogne    Une saignée inévitable    MERIEM    Démarrage des soldes    De nouveaux établissements inaugurés    La pénurie en eau potable était évitable    182 affaires en 9 mois    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    L'EVEIL DES CONSCIENCES    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    Lamamra s'entretient avec son homologue français    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un barrage sur le grill
2ème réunion du Conseil de sécurité de l'ONU
Publié dans L'Expression le 14 - 07 - 2021

Le Conseil de sécurité de l'ONU va de nouveau se pencher demain sur la question du barrage de la Renaissance que l'Ethiopie a érigé et dont elle a procédé au second remplissage, début juillet, malgré les doléances de l'Egypte et du Soudan qui avaient revendiqué un accord préalable rejeté par Addis Abeba. Présenté par la Tunisie, mandatée par la Ligue arabe, la doléance égypto-soudanaise vise à convaincre l'ONU de prendre en charge le dossier mais le Conseil de sécurité a déjà répondu, jeudi dernier, en affirmant que le cadre «naturel» des négociations relève de l'Union africaine (UA). Une sentence qui n'est pas pour contenter Le Caire et Khartoum même si la directrice du Programme des Nations unies pour l'environnement, Inger Andersen, a considéré, au nom des Nations unies, qu' «un accord est possible» entre les trois pays concernés, pour peu qu'il ait une «confiance» réciproque pour franchir les obstacles qui persistent autour du remplissage et de l'utilisation du barrage controversé. «Pour parvenir à un accord optimal, la confiance, la transparence et un engagement seront essentiels», avait-elle insisté, avant de regretter que les «progrès réalisés dans de nombreux domaines» n'aient pas eu raison de «certains aspects critiques» qui bloquent la recherche du consensus. Il s'agit, entre autres domaines, des dispositions relatives à la gestion des sécheresses prolongées, l'aménagement en amont et en aval du Barrage de la Renaissance ainsi que du mécanisme de règlement des différends qui ne manqueront pas d'en découler.
Pour l'Egypte, il s'agit là d'une «menace existentielle» et son ministre des Affaires étrangères, Sameh Choukry, réclame, au nom du gouvernement égyptien, «un accord légalement contraignant» qui confère à l'Ethiopie le droit de réaliser ses objectifs de développement et à l'Egypte et au Soudan le droit de garantir leur ressource en eau dont dépend leur survie. Tout indique que le projet de résolution porté par la Tunisie ne sera pas validé par le Conseil de sécurité de l'ONU qui met en garde, en outre, contre toute tentation de régler le litige par le recours à la force. Même si le texte porté par Tunis est jugé «équilibré et constructif», l'Ethiopie l'a promptement dénoncé comme un parti pris flagrant, dès lors que la Ligue arabe en est à l'origine. Celle-ci plaide, en effet, pour un règlement du conflit avant la fin de l'année en cours, un arrêt immédiat du remplissage du réservoir du barrage par l'Ethiopie et l'examen du différend en souffrance depuis 2011 par le Conseil de sécurité de l'ONU. «Si sa survie est menacée, l'Egypte n'aura d'autre choix que de défendre et de protéger son droit inhérent à la vie garanti par les lois», a déjà prévenu Sameh Choukry, sans
entrer dans les détails. La MAE soudanaise, Mariam Al-Mahdi abonde dans le même sens et exhorte le Conseil de sécurité à favoriser un accord légalement contraignant, avant d'ajouter que le silence de l'ONU signifiera un encouragement à l'intransigeance éthiopienne et un feu vert au remplissage en cours. Pour Addis Abeba, ce branle-bas de combat n'a pas de raison d'être, convaincue que le différend ne constitue guère une menace pour la paix et la sécurité internationales. L'Ethiopie argue du fait que l'Egypte et le Soudan veulent l'empêcher d'exploiter toute ressource en eau provenant du Nil, tout en sachant que, contrairement à eux, elle ne possède pas de réserves souterraines.
Les discussions que le Conseil de sécurité va avoir demain seront, sans nul doute, byzantines et il va falloir à l'Union africaine qui a conduit une médiation méritoire, malgré les blocages existants, développer une nouvelle approche autrement plus diplomatique et plus constructive, fondée sur le rejet de toute surenchère et le souci d'éviter au continent un autre conflit dont il n'a nullement besoin, dans les circonstances actuelles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.