PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Algérie rouvre sa frontière avec le Niger
Après plus d'un an de fermeture
Publié dans L'Expression le 14 - 07 - 2021

Dans le but de faciliter les échanges commerciaux entre les deux pays, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a annoncé, hier, à Alger la conclusion d'un accord pour la réouverture des frontières terrestres entre l'Algérie et le Niger.
Une annonce faite lors d'un point de presse conjoint avec le président nigérien, Mohamed Bazoum.
«Les deux pays avaient convenu de l'ouverture de la frontière pour l'exportation des produits algériens vers le Niger et l'importation des produits nigériens», a fait savoir, dans ce cadre, le président Tebboune. Cette frontière avait été fermée en mars 2020, dès la confirmation des premiers cas de coronavirus en Algérie.
La mesure visait à freiner la propagation du virus sur le territoire national.
Le président nigérien Mohamed Bazoum se trouve en Algérie depuis deux jours, à la tête d'une forte délégation, pour s'entretenir sur des questions de paix, de sécurité et de développement au Sahel avec le chef de l'Etat Abdelmadjid Tebboune.
À cet égard, il y a lieu de relever une «totale convergence» des deux pays sur l'ensemble des points évoqués par la partie nigérienne en faveur du «renforcement de la coopération dans tous les domaines, notamment l'hydraulique, le pétrole et les échanges commerciaux», a précisé Abdelmadjid Tebboune, qui a mis en exergue la nécessité d'une «politique claire» concernant les Nigériens travaillant en Algérie dans divers secteurs.
Ces entretiens ont porté sur le développement socio-économique au niveau des régions frontalières, les questions liées à la sécurité et à la circulation des personnes, notamment la sécurisation des zones frontalières, le renforcement des relations entre les services de sécurité des deux pays, le renforcement de la lutte contre la criminalité sous toutes ses formes, la facilitation de la circulation des personnes et des biens dans le cadre légal et de prévenir l'immigration clandestine.
La zone frontalière, longue de plusieurs centaines de kilomètres, entre les deux pays constitue un pont pour la promotion de l'amitié, de la fraternité, de la coopération et de la complémentarité, en dépit des contraintes sécuritaires multiples, dues essentiellement à la présence de groupes terroristes qui s'alimentent des fléaux connexes dont, en particulier le narcotrafic, notamment depuis la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi en Libye. Concernant, justement, le domaine de la coopération sécuritaire, Abdelmadjid Tebboune a fait état d'un «total accord» entre les deux pays en la matière, soulignant l'approbation de toutes les propositions de la partie nigérienne, notamment s'agissant de la formation, d'autant que Niamey s'apprête à accueillir la base de Takuba, la nouvelle task force internationnale chargée de prendre le relais de Barkhane face aux djihadistes sahéliens.
Depuis 2015 et la signature des accords d'Alger pour tenter de résoudre le conflit malien,
le président Abdelmajdid Tebboune a toujours refusé d'intervenir militairement au Sahel, mais il a récemment affirmé que l'Algérie ne laissera jamais sa frontière Sud devenir un «sanctuaire pour les djihadistes».
À l'instar de plusieurs pays du Sahel, le Niger fait face au terrorisme et à la criminalité transfrontalière organisée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.