Il sera inhumé aujourd'hui à El Alia: Abdelkader Bensalah n'est plus    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Exonérations totale des pénalités et des majorations de retard: La CASNOS sensibilise    Réunion Gouvernement-walis samedi prochain    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Bekkat Berkani: Une réforme du système de santé est nécessaire    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Annaba a trouvé la parade    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    40 000 ha prévus pour la prochaine campagne agricole    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    Cinglant revers du makhzen    «La rupture avec le Maroc était nécessaire»    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Le MOC et le CRT dans l'embarras    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Les Vertes bouclent leur stage d'évaluation    Tuchel ne lâche pas Werner    Hakimi veut marquer l'histoire du club    Les préoccupations locales dominent    Les projections de l'Anade    Ca grogne    Une saignée inévitable    MERIEM    Démarrage des soldes    De nouveaux établissements inaugurés    La pénurie en eau potable était évitable    182 affaires en 9 mois    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    L'EVEIL DES CONSCIENCES    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    Lamamra s'entretient avec son homologue français    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Où en est le secteur minier?
Qualifié de «bras armé» du Plan de relance économique
Publié dans L'Expression le 15 - 07 - 2021

«Creusez, fouillez, bêchez; ne laissez nulle place...» écrivait Jean de La Fontaine dans la 9ème fable de son Livre V. Un éloge au travail qui peut servir de slogan à l'Algérie qui a décidé de mettre le paquet pour sortir de son sous-sol les richesses dont il regorge. Le pays qui ambitionne de diversifier son économie pour sortir de la dépendance à son pétrole a décidé de s'appuyer sur son secteur minier pour atteindre cet objectif. Qualifié de «bras armé» du Plan de relance économique auquel une Conférence nationale a été dédiée au mois d'août 2020, où en est-il? Il faut rappeler que l'ouverture de la piste minière est une directive du président de la République qui a fait de l'exploitation du gisement de Ghar Djebilet le fer de lance de cette option.
Un choix qui s'est imposé au vu de ses réserves estimées à 3,5 milliards de tonnes, mais aussi parce qu'il donne un nouveau cap à l'économie nationale. Le gisement de Ghar Djebilet s'étend sur une superficie de 131 km2. Cela donne une idée assez précise sur l'immensité du chantier et la charge symbolique qu'implique son démarrage effectif, annoncé pour la fin du mois de mars dernier. L'Exécutif en a fait l'un de ses projets-phares. Les travaux sont prévus pour durer deux ans.
Pour ce qui est de l'exploitation de ce géant minier, elle pourrait commencer en 2023. Pareil pour le mégaprojet de mine de zinc de Béjaïa, à Oued Amizour, dont les travaux doivent débuter, en principe, au troisième trimestre de l'année en cours. L'exploitation du phosphate doit, en ce sens, jouer un rôle de premier ordre et servira vraisemblablement de locomotive à ce nouveau départ qui doit être insufflé à l'économie nationale bridée, chevillée, pieds et poings liés, à son pétrole. «L'Algérie recèle des réserves exploitables à plus de 3 milliards de tonnes dans les mines de Bir El Ater (Tébessa), ce qui constitue une opportunité pour développer une industrie métallique et manufacturière à valeur ajoutée, pour contribuer à la relance de l'économie nationale», avait indiqué le ministre de l'Energie et des Mines Mohamed Arkab, le 8 mars dernier, lors d'une séance d'audition à la Commission des affaires économiques et financières du Conseil de la nation. Le ministre de l'Energie et des Mines avait annoncé à cette occasion, un programme de grande envergure. Son lancement, prévu pour cette année, prévoit 26 projets de prospection et d'exploration de ressources minérales pour une valeur globale de 1,8 milliard de dinars. Ces projets concernent, principalement, les ressources minérales à valeur ajoutée. Le programme est réparti sur six projets pour l'exploitation, deux pour le cuivre, un pour le manganèse, un projet de sels de potasse, cinq projets polymétalliques, un pour les matières premières minières résistantes à la chaleur, un projet de bentonite, un de feldspath, quatre concernent le soufre brut, un le lithium, un les pierres semi-précieuses et un également pour le quartzite métallique. Autant d'annonces qui ne peuvent être mise en sourdine. L'année 2021 doit consacrer l'amorce de l'affranchissement de l'Algérie à son pétrole. Un virage à ne pas rater. La mère des batailles qu'elle doit absolument remporter. Son secteur minier figure parmi les atouts qu'elle possède, pour relever ce challenge. Il reste à aller au charbon...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.