Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La France déchirée?    La montée des extrémismes    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    MOHAMED BELHADJ, NOUVEAU PRESIDENT DU CA    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Abdelkader Bensalah n'est plus    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dangereuse escalade marocaine
Publié dans L'Expression le 17 - 07 - 2021

Dans une intervention à la réunion par visioconférence du Mouvement des pays Non-Alignés (PNA), présidée par l'Azerbaïdjan, l'ambassadeur du royaume marocain aux Nations unies, Omar Hilale, n'a pas hésité à tenir des propos belliqueux, en guise de réponse à la déclaration du ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, qui avait exhorté l'instance à faire prévaloir ses dogmes en axant ses efforts sur les droits légitimes des peuples palestinien et sahraoui sous occupation illégale. Habitué à ce genre de «dérapages», puisqu'il avait déjà accusé, en avril dernier, l'Algérie et le Front Polisario d'être responsables du blocage de la désignation d'un envoyé personnel de l'ONU au Sahara occidental (10 refus sur 13 sont le fait de Rabat), il vient de franchir un nouveau palier en déclarant que le royaume marocain, pour répondre au soutien algérien de la lutte du peuple sahraoui, «revendique l'autodétermination de la Kabylie»! Le comble du ridicule. Une telle affirmation, de la part d'un diplomate aux Nations unies, va au-delà de la provocation. Elle constitue, bel et bien, une ingérence flagrante dans les affaires intérieures de l'Algérie et peut, dès lors, être considérée comme une véritable déclaration d'intention. On sait, depuis longtemps, que le royaume marocain apporte son soutien et son aide financière au Mouvement pour l'autonomie de la Kabylie (MAK), après qu'il a été éconduit par les responsables israéliens auxquels il prétendait offrir «l'ouverture d'une ambassade israélienne à Tizi Ouzou». Autre signe d'un ridicule qui relève de la pathologie la plus morbide. Ce groupuscule dont les tentatives de sape sont vouées à l'échec, pour diverses raisons, parmi lesquelles l'attachement indéfectible de la région à son pays et à sa foi, malgré toutes les manoeuvres de déstabilisation qui avaient commencé bien avant le déclenchement de la guerre de Libération nationale, ne pouvait trouver de support qu'auprès d'un Makhzen vassalisé. Or, les délires sont une chose et la réalité en est une autre. L'ambassadeur marocain, Omar Hilale, qui travaille, main dans la main, avec son homologue israélien à l'ONU, Gilad Erdan, (ils ont présidé une conférence, en avril dernier), peut délirer autant qu'il lui plaira mais il doit savoir que certains propos peuvent conduire à une situation hautement préjudiciable. Qu'il soit ou non mandaté à cette fin, il doit savoir qu'il y a des limites à l'inconséquence et qu'il les a déjà, à deux reprises, franchies, même si son accréditation aux Nations unies est encore toute récente. Il a présenté ses lettres de créance au SG de l'ONU, Antonio Guterres, le 16 avril dernier. Auparavant, il a longtemps exercé cette fonction auprès de l'Office des Nations unies, à Genève, où son aigreur a sûrement été nourrie par les nombreuses mises en accusation du royaume marocain pour les violations des droits de l'homme dans les territoires sahraouis occupés.
D'ailleurs, cette même aigreur s'est manifestée à l'encontre de l'Afrique du Sud, dès ses premières manoeuvres au sein des Nations unies, le royaume marocain cherchant, par tous les moyens, à saper les actions des pays qui, au sein de l'Union africaine comme au sein de l'ONU, oeuvrent à faire triompher les idéaux de justice et les droits des peuples à disposer d'eux-mêmes. Toute cette agitation marocaine est, néanmoins, vouée à l'échec et ce ne sont pas les fanfaronnades d'un diplomate, en mal de consécration, qui peuvent changer la réalité des faits.
L'Algérie, dont la diplomatie travaille sereinement à la consécration de la paix et du développement dont le continent africain a besoin, ne tolérera pas ce genre de provocation, quels que soient les objectifs visés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.