PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Fermeture des plages
Dégradation de la situation sanitaire à l'Est du pays
Publié dans L'Expression le 29 - 07 - 2021

A la suite à la détérioration de la situation sanitaire due à l'augmentation des cas de contamination au coronavirus, dans plusieurs wilayas de la région Est du pays, les pouvoirs locaux dans ces wilayas ont décidé de durcir encore plus les restrictions. De la wilaya d'Annaba à la wilaya de Jijel, en passant par les wilayas d'El Tarf et de Skikda, la hausse des contaminations à la Covid-19, a bel et bien compromis la saison estivale, dont la conscience citoyenne est la principale raison. Ainsi, dans le cadre de la lutte contre la propagation de la pandémie de coronavirus, les pouvoirs publics de la wilaya d'Annaba, ont, après réunion avec la commission de suivi de l'évolution épidémiologique, décidé de fermer les 21 plages autorisées à la baignade. Selon la déclaration de Djamel Eddine Berrimi, wali d'Annaba, la décision intervient, d'une part dans le cadre de la préservation de la santé publique et, d'autre part, en réponse à l'appel des habitants de Annaba, pour la fermeture des plages. En effet, cela fait plusieurs jours que les populations d'Annaba appellent à la fermeture des plages, qui attirent des dizaines de milliers de vacanciers. Les populations ont estimé que le flux des estivants, notamment la déferlante des bus d'excursions venant de toutes les wilayas du pays, pour la plupart des vacanciers, n'observent pas les mesures de protection. «Les minibus sont pleins à craquer et la majorité des passagers ne portent pas de bavettes...», ont lancé certains citoyens, qui observaient la fermeture de la plage de Chapuis. Les éléments de la Gendarmerie nationale de la wilaya d'Annaba, ont, en application des instructions du wali d'Annaba, décidé de faire partir tous les baigneurs des plages de la wilaya.
Par ailleurs, la fermeture des plages intervient comme premier durcissement des mesures de protection. Les lieux de détente et de loisirs, ont également été ciblés par la décision de fermeture. S'agissant des jardins, le premier responsable de la wilaya d'Annaba n'écarte pas leur fermeture, si les citoyens persistent dans leur indifférence, quant à l'application du protocole sanitaire et le respect des gestes barrières. En ce sens, le wali d'Annaba a estimé que les jardins publics sont l'unique bol d'air devant permettre aux citoyens de respirer. Et leur fermeture reste tributaire du niveau de conscience des habitants face à la pandémie. Celle-ci, qui, après une belle amélioration, a fini par se détériorer, donnant lieu à plus de 50% de saturation des six hôpitaux de la wilaya d'Annaba. Situation identique dans la wilaya d'El Tarf, où toutes les plages ont été fermées. Les lieux de détente et de loisirs ont aussi été fermés à juste raison. Une décision issue de la réunion de la commission de sécurité de la wilaya d'El Tarf. À l'ordre du jour de cette réunion, l'étude des procédures proposées pour freiner la propagation des contaminations dans la wilaya d'El Tarf. La détérioration de la situation épidémiologique est retenue au «passif» du rush d'estivants sur les plages de cette wilaya, avec une défaillance démesurée dans les mesures de protection contre la Covid-19. Même constat enregistré dans la wilaya de Skikda, dont le wali a décidé de fermer toutes les plages relevant de sa circonscription de compétence, apprend-on auprès d'une source de la wilaya. Selon cette dernière, le wali a ordonné également la fermeture des parkings attenant aux plages, en plus d'un certain nombre de décisions de précaution pour limiter la propagation du coronavirus. En conséquence, quiconque contrevient aux dispositions de cette procédure s'expose aux peines prévues par la loi. La même décision a, également, été prise par les autorités locales de la wilaya de Jijel, qui ont procédé à la fermeture de toutes les plages de la wilaya et des espaces de détente et de loisirs avec la suspension de toutes les activités. Il est à noter que l'amélioration de la situation sanitaire dans les wilayas d'Annaba, El Tarf et Skikda, leur a épargné, pendant plus de 5 mois, le confinement partiel à domicile, notamment Annaba qui était à zéro cas de décès. Or, l'accalmie n'a été que de courte durée, puisque la flambée des contaminations à la Covid-19, risque de la replonger dans le confinement, ce que les autorités de la wilaya n'écartent pas.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.