Recommandations pour mieux digérer les aliments    Liga : Le Barça s'en sort bien face à Grenade    Thérapie du «sérum»?    Flot juvénile    Une rallonge de 14 milliards de DA accordée: Livraison de la pénétrante portuaire en février 2022    Youcef Aouchiche, premier secrétaire du FFS: «Notre participation vise à défendre l'unité nationale»    Justice: Le procès de l'ancienne ministre Houda Feraoun reporté    CS Constantine: Des objectifs revus à la hausse    Education: Une rentrée scolaire difficile    Cherté des articles scolaires: Les ménages à faibles revenus mis à rude épreuve    Incendies de forêt: L'enquête étendue à 30 wilayas, 71 suspects arrêtés    Les dessous de la corbeille    Mini-scandale à l'aéroport d'orly    Le Mali invoque sa souveraineté    Deux militaires morts dans la collision de deux hélicoptères    Lamamra sur son terrain à New York    La saga islamiste tire à sa fin    Chanegriha loue la cohésion    La grande inconnue    Messi, une première tension déjà    Kanté, Tuchel n'en revient pas    Laporta vise trois entraîneurs    Un vrai levier de redressement    L'appel de la Fédération des consommateurs    El Watan au coeur d'une polémique    16 harraga secourus au large d'Arzew    Jeunesse, tourisme et télécommunications au menu    Souiller votre propre sang?    Les paramédicaux en colère    15 décès et 166 nouveaux cas    Ce que réclame le trésor public    Spectacle culturel et festival gastronomique    Cycle de films espagnols    Le second appel de l'institut Français    Qualif. Mondial-2022 (4e journée): Niger-Algérie se déroulera finalement à 20h    Un hommage a minima    Les islamistes marocains doutent de la régularité du scrutin    Le MJS fixe un ultimatum au 30 septembre    Incursion de près de 50 colons israéliens dans la mosquée d'El-Aqsa    Le procès en appel reporté au 10 octobre prochain    Ouramdane Ahitous, le dernier forgeron d'Ihitoussen    La stèle du colonel Ali Mellah inaugurée à M'kira    Tayeb Thaâlibi inhumé au cimetière de Garidi à Alger    Paris accuse, Washington et Canberra justifient    L'ANIE ignore les réserves des partis    Mémoire indissociable    Lamamra participe à la 76e session    Une forte baisse enregistrée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Benhabylès veut-elle noyer le débat?
Face aux critiques de l'opinion publique
Publié dans L'Expression le 31 - 07 - 2021

Il aura fallu peu de temps, à Saïda Benhabylès pour réagir aux accusations et critiques qui l'ont ciblée, en début de semaine écoulée. En effet, plus d'une dizaine de jours durant, la présidente du Croissant-Rouge algérien CRA a été au centre de vives critiques et indignations, de la part de l'opinion publique nationale. La cause? L'absence de l'organisation humanitaire, le CRA, du vaste élan de solidarité nationale, pour l'achat des concentrateurs d'oxygène et autres produits médicaux et sanitaires, a été fortement remarquée et largement commentée. Dans les réseaux sociaux qui ont relayé les interrogations et les critiques à ce sujet, les internautes ont usé de formules satiriques et de dérision, pour qualifier ce fait.
Des journaux électroniques et des chaînes de télévison sont, également, venus à la rescousse pour apporter de l'eau au moulin de l'opinion nationale. En réplique à ce flot de critiques acerbes à son égard, Benhabylès a, contre toute attente, surpris plus d'un en estimant que ces attaques participent d'une campagne idéologique. «Le Croissant-Rouge algérien fait l'objet d'une campagne menée par les adeptes d'une certaine idéologie», a-t-elle déclaré à un confrère arabophone de la presse publique, Echaâb. Saïda Benhabylès cherche-t-elle à noyer le débat soulevé par l'opinion publique, au sujet de l'absence de «son» organisation? Et de préciser que «son» organisation «n'est affiliée à aucune idéologie. Le CRA est un organisme humanitaire et, il est là pour servir le peuple algérien et l'Etat», confiera-t-elle sur le plateau de la chaîne Ennahar, avant d'ajouter que «ces attaques viennent de gens que nous connaissons, que nous avons combattus et chassés du CRA», dira-t-elle. Une fois de plus, son intervention au lieu de rassurer, a fini par soulever un autre tollé.
En déclarant: «Ils veulent prendre mon organisation», Benhabylès s'est emmêlé les pinceaux. En effet, comment une organisation non gouvernementale, ONG, peut-elle s'avérer être ou devenir une propriété personnelle? Cela n'est d'autant plus raisonnable, que Benhabylès est à la tête du CRA depuis plus de 8 années complètes. Par souci de renouvellement, de rajeunissement et de créativité, l'ancienne ministre de la solidarité nationale devrait céder le flambeau à la jeune garde, et donner ainsi l'exemple. Elle pourrait présider, de manière honorifique, aux destinées du CRA qu'elle semble affectionner, plus que tout. Aussi, en confiant que le CRA «ne compte pas sur le budget de l'Etat», Benhabylès commettra une énième bourde, car cela sous-entend qu'elle n'a aucun compte à rendre, à qui que ce soit, et que le fait de ne pas recevoir de fonds publics, la dédouane de toute responsabilité publique, ce qui est complètement erroné. La présidente du Croissant-Rouge algérien a, par ailleurs, rappelé les activités de son organisation depuis janvier 2020, date du début de la pandémie du Covid-19. À ce sujet, elle citera l'exemple des dons d'équipements médicaux offerts à 10 hôpitaux et la remise d'un don du CRA chinois, constitué de plus de 100 000 kits de tests Covid-19 à l'institut Pasteur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.