Coupe arabe de la Fifa-2021 Liban - Algérie : "On s'attend à un match difficile"    OMS : Pas encore de décès lié à Omicron signalé    Aouchem, acte 2    Lamamra : L'alliance maroco-israélienne, une jonction entre deux expansionnismes territoriaux    Enseignement supérieur: l'Algérie et la Tunisie décident de "capitaliser" les acquis de coopération    Changement climatique: L'Algérie, un partenaire "stratégique et fiable" dans le bassin méditerranéen    Poursuite des travaux du séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité en Afrique    Ministre de la culture sahraoui: "nous résisterons au génocide culturel conduit par le Maroc"    Des vents forts annoncés ce vendredi sur des wilayas côtières de l'Est du pays    Rencontre FAF-FIFA-CAF: Charaf-Eddine souhaite une plus grande représentativité de l'Algérie dans les instances internationales    Les Parlements algérien et européen pour la relance de la commission interparlementaire    Le 25e Sila du 24 au 31 mars 2022    Real : Comment Ancelotti aurait décidé de punir Isco    Intempéries : trouver des solutions aux accumulations des eaux pluviales dans les tunnels    Claude Le Roy voit un Algérien ou un Sénégalais meilleur joueur de la CAN 2021    Coupe Arabe : Reprise de l'entrainement pour les Verts avant d'affronter le Liban    Le rôle de l'Algérie est important au sein de l'Union africaine    Le PT fustige le gouvernement    Démonstration de force des Verts    Boualia opéré avec succès    Derouaz : "Nous avons apporté les éclaircissements    "Le Hirak continue à faire son effet sur la conscience collective"    Libye : la présidentielle en équation    La stabilité des prix du pétrole en jeu    L'obligation vaccinale n'est pas à écarter    Boudiba dénonce les ponctions effectuées sur les salaires    Pour un re-engineering économique global de l'Algérie    Nécessité d'associer les acteurs économiques    Déclin du RND et recul du MSP    Le lourd défi des nouveaux élus    Les talibans demandent aux Etats-Unis de débloquer les fonds gelés    «Contre les inégalités et la discrimination»    Le rapport sur l'attaque d'Inata remis au Président Kaboré    Le Parti des travailleurs tunisien met en garde contre l'aventure du Makhzen    Le satisfecit du FFS    ACTUCULT    A quand «la ruée vers l'or» ?    Paix et sécurité en Afrique: Conférence de haut niveau à Oran    L'ennemi aux sept têtes    5 décès et 192 nouveaux cas en 24 heures    Le naufrage islamiste    Le FMI affiche sa satisfaction    Unis face aux défis communs    «nous sommes sur la bonne voie»    Le ministère apporte des précisions    One night in Algéria!    Joséphine Baker, une icône d'engagement et de liberté    Des week-ends culturels à l'opéra d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Iran réduira ses activités nucléaires
Si les Etats-Unis «reviennent à toutes leurs obligations»
Publié dans L'Expression le 01 - 09 - 2021

Le ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré, lundi, que l'Iran réduirait ses activités nucléaires si les Etats-Unis revenaient pleinement au respect de «tous leurs engagements dans le cadre de l'accord sur le nucléaire et de la Résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies d'une manière vérifiable». «Les pourparlers de Vienne n'ont pas pour objectif de parvenir à un nouveau texte. Les pourparlers de Vienne ont pour objectif d'assurer la mise en oeuvre point par point de l'accord sur le nucléaire par les Etats-Unis», a indiqué le porte-parole du ministère, Saïd Khatibzadeh, cité par l'agence de
presse officielle IRNA. «Si Washington respecte ses obligations d'une manière vérifiable», a-t-il ajouté, l'Iran acceptera que les délégués américains siègent «à la table de l'accord nucléaire». Khatibzadeh a décrit les négociations pour relancer le Plan d'action global commun (PAGC) comme un «dialogue technique», assurant qu'elles se poursuivraient sur la base d'un consensus parmi les structures dirigeantes de l'Etat iranien. Le rôle du ministère des Affaires étrangères dans la poursuite des discussions doit encore être décidé par les responsables iraniens et sera rendu public le moment venu, a-t-il poursuivi. Le 22 août, le ministre des Affaires étrangères désigné Hossein Amir-Abdollahian a déclaré, lors de la session de son vote de confiance au Parlement iranien, que Téhéran était disposé à tenir des négociations «raisonnables» servant les intérêts du peuple iranien. L'ancien président américain, Donald Trump, s'est retiré de l'accord de 2015 sur le nucléaire en mai 2018 et a unilatéralement réimposé des sanctions contre l'Iran. En représailles, l'Iran a progressivement cessé de mettre en oeuvre une partie de ses engagements à l'accord à partir de mai 2019. Après six cycles de négociations à Vienne depuis avril dernier, les parties impliquées ont souligné que de grandes divergences demeuraient entre l'Iran et les Etats-Unis au sujet de la revitalisation du PAGC. Le sixième cycle de discussions s'est terminé le 20 juin et les pourparlers sont actuellement en pause. Les pays engagés dans les négociations pressent l'Iran de revenir à la table des pourparlers mais le nouveau président Ibrahim Raïssi avait laissé entendre, avant même d'être investi par le Parlement, qu'il ne s'agira pas de «négocier pour le plaisir de négocier», laissant entendre que seule une levée même partielle des sanctions américaines permettra de rétablir la confiance dans le processus malmené par l'ancien président Donald Trump.
Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a par ailleurs affirmé avoir été invité à Paris par le président français Emmanuel Macron qui, selon lui, cherche «à se rapprocher» de l'Iran, a rapporté hier la télévision d'Etat iranienne. L'Elysée n'a pas commenté dans l'immédiat.
Samedi, le nouveau chef de la diplomatie iranienne a participé à un sommet régional à Baghdad, aux côtés de M.Macron, seul dirigeant occidental présent à cette réunion largement consacrée à la lutte contre le terrorisme et à l'impact de la prise de Kaboul par les talibans en Afghanistan. «Les Français étaient très intéressés de profiter de cette opportunité pour se rapprocher de l'Iran», a déclaré Amir-Abdollahian. «Macron (...) est venu me voir à deux reprises (...)», a ajouté le ministre. «Il a appelé son ministre des Affaires étrangères et a dit +J'ai invité (Amir-Abdollahian) (...) nous devons revoir les relations bilatérales.» L'Iran et la France, en plus du Royaume-Uni, de la Chine et de l'Allemagne, sont toujours parties prenantes de l'accord nucléaire conclu en 2015. Les parties avaient convenues fin juin de se retrouver pour un nouveau cycle de pourparlers qui se fait toujours attendre. «Les Saoudiens (...) ont dit qu'ils attendaient la mise en place d'un nouveau gouvernement (iranien) avant de rétablir nos relations», a dit M. Amir-Abdollahian, tout en soulignant qu'il n' y avait pas eu de discussions «formelles» entre les deux responsables.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.