153 000 candidats en course    Le procès Hamel reporté au 24 novembre    Atmane Mazouz auditionné dans le fond    Des condamnations et des relaxes    Fethi Ghares, l'homme de gauche adroit    Un marché hebdomadaire pour les femmes à Boudjima    La Creg réunit les associations des consommateurs de l'Est    Alger ferme    L'Unep plaide pour la création d'une agence des participations de l'Etat    Le Soudan suspendu de toutes les activités    Christopher Ross épingle le Maroc    Lamamra fustige l'approche sécuritaire des Européens    JSK-ESS à l'affiche, le tenant du titre à l'épreuve du CSC    Ultimes révisions avant la finale Algérie-Burkina Faso    La foire des mots !    Stambouli touchera une indemnité de 20 000 euros    Des centaines de personnes sauvées par l'ANP    Le corps de l'avocat Zitouni Mehdi retrouvé    Les syndicats de l'éducation réclament du concret    Le roman Lettre d'un inconnu de Youssef Bendekhis primé    Une opportunité pour les jeunes réalisateurs algériens    Afghanistan : Le ministre fils du mollah Omar se montre pour la première fois    Des femmes luttent seules, en silence et sans moyens    Plus de 374 kg de viande blanche impropre à la consommation saisis    De la surfacturation à la sous-facturation !    Pour la plantation de 50.000 arbustes avant la fin de l'année: Lancement hier de la grande campagne de reboisement    Aïn El Kerma: Exhumation des restes de trois corps de martyrs    Reportage - Tiaret Sur les pas d'Ibn Khaldoun    Un ultimatum fixé à Solskjaer    Inauguration imminente    Le MDN organise un colloque historique    L'artisanat des idées    Quand les Algériens s'en mêlent    Gifles au Roi    Prolongation du couvre-feu jusqu'à fin 2021    La Baraka du baril    5 décès et 79 nouveaux cas en 24 heures    Enfin des logements pour les sinistrés    Cette patate qui menace la République    Tebboune procède à 4 nouvelles nominations    Tebboune présente ses condoléances    Suite et pas fin    «Préservons notre mémoire!»    «La vie d'après» en route    Un facteur de développement durable    "COMME UN MIROIR BRISE"    La distribution d'essence peine à redémarrer    Le rêve d'Ali Zamoum et de Kateb Yacine revisité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un retour aux sources
Les fontaines traditionnelles à la rescousse de la population
Publié dans L'Expression le 16 - 09 - 2021

Elles sauvent la situation, les fontaines. Elles n'ont jamais été abandonnées mais elles furent oubliées, pendant de longues années, par les gens qui commençaient juste à prendre l'habitude des robinets dépendant des réseaux d'AEP. Des réseaux d'AEP qui sont subitement devenus secs, après quelques années d'une sécheresse qui a fortement impacté les sources d'alimentation, dont le barrage de Taksebt situé à Oued Aïssi et les principaux forages creusés tout le long de l'Oued Sébaou. C'est alors que ces sources traditionnelles, bien refaites durant l'année en cours, redeviennent la destination de tous les citoyens.
Des noms de fontaines, autrefois très connues, apparaissent dans le langage familier et quotidien des gens à travers toutes les régions. À Ouaguenoun, à titre d'exemple, le village Taouinine, qui était durant toute l'année oublié, est devenu une destination fortement prisée par les automobilistes. À noter que les véhicules, croisés sur la route reliant Tikobaïne au chef-lieu de la commune d'Ouaguenoun, transportent souvent des inconnus de la région. De partout, on vient, muni de jerrycans, pour puiser l'eau de la fontaine située à proximité du village. En plus de ses vertus médicinales et curatives, l'eau de Tala N'Boubekeur, avec les arômes de toute la végétation qui pousse dans les alentours, est d'un goût exceptionnel, selon les personnes rencontrées sur place. C'est pour ces raisons qu'elle est aussi convoitée, surtout en cette période estivale.
Il se dit que l'eau de cette fontaine, en plus du fait qu'elle soit très limpide et propre, contient des minéraux qu'on ne trouve même pas dans les eaux vendues en bouteille.
Une famille, venue de la ville de Tizi Ouzou, a fait savoir qu'elle a entendu parler de cette source par le biais d'amis habitant en ville. Après avoir découvert son eau, le mari et sa femme viennent, même en période hivernale, pour en prendre.
D'autres ont indiqué qu'ils viennent ici depuis deux à trois ans, spécialement pour cette eau de source au goût particulier. Tala N'Boubekeur est devenue une destination prisée par de plus en plus de citoyens.
À Azrou Bwar, une autre fontaine rend la région plus attractive. Située dans la commune de Mizrana, sur le versant maritime, une autre fontaine, construite par les Français, est la destination privilégiée des citoyens qui viennent de plusieurs wilayas. Située en bordure de la RN71, qui relie le chef-lieu de la wilaya à la ville balnéaire de Tigzirt, cette source est prisée par les habitants d'Alger, Boumerdès, Blida, Bouira et parfois Béjaïa. Son eau est très utilisée, en ces temps de canicule et de pénurie. Elle est également connue pour l'absence de calcaire dans sa composition, ce qui la rend bénéfique pour la santé.
En fait, à travers toutes les communes de la wilaya, des noms de fontaines réapparaissent, comme les étoiles dans le ciel, pour étancher la soif d'une population qui semble oublier que la terre est traversée par un tissu inutile de réseaux d'AEP. En attendant que l'eau coule à nouveau dans ces réseaux, les fontaines assurent, même difficilement, avec des quantités, de loin, moins importantes, le ravitaillement des maisons en une eau potable et de meilleure qualité. Nous y reviendrons avec d'autres noms de fontaines, dans d'autres communes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.