Ancelotti : "le Barça-Real Madrid a toujours existé et existera toujours"    La délégation algérienne refuse de s'asseoir derrière la délégation israélienne    Les opérateurs doivent déclarer leurs entrepôts avant le 30 novembre    L'huile de table plus chère    Lamamra appelle à la consolidation du processus politique    "Inefficaces et contre-productives", selon l'Algérie    Curieuse réhabilitation de la candidature du mouhafedh FLN    "Le championnat se poursuivra durant la Coupe arabe des nations"    Les Sudistes à un pas de la qualification    L'Algérie toujours dans le top 5 africain    "HELIOPOLIS" À NOUVEAU SELECTIONNE POUR LES OSCARS    Lancement du colloque sur la carte linguistique de tamazight    Qui, logiquement, arrose l'autre ?    BRÈVES...    Quel sort pour les APC sans candidats ?    L'article 184 du code électoral largement contesté    L'Algérie avec la Libye et la Tunisie    Les Hamraouas surprennent les Sanafirs    Les syndicats préparent la riposte    Arrestation d'un voleur de bouteilles d'oxygène    Le jeu malsain de Riyad    Sarkozy au TPI, ça tarde    Quand Macron se remémore le blues des colonies !    Le qamouss, les mu'allaqât et l'incompétence paralinguistique !    Clôture en beauté de la première édition à Aïn-Séfra    EHU 1er - Novembre: Lancement d'une campagne de dépistage du cancer du sein    Vaccination anti-Covid: «La balle est dans le camp des citoyens»    Exportations hors hydrocarbures: Produits alimentaires et industries manufacturières à la traîne    Pouvoir d'achat divisé par deux en 10 ans    La Com en débat    Défis et espoir    Front de mer à Aïn El Turck: L'OPGI se mobilise pour la collecte des déchets    Selma Haddadi désignée ambassadrice à Djouba    Le chef de la junte nomme 3 ministres et le SG du gouvernement    La Maison de la presse de Bouira baptisée Abdenour Merzouk    Le FFS rebondit    Benbahmed réaffirme les priorités du secteur    Que se passe-t-il au campus d'El Kseur?    La Coquette perd de son lustre    NAJDA se restructure    Incendie au complexe Tosyali    Les vérités des géants de la télécommunication    Washington lâche Rabat    La tension monte    Lukaku a évité le pire    La démagogie comme mode d'emploi    Tizi ouzou rend hommage à ses fils    Appel à candidature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La gestion de Bedoui sous la loupe de la justice
Il a été convoqué par le juge d'instruction du pôle pénal économique et financier
Publié dans L'Expression le 20 - 09 - 2021


Son dossier transféré vers Alger à la fin des investigations des services de sécurité de Constantine, Nouredine Bedoui, l'ancien Premier ministre, a comparu, samedi, devant le juge d'instruction du pôle pénal économique et financier près le tribunal de Sidi M'hamed. Il devait répondre de faits de corruption qui remontent à l'époque où il était wali de Constantine. Il s'agit d'affaires liées au foncier, mais aussi à l'octroi de marchés publics, notamment celui de la nouvelle aérogare internationale dont la réalisation aurait été entachée de graves dépassements financiers et de mauvaise gestion. Lancée en 2001, pour un montant initial de 441 millions de dinars, la réalisation de l'aérogare, qui connaîtra moult retards avant sa mise en service, en juin 2013, va coûter 2,954 milliards de dinars, après plusieurs réévaluations, soit près de huit fois le montant initial. Ce scandale avait été rendu public, officiellement, en mars dernier, par les services de la police judiciaire de Constantine. Ces derniers ont, dans une conférence de presse, annoncé le lancement depuis près d'une année, des enquêtes relatives à de lourds dossiers, à savoir l'aérogare internationale Mohamed Boudiaf, le pont géant transrhumel, Salah Bey, l'événement «Constantine, capitale de la culture arabe 2015» et l'agence de la Banque nationale d'Algérie (BNA). Outre Nouredine Bedoui, les noms d'autres hauts responsables ont été cités, dont celui de Amar Tou et Abdelmalek Boudiaf, tous deux auditionnés dans le cadre des enquêtes sur les dossiers sus-cités. Mais, pour Nouredine Bedoui, il ne lui est pas seulement reproché la mauvaise gestion du projet de l'aérogare. Il fait face, aussi, à des accusations d'octroi d'indus avantages à des ex-hommes d'affaires. D'ailleurs, son nom a été cité dans plusieurs procès, à l'exemple de celui de Ali Haddad et Mahieddine Tahkout. Dans le procès de l'ex-patron de la Dgsn, Abdelghani Hamel, Bedoui a été cité nommément dans l'affaire de l'octroi de l'assiette foncière agricole de 14 000 m2 aux enfants Hamel. La défense avait réclamé la présence de l'ex-Premier ministre en tant que témoin, mais le tribunal n'avait pas jugé nécessaire de le convoquer. Dans le procès de l'ex-député d'Annaba, Baha Eddine Tliba et le fils de Djamel Ould Abbès, portant sur le «commerce» des candidatures à la députation, le nom de Bedoui est également revenu. C'est aussi le cas pour le gros dossier de «Constantine, capitale de la culture arabe», un événement qui aurait coûté plus de 6 000 milliards de centimes mais qui a vu de nombreux projets financés sans jamais être réalisés. Enfin, l'ex-Premier ministre serait également mis en cause dans une affaire d'octroi d'indus avantages dans les zones industrielles et dans l'affaire de Tayeb Louh, l'ex-garde des Sceaux, poursuivi pour avoir entravé le bon fonctionnement de la justice et incité à la partialité.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.