Médias : Rabah Karèche quitte la prison    Une journée cauchemardesque pour les usagers    L'Anie impose un black-out autour des listes    Mohad Gasmi, l'homme qui a dit "non" au gaz de schiste    Cour de Tipasa : Annulation des poursuites contre Tabbou    L'ex-ministre Imane-Houda Faraoun condamnée à 3 ans de prison    Le frein de la sous-bancarisation    Nouvel arsenal juridique pour lutter contre la spéculation : L'inquiétude des commerçants    Plaidoyer pour l'implication du secteur privé    Pour mieux protéger l'environnement : Lancement du projet de conversion de 150 000 véhicules au GPLC    Mahrez : "Pas de mots pour décrire le niveau de Benzema"    Henri Stambouli. entraîneur de la JS Kabylie : «On est à la mi-temps de la qualification»    Vers le retour des supporters dans les gradins !    2e tour préliminaire/aller    La fête du Mawlid Ennabawi : Sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    La délivrance    La hausse des prix ne connaît pas de répit    Le calendrier des examens trimestriels de l'année 2021/2022 arrêté    Des drames personnels derrière les statistiques de la mort    Situation socioprofessionnelle des enseignants : Le Cnapeste annonce une grève cyclique à partir du 2 novembre    "Les autorités françaises reconnaÎtront un jour le crime d'état"    Fortes pressions de la Cédéao sur le président de la transition Assimi Goïta    Café turc    Le MSP, c'est combien de divisions ?    Waguaf !    Lutte contre la criminalité : Le 87 bis renforcé par une liste des entités terroristes    La nomination de Mistura n'est pas une fin en soi    Levée du couvre-feu sur l'ensemble du territoire national    Une (nouvelle) défaite et des questionnements    Visite guidée au continent des merveilles    «Tamazight di métro !»    Impasse mémorielle    Le procès de Sellal et de son ancien chef de cabinet reporté    Transport par taxi: Le dossier des licences Moudjahidine sur la table    Quand l'Histoire se met en marche    Fati crève l'écran    Une tribune s'écroule en plein match    Solskjaer parti pour rester    Nouvelles mesures à l'encontre des opérateurs    4 ministères aux commandes    Discussions entre les parties syriennes sur la Constitution    Quand la grenouille joue au Boeuf    Troisième nuit de sit-in pour les partisans de l'armée    Concours de dessins dédié aux enfants    Célébration d'« El Mawlid Ennabawi Echarif» 1443    Comme au bon vieux temps    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tebboune tient son engagement
Classes pour les enfants autistes
Publié dans L'Expression le 22 - 09 - 2021

Enfin! Les enfants atteints de troubles du spectre de l'autisme pourront avoir une scolarité normale. 238 classes spéciales au niveau des trois paliers d'enseignement ont été ouvertes à l'occasion de cette rentrée scolaire.
«Les secteurs de la Solidarité nationale, de l'Education nationale et de la santé ont engagé une série de mesures au profit des enfants atteints des troubles du spectre de l'autisme, visant à assurer leur scolarisation dans les meilleures conditions et permettant leur pleine intégration», a annoncé à la veille de la rentrée la chefferie du gouvernement dans un communiqué. L'ouverture de ces classes spéciales sera assurée avec un accompagnement spécifique de la médecine scolaire, formé à cet effet, précise la même source. «Il est également question de mesures de facilitation en permettant leur accompagnement et assistance par des auxiliaires de vie scolaire (AVS), à l'occasion des épreuves et des examens», ajoute le Premier ministère. Il s'agit là d'une grande victoire pour les parents de ces enfants. Ils sont de plus en plus nombreux à être atteints par cette pathologie. Les chiffres officiels recensent plus de 500 000 cas. Mais, selon les associations, ce chiffre doit être pris avec des pincettes. Ils seraient beaucoup plus nombreux, alors que les moyens de dépistage et surtout de prise en charge demeurent inadaptés.
Les plus chanceux étaient inscrits dans des classes normales, faute de centre adapté, ce qui ne leur permettait pas de suivre le rythme de leurs camarades. L'an dernier, ils étaient 4 778 élèves inscrits dans les classes normales alors que seulement 1 057 élèves avaient eu une prise en charge spécifique. Mais la grande majorité était obligée de poursuivre ses cursus au niveau des centres pour enfants inadaptés mentaux. Or, ni le programme et encore moins la prise en charge ne sont les mêmes.
Une situation qui a fait que beaucoup d'entre eux abandonnent leurs études. Pourtant, nombre d'entre eux sont dotés d'une intelligence hors du commun. Ils réussissent des miracles quand ils sont bien pris en charge. À l'image de Daniel Tammet,qui a réussi à réciter sans erreur les 22.514 premières décimales du nombre pi, en 5 heures 9 minutes et 24 secondes. Ce Britannique est aussi connu pour sa facilité à apprendre les langues en moins d'une semaine. Selon les spécialistes, même Charles Darwin était atteint d'une forme de cette pathologie. «Son hypersensorialité, hypersensibilité et son attention au micro-détail lui permirentt de faire ses célèbres découvertes», assurent les spécialistes. Pour dire que cette frange sensible de la société peut être une force importante pour la nation. Chose que le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a bien compris.
Le 18 avril dernier, il a consacré une grande partie du Conseil des ministres pour donner des instructions claires à tous les membres du gouvernement afin d'assurer une prise en charge spécifique et adaptée aux enfants aux besoins spécifiques. «Cela afin de garantir une éducation et un apprentissage adaptés à travers l'ensemble des wilayas du pays», avait demandé le chef de l'Etat mettant, notamment l'accent sur les autistes et les sourds-muets.
Le président Tebboune avait relancé, à plusieurs reprises, les membres de l'Exécutif afin de mettre en place les mécanismes adaptés et adéquats avant la prochaine rentrée. Une prise de position claire qui avait fait grandement plaisir aux parents. Car, depuis plusieurs années ils réclament que de telles décisions soient prises, en vain. Aujourd'hui, leurs enfants pourront, comme tous les enfants du monde, avoir droit à une rentrée scolaire... «normale».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.