Médias : Rabah Karèche quitte la prison    Une journée cauchemardesque pour les usagers    L'Anie impose un black-out autour des listes    Mohad Gasmi, l'homme qui a dit "non" au gaz de schiste    Cour de Tipasa : Annulation des poursuites contre Tabbou    L'ex-ministre Imane-Houda Faraoun condamnée à 3 ans de prison    Le frein de la sous-bancarisation    Nouvel arsenal juridique pour lutter contre la spéculation : L'inquiétude des commerçants    Plaidoyer pour l'implication du secteur privé    Pour mieux protéger l'environnement : Lancement du projet de conversion de 150 000 véhicules au GPLC    Mahrez : "Pas de mots pour décrire le niveau de Benzema"    Henri Stambouli. entraîneur de la JS Kabylie : «On est à la mi-temps de la qualification»    Vers le retour des supporters dans les gradins !    2e tour préliminaire/aller    La fête du Mawlid Ennabawi : Sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    La délivrance    La hausse des prix ne connaît pas de répit    Le calendrier des examens trimestriels de l'année 2021/2022 arrêté    Des drames personnels derrière les statistiques de la mort    Situation socioprofessionnelle des enseignants : Le Cnapeste annonce une grève cyclique à partir du 2 novembre    "Les autorités françaises reconnaÎtront un jour le crime d'état"    Fortes pressions de la Cédéao sur le président de la transition Assimi Goïta    Café turc    Le MSP, c'est combien de divisions ?    Waguaf !    Lutte contre la criminalité : Le 87 bis renforcé par une liste des entités terroristes    La nomination de Mistura n'est pas une fin en soi    Levée du couvre-feu sur l'ensemble du territoire national    Une (nouvelle) défaite et des questionnements    Visite guidée au continent des merveilles    «Tamazight di métro !»    Impasse mémorielle    Le procès de Sellal et de son ancien chef de cabinet reporté    Transport par taxi: Le dossier des licences Moudjahidine sur la table    Quand l'Histoire se met en marche    Fati crève l'écran    Une tribune s'écroule en plein match    Solskjaer parti pour rester    Nouvelles mesures à l'encontre des opérateurs    4 ministères aux commandes    Discussions entre les parties syriennes sur la Constitution    Quand la grenouille joue au Boeuf    Troisième nuit de sit-in pour les partisans de l'armée    Concours de dessins dédié aux enfants    Célébration d'« El Mawlid Ennabawi Echarif» 1443    Comme au bon vieux temps    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



un conseil national du tourisme?
Réunion du gouvernement
Publié dans L'Expression le 22 - 09 - 2021

D'une importance capitale pour la relance économique, le secteur du tourisme peine à connaître un véritable essor. Tiré vers le bas par les effets de la crise sanitaire, qui, en réalité, présentaient des opportunités certaines, pour une relance du secteur, le secteur du tourisme local croule toujours sous le poids d'une cherté dans les tarifs, et d'un manque cruel d'infrastructures nouvelles, à même de porter les capacités d'accueil à un niveau digne du potentiel de «la destination Algérie».Une situation qui prévaut depuis l'ère des programmes de rénovation des établissements étatiques existants, où le secteur s'est embourbé dans une espèce de paradoxe, où les déficits chroniques enregistrés, n'ont pas motivé les ouvertures nécessaires, notamment vers les investisseurs privés, pour l'émergence d'une concurrence indispensable afin de réduire les prix des séjours, et apporter un professionnalisme, à l'image de nos voisins de l'Est et de l'Ouest. À cet effet, parmi les solutions préconisées par le ministre du Tourisme et de l'Artisanat, lors de la dernière réunion du gouvernement, figure «un projet de décret présidentiel, modifiant et complétant le décret présidentiel n° 02-479 du 31/12/2002, portant création du Conseil national du tourisme et fixant ses attributions, son organisation et son fonctionnement. Ce projet de texte s'inscrit dans le cadre de l'accompagnement du processus de relance du tourisme national à travers, notamment le renforcement de la concertation et de la coordination entre les différents secteurs impliqués par l'activité touristique».
Il faut dire que la création d'un tel organe pourrait, certainement, apporter un renforcement dans la gestion du secteur et tracer ses perspectives, mais il n'en demeure pas moins que l'urgence subsiste dans l'assainissement du secteur qui a connu au même titre que les autres secteurs stratégiques, les affres d'un monopole qui ne dit pas son nom, où la main de la «Issiba» a largement servi ses maîtres. Durant au moins deux décennies, aucune vision de développement n'a été adoptée pour exploiter les richesses et les grandes capacités de l'Algérie dans ce domaine. Les départs de milliers d'Algériens vers la Tunisie étaient devenus un fait anodin de la saison estivale, jusqu'à ce que la crise sanitaire les oblige à se tourner vers le tourisme local, dans une anarchie sans précédent. Les villes côtières se sont rapidement transformées en grands complexes touristiques improvisés, et répondant au diktat de la location de logements de particuliers, du fait que les établissements de l'Etat n'arrivaient pas à fournir les prestations satisfaisantes, transformant les séjours des estivants en cauchemar, où contre des budgets faramineux, ces derniers se retrouvaient à faire la queue pour manger ou pour faire des réserves d'eau. Une image insolite du tourisme algérien qui nécessite au-delà de la création d'organismes de gestion, l'émergence d'une vision essentiellement orientée vers le rétablissement des paradigmes qui ont fait de «la destination Algérie», l'un des fleurons touristiques de la Méditerranée, par le passé. Pour ce faire, il est incontournable d'accélérer la concrétisation des politiques publiques, portant sur l'impératif de combler les manques en matière de volume d'infrastructures, de création d'établissement de formation, le renforcement et la promotion des partenariats public/privé, et la modernisation des mécanismes de gestion. À cet effet, le ministre précise que «les modifications apportées par le présent projet de texte viennent renforcer, d'une part, les missions du conseil en matière de proposition de mesures liées, notamment à l'encouragement des investissements touristiques et de la promotion de 'la destination Algérie ', et d'autre part, élargir sa composanteà d'autres acteurs activant dans le domaine».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.