Médias : Rabah Karèche quitte la prison    Une journée cauchemardesque pour les usagers    L'Anie impose un black-out autour des listes    Mohad Gasmi, l'homme qui a dit "non" au gaz de schiste    Cour de Tipasa : Annulation des poursuites contre Tabbou    L'ex-ministre Imane-Houda Faraoun condamnée à 3 ans de prison    Le frein de la sous-bancarisation    Nouvel arsenal juridique pour lutter contre la spéculation : L'inquiétude des commerçants    Plaidoyer pour l'implication du secteur privé    Pour mieux protéger l'environnement : Lancement du projet de conversion de 150 000 véhicules au GPLC    Mahrez : "Pas de mots pour décrire le niveau de Benzema"    Henri Stambouli. entraîneur de la JS Kabylie : «On est à la mi-temps de la qualification»    Vers le retour des supporters dans les gradins !    2e tour préliminaire/aller    La fête du Mawlid Ennabawi : Sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    La délivrance    La hausse des prix ne connaît pas de répit    Le calendrier des examens trimestriels de l'année 2021/2022 arrêté    Des drames personnels derrière les statistiques de la mort    Situation socioprofessionnelle des enseignants : Le Cnapeste annonce une grève cyclique à partir du 2 novembre    "Les autorités françaises reconnaÎtront un jour le crime d'état"    Fortes pressions de la Cédéao sur le président de la transition Assimi Goïta    Café turc    Le MSP, c'est combien de divisions ?    Waguaf !    Lutte contre la criminalité : Le 87 bis renforcé par une liste des entités terroristes    La nomination de Mistura n'est pas une fin en soi    Levée du couvre-feu sur l'ensemble du territoire national    Une (nouvelle) défaite et des questionnements    Visite guidée au continent des merveilles    «Tamazight di métro !»    Impasse mémorielle    Le procès de Sellal et de son ancien chef de cabinet reporté    Transport par taxi: Le dossier des licences Moudjahidine sur la table    Quand l'Histoire se met en marche    Fati crève l'écran    Une tribune s'écroule en plein match    Solskjaer parti pour rester    Nouvelles mesures à l'encontre des opérateurs    4 ministères aux commandes    Discussions entre les parties syriennes sur la Constitution    Quand la grenouille joue au Boeuf    Troisième nuit de sit-in pour les partisans de l'armée    Concours de dessins dédié aux enfants    Célébration d'« El Mawlid Ennabawi Echarif» 1443    Comme au bon vieux temps    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Lumière sur les zones d'ombre
Rencontre gouvernement-walis samedi prochain
Publié dans L'Expression le 23 - 09 - 2021

Une rencontre gouvernement-walis sera tenue le samedi prochain en présence du président de la République, Abdelmadjid Tebboune. Cette rencontre coïncide avec les préparatifs qui ont trait aux prochaines élections locales. Il va sans dire que le rôle des walis est prépondérant dans ce genre d'événements politiques de premier ordre. Pour rappel, le président de la République a opéré, récemment, un remaniement partiel dans le corps des walis et des walis délégués.
Ce remaniement répond à une urgence en matière d'interventions des walis dans les domaines qui concernent les préoccupations des citoyens d'une manière directe. La prestation et l'engagement des walis sont passés au peigne fin, l'obligation de résultat est devenue l'un des critères qui évalueront la mission des walis. Les collectivités locales s'arc-boutent sur les walis comme intermédiaires entre le citoyen et l'administration centrale. L'enjeu des locales sera l'une des questions qui seront abordées lors de la rencontre gouvernement-walis. Ce rendez-vous, qui n'est pas des moindres, sera traité d'une manière concrète pour voir quelles sont les mécanismes d'ordre administratif et les moyens logistiques y afférents qui seront déployés pour accompagner le long processus des prochaines élections locales. Les walis seront comptables de leurs prestations. La responsabilité administrative quant à la gestion matérielle et technique des locales, leur incombe directement en leur qualité de représentants de l'administration publique au service de l'Autorité nationale indépendante des élections (Anie). Les locales seront le leitmotiv de la rencontre gouvernement-walis, mais il y a d'autres dossiers qui seront débattus lors de cette rencontre. Il s'agit d'évaluer et faire le bilan de l'action des walis et walis délégués quant à leurs engagements lors de la dernière rencontre, dont le dossier des zones d'ombre qui revient avec insistance dans chaque rencontre. La question des zones d'ombre constitue la trame de fond de la préoccupation du président de la République qui a exigé la prise en charge rapide et urgente des citoyens qui vivent dans ces lieux. Ce dossier a été la cause du limogeage de certains walis qui n'ont pas été à la hauteur de la mission qui leur a été confiée par le président de la République. Les walis sont confrontés à des situations peu reluisantes, surtout ceux qui s'investissent pour résoudre et suivre l'état des citoyens et leurs préoccupations au niveau local. La question des prérogatives dont doivent bénéficier davantage les walis pour qu'ils puissent intervenir en bonne et due forme loin de toute pression, est soulevée avec insistance pour permettre à ce corps d'assumer pleinement sa mission et son rôle de représentant de l'administration centrale. L'implication des walis dans le monde économique est devenue une exigence et ces derniers doivent assurer le travail visant à créer un climat des affaires et d'investissement. Le wali est appelé à rompre avec les vieux réflexes et pratiques qui ont transformé l'administration centrale en un appareil bureaucratique, pourvoyeur de toutes les formes de gabegie et d'incurie.
Les walis doivent s'arrimer aux nouvelles mutations imposées par les avancées prodigieuses des technologies de l'information et de la communication (TIC) pour acquérir les nouvelles méthodes de management et de gestion. Le retard accumulé dans ce domaine montre, on ne peut plus clairement, l'inertie qui a frappé de plein fouet l'Administration nationale en général et le corps des walis en particulier.
Le corps des walis est appelé à faire sa mue pour contribuer efficacement à la reconstruction et au renouveau national tant attendu par la majorité des Algériens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.