Médias : Rabah Karèche quitte la prison    Une journée cauchemardesque pour les usagers    L'Anie impose un black-out autour des listes    Mohad Gasmi, l'homme qui a dit "non" au gaz de schiste    Cour de Tipasa : Annulation des poursuites contre Tabbou    L'ex-ministre Imane-Houda Faraoun condamnée à 3 ans de prison    Le frein de la sous-bancarisation    Nouvel arsenal juridique pour lutter contre la spéculation : L'inquiétude des commerçants    Plaidoyer pour l'implication du secteur privé    Pour mieux protéger l'environnement : Lancement du projet de conversion de 150 000 véhicules au GPLC    Mahrez : "Pas de mots pour décrire le niveau de Benzema"    Henri Stambouli. entraîneur de la JS Kabylie : «On est à la mi-temps de la qualification»    Vers le retour des supporters dans les gradins !    2e tour préliminaire/aller    La fête du Mawlid Ennabawi : Sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    La délivrance    La hausse des prix ne connaît pas de répit    Le calendrier des examens trimestriels de l'année 2021/2022 arrêté    Des drames personnels derrière les statistiques de la mort    Situation socioprofessionnelle des enseignants : Le Cnapeste annonce une grève cyclique à partir du 2 novembre    "Les autorités françaises reconnaÎtront un jour le crime d'état"    Fortes pressions de la Cédéao sur le président de la transition Assimi Goïta    Café turc    Le MSP, c'est combien de divisions ?    Waguaf !    Lutte contre la criminalité : Le 87 bis renforcé par une liste des entités terroristes    La nomination de Mistura n'est pas une fin en soi    Levée du couvre-feu sur l'ensemble du territoire national    Une (nouvelle) défaite et des questionnements    Visite guidée au continent des merveilles    «Tamazight di métro !»    Impasse mémorielle    Le procès de Sellal et de son ancien chef de cabinet reporté    Transport par taxi: Le dossier des licences Moudjahidine sur la table    Quand l'Histoire se met en marche    Fati crève l'écran    Une tribune s'écroule en plein match    Solskjaer parti pour rester    Nouvelles mesures à l'encontre des opérateurs    4 ministères aux commandes    Discussions entre les parties syriennes sur la Constitution    Quand la grenouille joue au Boeuf    Troisième nuit de sit-in pour les partisans de l'armée    Concours de dessins dédié aux enfants    Célébration d'« El Mawlid Ennabawi Echarif» 1443    Comme au bon vieux temps    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La carte de la transition
Polémique autour d'un accord en gestation entre Bamako et Wagner
Publié dans L'Expression le 25 - 09 - 2021

Si la France semble jouer la carte de l'apaisement dans la brouille avec les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie pour l'affaire des sous-marins, il n'en va pas de même avec le Mali accusé de mener des pourparlers souterrains avec le groupe privé russe Wagner, spécialisé dans l'équipement militaire et le déploiement de mercenaires. L'annonce, prématurée clame Bamako, d'un accord entre le gouvernement de transition malien et le groupe de paramilitaires engagés en Libye, aux côtés du maréchal Haftar et en RDC, notamment a fait réagir, outre la France, l'Allemagne et d'autres pays de l'Union européenne impliqués dans la force Takuba censée remplacer à terme la force Barkhane que Paris veut réduire avant la fin de l'année en cours, tout en demeurant très impliquée militairement dans les enjeux qui caractérisent la région sahélienne.
Les tensions n'ont pas été dissipées par les assurances que certains responsables maliens ont multiplié, ces derniers jours, affirmant qu'il n'y a, pour l'heure, aucun accord formalisé avec le groupe Wagner mais, mercredi dernier, le président de la transition malienne, le colonel Assimi Goïta, est monté en première ligne sur cette question, recommandant aux puissances occidentales, en général, et à la France, en particulier, d'avoir «une meilleure lecture de la situation». Alors que Paris, Berlin, Bruxelles et d'autres capitales se relayent sans cesse pour clamer que la possible venue des mercenaires du groupe privé russe au Mali est «incompatible» avec leurs propres engagements, les dirigeants maliens arguent, quant à eux, de la nécessité d'anticiper la réduction des forces internationales (Barkhane, G5 Sahel, entre autres) à un moment où les groupes terroristes montent en puissance, de jour en jour. Et c'est afin de disposer d'un plan B pour le cas où qu'ils ont entrepris de négocier l'éventuel engagement du groupe Wagner pour une mission de formation des Forces armées maliennes (FAMa). Inutile de dire que les arguments de Bamako ne sont ni entendus ni acceptés par les puissances occidentales dont les relations avec la Russie du président Poutine sont pour le moins tendues depuis plusieurs années et dont la conviction reste que Wagner n'est rien d'autre qu'une tentacule de Moscou même si le Kremlin n'a pas cessé de nier toute implication dans ce domaine.
L'accord en gestation n'a donc pas fini d'empoisonner les relations entre le Mali, d'un côté, et les pays européens, de l'autre, qui estiment que cette affaire n'est rien d'autre qu'un moyen de pression utilisé pour faire pencher la balance en faveur d'une prolongation de la transition en cours au Mali, après le second coup de force qui a emporté l'ex-président N'Daw et son Premier ministre. Toujours est-il que pour l'opinion malienne, dans sa globalité, il serait temps de gagner en efficacité dans la lutte contre le terrorisme, Barkhane ayant quelque peu failli puisque cela fait plus de huit ans que les forces françaises sont présentes sans un résultat probant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.