Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Sommet arabe: le Président Tebboune compte proposer une date alliant la symbolique nationale historique et la dimension arabe    USTO-MB: 113 postes de formation en doctorat ouverts en 2021-2022    Fiscalité : prolongation du délai d'accomplissement des obligations au 27 janvier courant    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    Les précisions de la direction générale des impôts    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    "Je demande pardon au peuple algérien"    Le projet de loi en débat au gouvernement    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    "Les retombées des suspensions des cours apparaîtront à l'université"    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    CAN-2021: la sélection algérienne regagne Alger    Un colonel dans la ligne de mire    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain dans plusieurs régions    Actuculte    Le monde en «aâdjar» !    Numidia...    Covid-19 : une urgence nationale    Appels insistants à la vaccination: Pic de contaminations attendu dans les prochaines semaines    Diplomatie olympique    Formation continue et échange de connaissances: Accord de partenariat entre Djezzy et l'ESI    Equipe nationale: La douche Froide    Football - Ligue 1: Les prétendants sans pitié !    «Dhakhira» Implosée    Les Algériens ont donné de la voix    Le nouveau challenge de Nasri    L'ANP trône sur le Maghreb    Daesh attaque une grande prison en Syrie    Deux manifestations interdites à Ouagadougou    N'est pas influenceur qui veut!    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les parents d'élèves soulagés    L'après Haddadou se prépare    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    En deux temps, trois mouvements    Tosyali lance sa deuxième usine à Oran    Bougherara veut résilier son contrat    Slimani doit encore patienter    Une saga familiale à Sétif    Hommage à Abderrezak Fakhardji    Le ministère approuve le financement de 18 opérations    Le procès de l'ancien wali Abdelwahid Temmar reporté au 27 janvier    Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Tunisie se dote d'un nouveau gouvernement
Face à une crise socio-économique persistante
Publié dans L'Expression le 12 - 10 - 2021

La Tunisie s'est dotée, hier, d'un nouveau gouvernement, onze semaines après l'éviction du précédent cabinet par le président Kaïs Saïed qui s'est arrogé les pleins pouvoirs le 25 juillet.
En pleine crise socio-économique et sanitaire et après des mois de blocage politique, M. Saïed avait invoqué en juillet un «péril imminent» pour justifier ses actions, dénoncées comme un «coup d'Etat» par ses opposants et des ONG. «Le président de la République promulgue un décret nommant le chef du gouvernement et ses membres», a indiqué la Présidence dans un communiqué, peu avant la diffusion par la télévision officielle de la cérémonie de prestation de serment. Pour la première fois dans l'histoire du pays, le gouvernement est dirigée par une femme, l'universitaire Najla Bouden, mais celle-ci ainsi que son équipe jouiront de prérogatives considérablement réduites après le coup de force de M. Saïed.
Mme Bouden a été nommée le 29 septembre, plus de deux mois après le limogeage le 25 juillet du Premier ministre, Hichem Mechichi, par le chef de l'Etat qui a également gelé le Parlement et pris en main le pouvoir judiciaire.
Dans un discours lors de la prestation de serment, Mme Bouden, 63 ans, a affirmé que «la lutte contre la corruption sera le plus important objectif» de son gouvernement qui compte 25 membres, dont neuf femmes, outre sa cheffe. Elle a aussi affirmé que son équipe oeuvrerait pour «redonner aux Tunisiens confiance en l'Etat» et «améliorer leurs conditions de vie». L'annonce du nouveau gouvernement survient au lendemain d'une nouvelle manifestation à Tunis contre les mesures d'exception décidées par M. Saïed, à laquelle ont participé au moins 6.000 personnes dans la capitale Tunis. Après deux mois d'incertitudes, M. Saïed a promulgué le 22 septembre un décret officialisant la suspension de plusieurs chapitres de la Constitution et instaurant des «mesures exceptionnelles» le temps de mener des réformes politiques, dont des amendements à la Constitution de 2014.
Hier, M. Saïed a réaffirmé devant le nouveau gouvernement, que ses actions visaient à «sauver l'Etat tunisien des griffes de ceux qui le guettent, à la maison comme à l'étranger, et de ceux qui voient leur fonction comme un butin ou un moyen de piller les fonds publics». «Ils ont allègrement pillé l'argent du peuple», a-t-il dit, sans identifier les parties visées par ses critiques. En dépit de la nomination d'une Première ministre, c'est le chef de l'Etat qui sera le réel détenteur du pouvoir exécutif. Il présidera le Conseil des ministres, en vertu de ses «mesures exceptionnelles» adoptées en septembre. C'est la première fois dans l'histoire de la Tunisie, pays pionnier dans le Monde arabe en matière des droits des femmes, que la tâche de diriger le gouvernement est confiée à une femme. Depuis la présidence de Habib Bourguiba qui leur avait aménagé un code de statut personnel en 1956 interdisant la polygamie et la répudiation et autorisant le divorce, la Tunisie est considérée comme le pays du Maghreb à l'avant-garde pour l'émancipation des femmes. Des militantes des droits des femmes ont salué la portée symbolique de la nomination d'une femme à la tête du gouvernement mais rappelé que M. Saïed s'était par le passé illustré par des positions négatives sur l'égalité entre les sexes. Fin 2019, pendant la campagne électorale et une fois élu président, M. Saïed s'est opposé à un projet de loi mettant à égalité les hommes et les femmes dans l'héritage. Complètement inconnue du grand public au moment de sa nomination et dépourvue d'expérience politique, Mme Bouden n'a pas de compétences reconnues en économie non plus. Très endettée et dépendante des aides internationales, la Tunisie fait face à une profonde crise économique et sociale-chute du PIB, forte inflation, chômage à près de 18%-, aggravée par la pandémie de Covid.
Le parti d'inspiration islamiste Ennahdha, principale force au Parlement tunisien, suspendu depuis le coup de force du président Saïed, avait dénoncé comme «inconstitutionnelle» la nomination de Mme Bouden car elle «ne respecte pas les procédures constitutionnelles».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.