Relance industrielle: un pas vers le redressement des processus erronés    Abbas se dit optimiste de l'organisation du prochain Sommet arabe à Alger    Mobiliser tous les organismes de l'Etat pour accompagner les opérateurs-exportateurs    JM Oran-2022 : Des instructions pour créer une instance de suivi des préparatifs    Algérie-Egypte : Un autre match, une autre histoire    Real : Casemiro compte sur Jovic pour faire oublier l'absence de Benzema    Elections de la LFP : Medouar évasif sur un deuxième mandat    Les nouvelles technologies contribueront à la généralisation de l'utilisation de la langue arabe    La Touiza, entre héritage et pratique    «Je me suis mordue la langue» de Nina Khada primé    Goudjil reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Le Premier ministre reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Affaire Condor : 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi et acquittement en faveur des cadres Mobilis    Le Barça va faire une nouvelle offre à Dembélé    Présentation de chauffe-eau-solaires locaux mardi à Bousmail    Affaire Groupe Condor: 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi    Le CNDPI publie une revue spéciale élections locales    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    L'APW dans l'escarcelle du FLN    "Nos joueurs ont été perturbés par ce confinement"    Météo : Des vents forts continueront à souffler sur plusieurs wilayas du pays ce lundi (BMS)    La tutelle annonce des mesures d'apaisement    Mort d'un septuagénaire par asphyxie au monoxyde de carbone    Lancement de la vaccination à domicile    Conseil de sécurité de l'ONU : Lamamra appelle l'Afrique à parler d'une seule voix    Les graves accusations de Baâdji    Le défi de la qualité    Le dernier vol du colibri !    ASM Oran : El Djemîa en route vers le purgatoire !    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    L'UGTT réclame un «dialogue national»    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    Haaland peste contre l'arbitrage    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    Augmentation pénalisante des prix    Les japonais "s'intéressent" au marché algérien    7 décès et 172 nouveaux cas en 24 heures    Le FFS fait son bilan    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    Le voleur des 32 kg de cuivre arrêté en flagrant délit    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    La vie d'errance de Si Mohand ou Mhand    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une «tumeur maligne»
Marché de gros de Semmar
Publié dans L'Expression le 16 - 10 - 2021

Les ministres du Commerce se sont succédé et ont tous promis de s'en débarasser, mais il est toujours là! Il s'agit du marché de gros de Semmar. Une «tumeur», pour la capitale, au vu des innombrables nuisances qu'il provoque à tous les habitants de l'Algérois. Jeudi dernier, le ministre du Commerce, Kamel Rezig, est revenu à la charge devant les sénateurs qui l'interrogeaint sur l'avancée du projet de délocalisation de ce grand «souk». Comme ses prédécesseurs, il a annoncé que son département ministériel avait mis en place un plan à cet effet.
«Le ministère a réalisé une étude pour transférer ce marché, sis à la commune de gué de Constantine, vers la commune d'El Kharrouba (Boumerdès)», a-t-il indiqué, lors d'une séance au Conseil de la nation consacrée aux questions orales présidée par Salah Goudjil.
«Le marché d'El Kharrouba comptant 549 locaux est supervisé par la Société de réalisation et de gestion des marchés de gros, Magros», a-t-il souligné. Une annonce qui laisserait croire que Rezig a trouvé le «traitement» adéquat pour ce «cancer». Sauf que la «deadline» qu'il a donnée laisse perplexe plus d'un.
En effet, le ministre parle de la fin de cette opération qui se fera, «au plus tard dans une ou 2 années». Au-delà de l'approximation de ses prévisions, ce qui dérange, dans cette déclaration, est le fait de donner une date aussi lointaine pour un problème qui était censé être résolu depuis des années.
En fait, Rezig n'apporte rien de nouveau, avec cette annonce, puisque la région qui doit abriter ce nouveau marché de gros des produits alimentaires a été identifiée depuis des années déjà. D'ailleurs, certains commerçants ont déjà pris les devants en allant s'installer dans la wilaya de Boumerdès, plus exactement à Hlaymiya (Boudouaou). Un nouveau marché de gros est né la-bas, qui commence à effacer doucement celui de Semmar. Plus de la moitié des commerçants ont déjà quitté les lieux. Il y a 2 ans, il y avait plus de 700 commerçants qui exerçaient dans cette «République», où ils dictaient la loi du marché. Aujourd'hui, il ne seraient même pas 400, selon les chiffres donnés par le ministre du Commerce aux sénateurs.
«Le marché de Semmar compte 395 locaux commerciaux (5 locaux pour l'importation, 271 commerces de gros, 77 commerces de détails et 6 entrepôts)», a-t-il indiqué. Kamel Rezig attend-il donc une «auto-dissolution» de ce marché? Sinon pourquoi annoncer des dates aussi vagues? Surtout qu'il s'agit, là, d'un problème urgent au vu de l'anarchie qui règne dans cet espace commercial ainsi qu'aux problèmes d'ordre environnemental et urbanistique qu'il entraîne. Cela, sans parler des innombrables embouteillages provoqués par les milliers de personnes et camions qui y viennent s'approvisionner chaque jour. La bonne nouvelle réside, toutefois, dans le fait que certains marchés régionaux de vente en gros de produits alimentaires commencent à voir le jour.
«Deux marchés régionaux de gros ont été réceptionnés à Ouargla et Bechar, pendant que deux autres sont en cours de réalisation à Tiaret et à Batna ou à Khenchela», a fait savoir le ministre. Il y a également l'éradication, «jusqu'au 31 août dernier, de 1 125 marchés informels sur 1503 marchés recensés, faisant état de 65 493 commerçants activant dans ces espaces illégaux et de la réintégration de 31 058 commerçants dans les marchés hebdomadaires formels». Un bon début, mais le chemin est encore long pour mettre fin à cette grande anarchie..


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.