JM Oran-2022 : Des instructions pour créer une instance de suivi des préparatifs    Industrie: créer de nouvelles spécialités pour répondre aux besoins du secteur    Mobiliser tous les organismes de l'Etat pour accompagner les opérateurs-exportateurs    Tebboune: L'Algérie compte abriter une Conférence unificatrice des factions palestiniennes    Algérie-Egypte : Un autre match, une autre histoire    Real : Casemiro compte sur Jovic pour faire oublier l'absence de Benzema    Elections de la LFP : Medouar évasif sur un deuxième mandat    Les nouvelles technologies contribueront à la généralisation de l'utilisation de la langue arabe    La Touiza, entre héritage et pratique    «Je me suis mordue la langue» de Nina Khada primé    Goudjil reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Le Premier ministre reçu par le Président de l'Etat de Palestine    Affaire Condor : 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi et acquittement en faveur des cadres Mobilis    Le Barça va faire une nouvelle offre à Dembélé    Présentation de chauffe-eau-solaires locaux mardi à Bousmail    Affaire Groupe Condor: 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi    Le CNDPI publie une revue spéciale élections locales    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    L'APW dans l'escarcelle du FLN    "Nos joueurs ont été perturbés par ce confinement"    Météo : Des vents forts continueront à souffler sur plusieurs wilayas du pays ce lundi (BMS)    La tutelle annonce des mesures d'apaisement    Mort d'un septuagénaire par asphyxie au monoxyde de carbone    Lancement de la vaccination à domicile    Conseil de sécurité de l'ONU : Lamamra appelle l'Afrique à parler d'une seule voix    Les graves accusations de Baâdji    Le défi de la qualité    Le dernier vol du colibri !    ASM Oran : El Djemîa en route vers le purgatoire !    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    L'UGTT réclame un «dialogue national»    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    Haaland peste contre l'arbitrage    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    7 décès et 172 nouveaux cas en 24 heures    Le FFS fait son bilan    Augmentation pénalisante des prix    Le voleur des 32 kg de cuivre arrêté en flagrant délit    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    «2022 sera l'année de la performance industrielle»    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    La vie d'errance de Si Mohand ou Mhand    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'inoubliable Fatima Bedar
Massacre du 17 octobre 1961 : Elle avait 16 ans, elle a été assassinée par des policiers français
Publié dans L'Expression le 17 - 10 - 2021

Le 17 octobre 1961 figure parmi les dates phares de la révolution algérienne. Elle revient chaque année pour déterrer et jeter à la face du monde, le visage barbare de la colonisation française, sur ses propres terres, mais elle met surtout en exergue l'héroïsme, le courage, le don de soi des Algériens pour briser les chaînes de l'humiliation pour que l'Algérie vive libre.
À ce titre, le nom de Fatima Bedar est lié pour l'éternité à cet événement tragique marqué par une répression féroce, des massacres, des atrocités d'une sauvagerie inégalée: des dizaines d'Algériens seront jetés, puis noyés dans la Seine.
L'épilogue d'un destin cruel que connaîtra la jeune Fatima. Comme l'ont connu petit Omar, lors de la bataille d'Alger, Bouzid Saâl qui fut abattu par un policier, alors qu'il brandissait l'emblème national, lors des manifestations du 8 Mai 1945 et tant d'autres jeunes adolescents à peine sortis de l'adolescence. Fatima n'avait que 15 ans. Elle est la plus jeune martyre des événements du 17 octobre 1961, elle sera retrouvée, noyée, par des ouvriers chargés du nettoyage de l'écluse d'un canal de la Seine. Fatima est née le 5 août 1946 à Tichy (wilaya de Béjaïa). Elle grandit aux côtés de sa mère, Djida. Son père, Hocine, émigré en France, travaillant à Saint-Denis, une commune limitrophe de la capitale française, Paris. Elle le rejoint alors qu'elle n'a que 5 ans. Ils vivent dans un bidonville du quartier Pleyel, à Saint-Denis puis dans un immeuble situé rue du Port à Aubervilliers, en banlieue parisienne avant de déménager, en 1959, à Sarcelles une commune du Val d'Oise. La famille s'est agrandie, Fatima a six frères et soeurs, les plus âgés sont Zohra, Louisa et Djoudi (né en 1956), emménage dans un pavillon à Stains, une commune de la Seine-Saint- Denis, en région Ile -de -France. Fatima grandit au sein de cette famille nationaliste. Elle accompagne son père, militant de la Fédération de France du FLN à des réunions clandestines du Front de Libération nationale.
Une gamine tenant son père par la main détourne la suspicion des policiers. «Elle a développé visiblement une conscience aigüe de la condition des Algériens, autant en France qu'en Algérie, dont certains souvenirs dans son village natal, à Tichy, à 15 km à l'est de Béjaïa demeurent encore vivaces», témoignera son frère Djoudi, ce qui a contribué à la jeter corps et âme dans les bras de la révolution, à en épouser sa cause jusqu'à en mourir. Elle aura rendez-vous avec cette destinée déchirante, le 17 octobre 1961. Elle se rend à la manifestation à laquelle a appelé la Fédération de France du FLN contre l'avis de ses parents, qui devaient y prendre part. «Elle noue ses cheveux comme on l'exige au collège, met sa plus belle robe, sa ceinture rouge, sa veste en daim, emplit son cartable de ses livres de classe, puis elle quitte la maison pour la dernière fois», écrira Didier Daeninckx dans Meurtres pour mémoire, un roman de série noire dont l'action se situe le 17 octobre 1961, publié en 1983 chez Gallimard. Pendant près de 15 jours, sa mère, enceinte de sa troisième fille, Zohra, ne cessera de sillonner les rues de Stains et de Saint-Denis, emmenant Djoudi dans ses marches sans fin.
«Le 31 octobre, un ouvrier qui travaillait sur la septième écluse du canal de Saint-Denis, près de la gare, découvre le cadavre de Fatima et ses longs cheveux dénoués», poursuivra l'écrivain français. Elle emportera avec elle son rêve de devenir institutrice.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.