Les Benhamadi condamnés    Le dossier sera traité jeudi prochain    Seules deux femmes siégeront à l'APW de Béjaïa    Le procès de Chakib Khelil aura lieu le 20 décembre    Légère baisse de la production d'agrumes    Le Président Tebboune décerne la médaille des Amis de la révolution algérienne au Président de l'Etat de Palestine    12 militaires et "des dizaines de terroristes" tués    Une Association sahraouie tient l'ONU pour responsable des crimes marocains    Le SG de l'ONU condamne "fermement"    En souvenir d'Omdurman    Belmadi quatrième    Plusieurs routes bloquées dans l'est du pays    Tentatives de relance des projets d'amélioration urbaine    Des exploitations agricoles privées d'électricité    "l'industrie musicale vit sa plus mauvaise période"    Grippe saisonnière : Les pharmaciens autorisés à pratiquer la vaccination    Nouvelles de Mostaganem    Une bureaucratie remplace une autre !    Khalfallah Abdelaziz. Moudjahid et auteur : «Notre histoire doit être engagée contre l'amalgame et la déformation...»    Kaïs Yaâkoubi satisfait    Le détail qui échappe à Charfi    Vers le dénouement    L'armée d'occupation israélienne assiège une ville dans le Nord de la Cisjordanie    Tout dépendra encore des recours    Le RND remporte la présidence de l'APW    Purée de courgettes à la menthe    Du gluten dans votre shampooing    Un exploit contre Liverpool pour espérer    Séminaire des chefs de mission et des délégués techniques    A Tierra met le cap sur Annaba    O. Médéa: Une entame prometteuse    Cyclisme - Championnats arabes: Riahi Anes honoré par le wali de Tlemcen    Et la relance socio-économique ?    Coupe arabe FIFA: Algérie-Egypte, aujourd'hui à 20h00 - Spectacle, suspense et enjeu !    Au bled de cocagne !    Le 11 décembre à l'Institut «Cervantès» d'Oran: Conférence en ligne sur des monuments historiques d'Oran    Le renvoi révélateur?    Aziza Oussedik en paisible retraite    Les points à retenir du Conseil des ministres    L'axe incontournable de la relance    Le bras de fer continue !    L'interaction Tamazight et l'informatique    Un riche parcours et des réalisations    7e édition des Journées du cinéma amateur    10 milliards de dollars octroyés à de faux investisseurs    L'Algérie octroie 100 millions de dollars à la Palestine    Les talibans nient les accusations d'«exécutions sommaires»    Mort du combattant anti-apartheid, Ebrahim Ismail Ebrahim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Discussions entre les parties syriennes sur la Constitution
Syrie
Publié dans L'Expression le 19 - 10 - 2021

Le coprésident représentant le gouvernement syrien Ahmad Kuzbari et celui de l'opposition Hadi al-Bahra, se sont rencontrés dimanche à Genève (Suisse) sous l'égide de l'émissaire onusien pour la Syrie, Geir Pedersen. Pour la première fois, les deux co-présidents, celui nommé par le gouvernement et celui nommé par l'opposition, se sont retrouvés avec moi pour une discussion substantielle et franche sur la manière dont nous devons procéder pour la réforme constitutionnelle», a expliqué M. Pedersen au cours d'un très bref point de presse. Ahmad Kuzbari est le co-président nommé par Damas, et Hadi al-Bahra représente l'opposition. Les discussions sur la constitution vont reprendre entre les parties syriennes sous l'égide de l'ONU à partir de lundi et devraient durer toute la semaine. Elles se dérouleront en format restreint: 15 membres représentant le pouvoir, 15 l'opposition et 15 la société civile. Ce comité restreint rendra ensuite compte au comité élargi qui compte 150 membres, 50 pour chacune des parties.
Le processus lancé il y a deux ans était totalement enlisé jusque-là et aucun progrès n'a été réalisé dans l'accomplissement de son mandat, avait reconnu M. Pedersen, lors d'une séance d'information du Conseil de sécurité fin septembre. Dimanche, il a souligné que «les deux coprésidents sont désormais d'accord» pour que «l'on commence le processus d'élaboration d'une réforme constitutionnelle en Syrie». Il a ajouté que si le pays connaissait un «calme relatif» depuis mars, il n'en reste pas moins que «des civils sont tués et blessés tous les jours». Il faut donc «faire quelque chose pour changer la situation et comme vous le savez, en plus de cela, nous avons une situation humanitaire et économique extrêmement difficile. Il y a plus de 13 millions de Syriens qui ont besoin d'aide humanitaire et presque 90% d'entre eux vivent sous le seuil de pauvreté», a expliqué M. Pedersen, précisant que si le processus de réforme constitutionnel était important, «il ne suffira pas à résoudre la crise syrienne».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.