Tribunal de Sidi M'hamed: 3 ans de prison ferme pour l'ancien directeur de Cabinet du Premier ministère, Sellal acquitté    Coupe arabe Fifa: 16 pays dans les starting-blocks pour séduire un trophée très convoité    Un scrutin et des leçons    Le salaire moyen en Algérie stagne sous les 42 000 DA    Eni cède 49,9% de ses parts à Snam    De l'apport de la maison d'accompagnement et d'intégration    Comment mettre fin au projet d'expansion israélienne    Trois manifestants tués    La réouverture de la frontière au menu    Le FLN résiste et le MSP s'installe    Des duels directs intéressants    Plus de 1 700 logements réceptionnés par l'OPGI    Plantation de 4 000 arbustes en 2021    Démantèlement d'un réseau de migrants vers l'Espagne    Il y a cinq ans s'éteignait Amar Ezzahi    ...CULTURE EN BREF ...    Le CIJM fait appel à Tebboune, au Premier ministre et au MJS    Mahrez n'en veut pas à Guardiola    Retour du FLN, forte percée des indépendants et net recul du FFS à Béjaïa    Les avocats obtiennent gain de cause    Des Miss et des Z'hommes    Une mère et son enfant tués par le monoxyde de carbone    Les services de la santé sur le qui-vive    «Nous devons apprendre à vivre avec le Covid-19»    Les risques commerciaux découlant de l'affrètement d'un navire    Les résultats provisoires attendus cette semaine    Pour le Ballon d'Or, Zidane affiche une nouvelle fois son soutien à Benzema    Chlef: Des facilitations pour les employeurs    Chutes de neige et glissement de terrain: Des routes fermées dans plusieurs wilayas    Ils seront transférés aux vendeurs activant dans l'informel: Une commission pour recenser les locaux et marchés inexploités    Rapprochement entre le Maroc et l'entité sioniste: «Un véritable danger pour toute la région»    Climat ombrageux ?    La xénophobie change de sens    Le doigt d'honneur du prétendant Zemmour adressé en vrai aux Français    Hommage - Paul Bouaziz (Oran, 1926- Paris, 2021): L'avocat des démunis et des résistants    Chanegriha au Caire pour participer au Salon de Défense    Cinq combattants kurdes tués dans une attaque de l'EI    Le Front Polisario appelle la jeunesse mondiale à renforcer son soutien    Ferhat, une affaire à saisir    Le feuilleton Haaland est relancé    Palmeiras réussit le doublé    Le Comité militaire mixte libyen s'est réuni à Tunis    Tripoli soigne son partenariat avec Alger    La nouvelle vague    Le SG de l'ONU «très satisfait» du rôle de l'Algérie    «L'homme-carrefour» de Hakim Laâlam primé    «Une ère nouvelle d'estime et d'amitié»    L'art rassemble le tout-Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les pétards ont «mis le feu»
Constantine
Publié dans L'Expression le 20 - 10 - 2021

Malgré toutes les campagnes de sensibilisation de la sûreté de la wilaya, la Gendarmerie nationale et la Protection civile, les produits pyrotechniques ont été utilisés à outrance durant la fête du Mawlid Ennabaoui (Qsssl). Pendant longtemps et à quelques semaines de cette fête religieuse, l'usage des pétards a fait ravage. Des adolescents passent leurs jours et leurs nuits au rythme des détonations, des forts décibels et de feux d'artifice qui, souvent, se terminent en drames, en allant agresser même des passants comme cela a été le cas dans l'une des cités de Constantine, quand un «malade» a tenté de jeter un pétard à l'intérieur du véhicule d'un jeune garé dans le parking devant chez lui.
Fort heureusement, ce délinquant a raté son coup. Classés comme prohibés à l'importation, les produits pyrotechniques ont, depuis longtemps, alimenté en grandes quantités les marchés et les étals, générant des revenus colossaux à leurs propriétaires. Malgré les saisies importantes opérées par les services de sécurité, le marché n'a jamais désempli. Dans son bilan, transmis hier, à notre rédaction, la sûreté de la wilaya de Constantine a fait état de la saisie de pas moins de 495 000 unités de produits pyrotechniques, lors de plusieurs opérations, inculpant 52 personnes qui ont fait l'objet de poursuites judiciaires. Même si la lutte contre l'usage, voire l'importation des produits pyrotechniques a diminué au cours de ces dernières années, la contrebande maintient le transfert aléatoire de la marchandise depuis les frontières. Dans son dernier bilan, l'Armée nationale populaire a fait état de son côté de la saisie de 653 360 unités d'articles pyrotechniques. Manipulé sans précaution, ce produit, sert aujourd'hui, à des gangs qui s'en servent pour déclencher des bagarres dans les quartiers comme cela s'est produit, un jour avant la fête, à la cité Filali ayant nécessité l'intervention en force de la police. Les parents demeurent démissionnaires, voire même, complices en encourageant leurs enfants à utiliser ces produits, pourtant très dangereux et l'imprudence exacerbée des fêtards, à l'origine de la recrudescence des accidents. La plupart des atteintes surviennent au niveau des mains, mais d'autres zones du corps peuvent être concernées, comme les yeux et le visage.
Les parents ne doivent pas ignorer que ces produits sont néfastes, tant pour les utilisateurs que pour leur entourage ou leur environnement. Et pour cause, les produits pyrotechniques contiennent, souvent des substances explosives, susceptibles d'entraîner des blessures et des brûlures, voire de provoquer des incendies. Cela, sans oublier le manque de respect pour le voisinage. Par ailleurs, toutes les actions entreprises par les services de sécurité, à même d'avoir un impact sur ce marché, n'ont, visiblement, pas découragé les contrebandiers.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.