Une équipe algérienne décroche la 1re place    L'armée d'occupation israélienne attaque une ville palestinienne    Nous n'adhérerons à aucun processus de paix au vu de la poursuite du terrorisme marocain et du silence onusien    Plusieurs interventions dans le Centre et l'Est du pays ces dernières 24h    Les nouvelles technologies contribueront à sa généralisation    «Réception de la majorité des structures sportives vers la fin du mois»    Les ressources du secteur industriel "permettent de se passer d'une grande partie des revenus des hydrocarbures"    La conférence unificatrice des factions palestiniennes en Algérie, une affirmation du caractère sacré de la cause palestinienne    Coronavirus: 197 nouveaux cas 161 guérisons et 3 décès    Man City : Déjà un accord entre Ferran Torres et le Barça ?    LDC : Le programme des matchs de ce mardi    Le SG de l'ONU condamne "fermement"    Le procès de Chakib Khelil aura lieu le 20 décembre    Légère baisse de la production d'agrumes    Seules deux femmes siégeront à l'APW de Béjaïa    Les Benhamadi condamnés    Le dossier sera traité jeudi prochain    Tentatives de relance des projets d'amélioration urbaine    Des exploitations agricoles privées d'électricité    Le Covid contamine les écoles    12 militaires et "des dizaines de terroristes" tués    "l'industrie musicale vit sa plus mauvaise période"    Grippe saisonnière : Les pharmaciens autorisés à pratiquer la vaccination    Nouvelles de Mostaganem    Importation de véhicules neufs : Les opérateurs dans l'expectative    Une bureaucratie remplace une autre !    Khalfallah Abdelaziz. Moudjahid et auteur : «Notre histoire doit être engagée contre l'amalgame et la déformation...»    Retrouvailles inédites à Doha !    Kaïs Yaâkoubi satisfait    Belmadi 4e, Mancini sacré !    Du gluten dans votre shampooing    Tout dépendra encore des recours    Le RND remporte la présidence de l'APW    Le détail qui échappe à Charfi    A Tierra met le cap sur Annaba    Au bled de cocagne !    Le 11 décembre à l'Institut «Cervantès» d'Oran: Conférence en ligne sur des monuments historiques d'Oran    Aziza Oussedik en paisible retraite    Le renvoi révélateur?    Les points à retenir du Conseil des ministres    Le bras de fer continue !    Une "finale" avant l'heure pour la première place du groupe D    L'interaction Tamazight et l'informatique    7e édition des Journées du cinéma amateur    10 milliards de dollars octroyés à de faux investisseurs    L'Algérie octroie 100 millions de dollars à la Palestine    Les talibans nient les accusations d'«exécutions sommaires»    Mort du combattant anti-apartheid, Ebrahim Ismail Ebrahim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Maison de la presse de Bouira baptisée Abdenour Merzouk
Hommage et reconnaissance au défunt journaliste de L'Expression
Publié dans L'Expression le 23 - 10 - 2021


Vibrant hommage et juste reconnaissance au chef de bureau du quotidien L'Expression à Bouira, le défunt Abdenour Merzouk, à l'occasion de la Journée nationale de la presse. La Maison de la presse de ladite wilaya portera, désormais, son nom pour l'éternité. C'est lors d'une cérémonie émouvante, rehaussée par la présence de Abdeslam Lekhal Ayat, wali de Bouira, de la famille Merzouk, ainsi que des autorités locales, civiles et militaires, que la Maison de la presse de Bouira a été baptisée au nom du défunt. Des larmes de tristesse, de l'émotion et surtout un sentiment de reconnaissance envers l'un des doyens de la presse locale, Abdenour Merzouk, ont marqué cette cérémonie. «Nous avons opté pour la baptisation de la Maison de la presse locale du nom du défunt journaliste, Abdenour Merzouk, en hommage à sa mémoire et en guise de reconnaissance de ses sacrifices fournis pour une presse constructive», a déclaré le wali de Bouira, Abdeslam Lekhal Ayat, en honorant la famille du défunt. « Le destin a voulu que cette Maison de la presse porte son nom (Abdenour Merzouk, Ndlr), lui qui n'avait pas caché sa joie, lors de son inauguration en 2020», a confié le wali à l'épouse du défunt. Très accessible et apprécié, le premier magistrat de la wilaya de Bouira, exprime à chaque occasion, sa solidarité et sa proximité avec les populations et les organisations de la société civile. Dans son intervention, il n'a pas manqué d'exprimer son soutien à la presse locale dans le travail «noble qu'elle mène pour transmettre aux responsables les préoccupations des citoyens», après avoir fait un historique de la presse algérienne qui n'est pas née durant les années 1940 comme «voulait le faire croire une certaine opinion de la France coloniale ». Bien au contraire ajoute, Lekhal Ayat, la presse algérienne existait depuis le XVIIIe siècle « pour crier l'identité algérienne à la face du colonialisme français». «Cette journée du 22 octobre est une occasion pour nous de rendre hommage au long parcours de la presse algérienne, son combat pour l'indépendance, la lutte contre le terrorisme et la défense des intérêts du pays par une information juste et crédible.». Plusieurs confrères journalistes se sont succédé à la tribune pour apporter leur témoignage et rendre un vibrant hommage à Abdenour Merzouk, décédé le 15 août dernier, à l'âge de 64 ans, à l'hôpital Mohamed-Boudiaf de Bouira, des suites d'une longue maladie. «Le défunt a sacrifié sa vie dans l'accompagnement du processus de développement de la wilaya de Bouira, à travers ses différents écrits et ses couvertures.». C'est un fait avéré, puisque durant ses deux décennies d'exercice à L'Expression, le défunt s'est fait une ligne de conduite irréprochable: ni journalisme de rupture ni journalisme de connivence, en dépit des conditions très difficiles d'accès à l'information. Il s'est inscrit dans le juste milieu pour restituer au mieux les préoccupations du simple citoyen au niveau local. Homme mesuré, digne, le défunt a formé des générations d'élèves, pour avoir été enseignant en langue française, avant de rejoindre le quotidien L'Expression, dès son lancement en novembre 2000. Un des doyens de la presse locale, Da Abdenour, comme l'appelaient ses confrères à Bouira, était considéré comme un frère, un père et un protecteur par les nouvelles générations de journalistes. Il ne tarissait jamais de conseils et d'orientations pour ses jeunes confrères avides d'apprendre le métier. « Il suffit de la présence de Da Abdenour dans une couverture aussi banale, soit-elle, pour que tout devienne joie et bonheur», témoigne un jeune correspondant local. Parce que Abdenour Merzouk ne se contentait pas, uniquement, d'écrits journalistiques. Il était également très présent dans les mouvements associatifs et des actions de solidarité. C'est donc une récompense qui a été rendue à ce personnage exceptionnel. Repose en paix cher frère, cher ami.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.