Tribunal de Sidi M'hamed: 3 ans de prison ferme pour l'ancien directeur de Cabinet du Premier ministère, Sellal acquitté    Coupe arabe Fifa: 16 pays dans les starting-blocks pour séduire un trophée très convoité    Un scrutin et des leçons    Le salaire moyen en Algérie stagne sous les 42 000 DA    Eni cède 49,9% de ses parts à Snam    De l'apport de la maison d'accompagnement et d'intégration    Comment mettre fin au projet d'expansion israélienne    Trois manifestants tués    La réouverture de la frontière au menu    Le FLN résiste et le MSP s'installe    Des duels directs intéressants    Plus de 1 700 logements réceptionnés par l'OPGI    Plantation de 4 000 arbustes en 2021    Démantèlement d'un réseau de migrants vers l'Espagne    Il y a cinq ans s'éteignait Amar Ezzahi    ...CULTURE EN BREF ...    Le CIJM fait appel à Tebboune, au Premier ministre et au MJS    Mahrez n'en veut pas à Guardiola    Retour du FLN, forte percée des indépendants et net recul du FFS à Béjaïa    Les avocats obtiennent gain de cause    Des Miss et des Z'hommes    Une mère et son enfant tués par le monoxyde de carbone    Les services de la santé sur le qui-vive    «Nous devons apprendre à vivre avec le Covid-19»    Les risques commerciaux découlant de l'affrètement d'un navire    Les résultats provisoires attendus cette semaine    Pour le Ballon d'Or, Zidane affiche une nouvelle fois son soutien à Benzema    Chlef: Des facilitations pour les employeurs    Chutes de neige et glissement de terrain: Des routes fermées dans plusieurs wilayas    Ils seront transférés aux vendeurs activant dans l'informel: Une commission pour recenser les locaux et marchés inexploités    Rapprochement entre le Maroc et l'entité sioniste: «Un véritable danger pour toute la région»    Climat ombrageux ?    La xénophobie change de sens    Le doigt d'honneur du prétendant Zemmour adressé en vrai aux Français    Hommage - Paul Bouaziz (Oran, 1926- Paris, 2021): L'avocat des démunis et des résistants    Chanegriha au Caire pour participer au Salon de Défense    Cinq combattants kurdes tués dans une attaque de l'EI    Le Front Polisario appelle la jeunesse mondiale à renforcer son soutien    Ferhat, une affaire à saisir    Le feuilleton Haaland est relancé    Palmeiras réussit le doublé    Le Comité militaire mixte libyen s'est réuni à Tunis    Tripoli soigne son partenariat avec Alger    La nouvelle vague    Le SG de l'ONU «très satisfait» du rôle de l'Algérie    «L'homme-carrefour» de Hakim Laâlam primé    «Une ère nouvelle d'estime et d'amitié»    L'art rassemble le tout-Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ce que risque le maire
Bir El Djir/Oran
Publié dans L'Expression le 25 - 10 - 2021


L'ex- P/ APC de Bir El Djir B.H. et son adjoint K.M.A. sont passibles d'une aggravation de peine. C'est ce qu'a requis à leur encontre, le représentant du ministère public, lors du procès tenu en fin de semaine écoulée, après que la Cour suprême a accepté le pourvoi en cassation interjeté par les deux mis en cause. Ces derniers, jugés et condamnés auparavant à 7 ans de prison ferme, sont cités dans une affaire liée à la constitution d'une bande de malfaiteurs, dilapidation des deniers publics en concluant, entre 2016 et 2017, des transactions douteuses, abus de pouvoir, faux et usage de faux, et autres chefs d'inculpation liés à la corruption. L'avocat général a, par là-même, réclamé le maintien de la première sentence infligée contre un entrepreneur, condamné à trois années de prison ferme, le secrétaire général et le contrôleur financier de la même municipalité. Cette affaire a été déclenchée par les éléments de la brigade financière et économique d'Oran, suite à une plainte déposée par l'ex- wali d'Oran, ce dernier a signalé de scabreux scandales financiers marquant la gestion des affaires de la cité, la commune de Bir El Djir située dans la partie est de la wilaya d'Oran. Il s'agit, selon le chef d'accusation, de dilapidation des deniers publics, suite à la conclusion de transactions douteuses, en violation totale des règles et des lois fixées par le Code des marchés publics. Il s'agit principalement du projet portant sur la réalisation du marché parisien dans la localité de Sidi El Bachir, à l'est d'Oran. Le chef d'accusation fait état de «connivence» de toutes les parties citées dans l'affaire ayant conduit, en première partie, à la dilapidation d'un montant de 56 millions de dinars (5,6 milliards de centimes), avant que le même projet ne soit annulé pour plusieurs raisons, dont l'impossibilité d'implanter ledit marché sur un terrain non urbanisable. «Ledit foncier est sableux, non urbanisable et ne peut recevoir un quelconque projet d'utilité publique», relève- t-on du chef d'accusation. Ce dernier cite le rôle joué par chacun des mis en cause dans cette affaire traînant depuis 2016. Les mis en cause sont, selon le même rapport, passés à la «deuxième phase» en reconduisant, sans l'aval de plusieurs autres élus locaux, le même projet sous une autre appellation et pour le même montant, soit 56 millions de dinars. Le même document fait état de la reconduction de la première entreprise désignée pour la réalisation du projet annulé auparavant. Vu autrement, ledit projet n'a pas fait l'objet d'un appel d'offres devant être annoncé par le biais de la presse nationale. Pis encore, plusieurs autres entreprises ont été exclues de la soumission. Auditionné, l'ex- maire, B.H. a tout d'abord nié les faits lui ayant été attribués.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.