Sellal acquitté    Coupe Arabe : Le groupe de l'Algérie au complet pour la séance d'entrainement du dimanche à Doha    Un scrutin et des leçons    Le salaire moyen en Algérie stagne sous les 42 000 DA    Eni cède 49,9% de ses parts à Snam    De l'apport de la maison d'accompagnement et d'intégration    Comment mettre fin au projet d'expansion israélienne    Trois manifestants tués    La réouverture de la frontière au menu    La Cour constitutionnelle tranche en faveur des avocats    Des duels directs intéressants    Plus de 1 700 logements réceptionnés par l'OPGI    Plantation de 4 000 arbustes en 2021    Démantèlement d'un réseau de migrants vers l'Espagne    Il y a cinq ans s'éteignait Amar Ezzahi    ...CULTURE EN BREF ...    Le Championnat national hivernal les 18 et 19 mars à Oran    Mahrez n'en veut pas à Guardiola    Les résultats provisoires attendus cette semaine    Retour du FLN, forte percée des indépendants et net recul du FFS à Béjaïa    Des Miss et des Z'hommes    Une mère et son enfant tués par le monoxyde de carbone    Les services de la santé sur le qui-vive    «Nous devons apprendre à vivre avec le Covid-19»    Les risques commerciaux découlant de l'affrètement d'un navire    Les indépendants conduiront la commune de Constantine    Pour le Ballon d'Or, Zidane affiche une nouvelle fois son soutien à Benzema    Chlef: Des facilitations pour les employeurs    Chutes de neige et glissement de terrain: Des routes fermées dans plusieurs wilayas    Ils seront transférés aux vendeurs activant dans l'informel: Une commission pour recenser les locaux et marchés inexploités    Rapprochement entre le Maroc et l'entité sioniste: «Un véritable danger pour toute la région»    Climat ombrageux ?    La xénophobie change de sens    Le doigt d'honneur du prétendant Zemmour adressé en vrai aux Français    Hommage - Paul Bouaziz (Oran, 1926- Paris, 2021): L'avocat des démunis et des résistants    Chanegriha au Caire pour participer au Salon de Défense    Cinq combattants kurdes tués dans une attaque de l'EI    Le Front Polisario appelle la jeunesse mondiale à renforcer son soutien    Ferhat, une affaire à saisir    Le feuilleton Haaland est relancé    Palmeiras réussit le doublé    Le Comité militaire mixte libyen s'est réuni à Tunis    Tripoli soigne son partenariat avec Alger    La nouvelle vague    Le SG de l'ONU «très satisfait» du rôle de l'Algérie    «L'homme-carrefour» de Hakim Laâlam primé    «Une ère nouvelle d'estime et d'amitié»    L'art rassemble le tout-Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Et si l'Algérie s'y mettait?
Exportation des services
Publié dans L'Expression le 25 - 10 - 2021

Constituant l'un des axes essentiels pour la relance économique, le développement des start-up est devenu, avec l'événement des technologies de pointe, une nécessité incontournable érigée, par les pouvoirs publics, en priorité nationale.
Une orientation qui vise, en plus de contribuer à l'émergence d'un climat des affaires et de l'investissement plus fluide et ouvert, l'économie de la connaissance, aura un rôle central à jouer dans l'exportation des services, qui passe pour être l'un des principaux objectifs de la nouvelle stratégie économique de l'Etat. Ce dernier s'articule autour de l'importance de faire émerger des opérateurs essentiellement engagés dans la création d'un nouveau tissu industriel autour de l'intelligence artificielle dans la production des services. Seule alternative pour prétendre pénétrer les marchés étrangers, et s'imposer avec des produits concurrentiels. Pour ce faire, il est indispensable, selon les experts, d'accompagner la création des start-up par un environnement de soutien et de suivi, basé sur la mise en place de mesures de facilitations dans le financement et sur le volet juridique et administratif, afin d'assurer une pérennité hautement nécessaire pour atteindre les résultats escomptés. Dans ce sens, des décisions encourageantes ont été prises par les pouvoirs publics, notamment la banque d'Algérie, qui demeure un partenaire incontournable dans la constitution d'un écosystème favorable à la promotion de la start-up dans l'exportation des services. Cette dernière permet désormais, aux exportateurs algériens de «disposer de la totalité des recettes en devises générées par leurs activités, selon le même texte; dès le rapatriement des recettes d'exportations hors hydrocarbures et produits miniers et de services, la banque crédite à l'ordre de l'exportateur le montant des recettes reçues dans le(s) compte(s) en devises qu'il détient, dans le respect des modalités fixées par instruction de la banque d'Algérie». Des mécanismes qui se mettent progressivement en place, et qui imposent aux opérateurs d'améliorer la qualité de leurs prestations et de se pencher sur les besoins et les tendances des marchés internationaux. Ces derniers peuvent s'ouvrir à un large volume de domaines d'activité, notamment l'ensemble des sociétés activant dans le domaine du numérique et des techniques de communication et de l'information ainsi que les technologies de l'information et de la communication, et les services numériques dans l'information, la communication, le bâtiment, les travaux publics, l'hydraulique, les logiciels, les applications, la logistique, le transport et les conseils d'affaires. C'est dire l'importance des opportunités qui se présentent à ce secteur pour se développer et atteindre d'autres axes d'investissement, tels que les services après-vente, la sous-traitance, les professions libérales, le tourisme et les voyages, les prestations financières, l'assurance, la formation dans les domaines de l'enseignement supérieur, la formation professionnelle, le sport, le cinéma et les services d'accompagnement pour obtenir les certificats de conformité et de qualité.
Cela étant, il est indéniable qu'une dynamique entre les différents acteurs, pour pouvoir définir et exposer les obstacles et les contraintes rencontrés par les exportateurs, et qui font régulièrement l'objet de débats entre le ministère délégué auprès du Premier ministre, chargé de l'Economie de la connaissance et des Start-up, la banque d'Algérie, l'Agence des banques et des établissements financiers (Abef), le Groupe algérien des acteurs du numérique (Gaan).
Par ailleurs, tous les acteurs s'accordent à dire que pour réussir à hisser la start- up en tant qu'axe central du passage d'une économie de rente à une économie diversifiée et une voie fiable pour le développement économique durable, il est indispensable d'accélérer les réformes profondes lancées, notamment d'ordre bancaire, fiscal et l'assainissement de l'administration.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.