Cour d'Alger : Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Le renforcement des capacités de combat de l'armée sahraouie, une des priorités pour 2022    Football / Algérie : Djahid Zefizef nouveau manager général des Verts    Education: la suspension des cours prolongée jusqu'au 5 février prochain    Chaalal met en avant la volonté politique de renforcer les relations culturelles entre les peuples algérien et égyptien    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Le Chabab réussit la passe de trois    Une politique difficile à mettre en œuvre    L'information locale au centre des préoccupations    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Quand les plans de l'AEP font défaut    Un casse-tête chinois    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Jungle/Pub sur Internet ?    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    L'Algérie redessine les contours de la région    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les spéculateurs ont la peau dure
La flambée des prix des fruits et légumes se maintient
Publié dans L'Expression le 30 - 11 - 2021

En attente d'une production du mois de décembre considérée comme salvatrice et clémente pour les petites et moyennes bourses, la flambée effrénée des prix des fruits et légumes se maintient et défie la loi des saisons. Après de fortes promesses d'un retour à la normale, et avec la force de décisions fermes de la part des pouvoirs publics pour contrecarrer l'appétit vorace des spéculateurs et des lobbys qui ont mis main basse sur la gestion des marchés, le citoyen se trouve toujours sous les feux ardents d'une mercuriale qui, désormais, ne connaît aucune logique ni aucun principe de l'acte commercial.
Au-delà de l'argument de la période de soudure qui ne tient plus, la loi de l'offre et de la demande a été complètement bafouée et orchestrée pour que, même en période d'abondance de la production, les prix des produits agricoles soient maintenus au prix fort, pour servir plus longtemps le diktat des spéculateurs. Sinon, comment expliquer que les oranges et les mandarines de saison ne descendent pas au-dessous des 250 DA. Alors que la tomate est cédée à 200 DA, la laitue à 110 DA, les poivrons à 140DA et la courgette à170 DA. Dans ce sillage, le ministre de l'Agriculture et du Développement rural, Mohamed Abdelhafid Henni a donné des instructions aux directeurs centraux de son secteur à l'effet de «prendre en charge toutes les préoccupations du Conseil national interprofessionnel de la filière maraîchère, notamment la flambée des prix des intrants agricoles et les pesticides ainsi que la disponibilité des semences et bien d'autres questions soulevées par les professionnels du secteur».
Il faut dire qu'en dépit des actions entreprises par les pouvoirs publics, aucune amélioration n'a été enregistrée sur le terrain, notamment en ce qui concerne le fameux tubercule, roi de la table algérienne, qui demeure au centre de tous les débats, et soulève moult interrogations. Comment se fait-il que les opérations de déstockage en masse de la pomme de terre, n'ont eu aucune influence sur les prix? Et comment se fait-il que depuis des années la problématique de la semence, des intrants et des pesticides n'est pas encore résolue? Des questions qui peuvent trouver leurs réponses en partie dans les failles et les dysfonctionnements de gestion soulevés par le président de la République, lors de sa dernière rencontre avec les medias nationaux, où il a clairement évoqué le refus d'application des grandes déstinées et des instructions déstinées justement à redresser la situation. C'est précisément à ce niveau que l'action des lobbys fait le plus mal, dans la mesure où ils puisent leurs dernières ressources, toujours dans le terreau fertile de la corruption et de la spéculation, qui a été le leur durant des décennies. À cet effet,, le ministre a donné des instructions, à l'effet de prendre «les mesures nécessaires pour garantir la disponibilité des intrants, y compris les engrais et les semences, permettant ainsi aux producteurs d'entamer la saison semailles dans de bonnes conditions, et de s'organiser pour augmenter la production et la productivité, notamment en ce qui concerne les semences ou le produit destiné à la consommation, outre l'amélioration du régime de régulation de cette filière». Reste à savoir si de telles mesures peuvent encore avoir une quelconque incidence sur la situation, ou si elles sont dépassées par l'accumulation de retards et d'accomplissement en matière de régulation du marché et des filières agricoles, et qu'il soit grand temps de passer aux réformes effectives et profondes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.