Laghouat : huit équipes au tournoi maghrébin des débats académiques électroniques    Collectivités locales: la création d'associations communales à caractère caritatif et solidaire autorisée    La décision de rouvrir les mosquées relève du seul ressort du Gouvernement    Une feuille de route de sortie "progressive et flexible" du confinement élaborée par le gouvernement    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Manifestations aux Etats-Unis : une neuvième soirée plus calme,Trump critiqué pour sa gestion de la crise    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Processus d'autodétermination au Sahara occidental: les manœuvres de la France déjouées    Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Gaz: Sonatrach adapte sa stratégie pour faire face à la concurrence croissante du marché mondial    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Le Care critique les choix du gouvernement    Les travaux s'éternisent    Vers un intérimaire à la tête du MPA    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    6 décès et 107 nouveaux cas contaminés    Hydroxychloroquine : The Lancet prend ses distances avec son étude controversée    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Quatre réseaux de crime organisé transfrontaliers démantelés: 115 kg de kif, 58.602 comprimés psychotropes et 450 millions saisis    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Un déni français    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Le ministère du Commerce dément    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    ENVOI DE TROUPES DE L'ANP A L'ETRANGER : Laraba apporte des précisions    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Nous pouvons régler la question de la pomme de terre"
SACI BELGAT, EXPERT EN AGRICULTURE
Publié dans L'Expression le 16 - 03 - 2017

Le docteur en agronomie et expert Saci Belgat considère que la crise de la pomme de terre est liée au manque de volonté politique pour mettre en place une politique agricole souveraine. Il y a aussi la question de la réorganisation du secteur qui s'impose.
L'Expression: Pourquoi les pouvoirs publics n'arrivent-ils pas à juguler une fois pour toutes le problème du tubercule qu'est la pomme de terre?
Saci Belgat: La réponse à la question comprend trois volets. Le premier volet est politique, les pouvoirs publics n'ont, soit, aucune volonté politique pour initier une politique agricole souveraine et/ou ils ne savent pas le faire et c'est aussi grave. Derrière les importations, notamment de semences de pomme de terre se nichent des intérêts financiers colossaux de groupes d'importateurs privés. Ces groupes organisés en lobbys influencent sans aucun doute la décision de production de sa propre semence, sinon, comment des pays moins favorisés aussi bien au plan financier que technique que le nôtre aient pu à l'instar de la Tunisie régler la question de la semence de pomme de terre. Le deuxième volet est technique, et en lien avec le premier volet. Tant que la question de la semence n'est pas réglée, l'Algérie continuera à naviguer à vue. Durant la période des années de vaches grasses coïncidant avec la bonne santé financière du pays et donc l'offre en trop-plein de la devise (euros et dollars), la question de l'importation de la semence ne se posait presque pas, aujourd'hui, nos finances sont rentrées dans la zone de turbulence et par conséquent de la raréfaction de la devise et voilà que la question des importations, y compris de la semence de pomme de terre, revient au trot dans le débat et les décisions gouvernementales. Il se peut que le ministère de l'Agriculture ait commis une imprudence dommageable de communication sur la question de l'importation de la semence durant cette saison, mais là n'est pas le fond du problème. La question nodale, elle est dans cette incapacité de l'Algérie à promouvoir une politique agricole de l'offre et des solutions à la mesure de l'inquiétante question de la souveraineté alimentaire. C'est aussi peut-être dans ce tâtonnement que se trouve l'explication de la valse des ministres de l'agriculture soulevée opportunément par votre journal. Quel est le pays qui peut se permettre de changer cinq ministres en cinq ans et concourir dans le même temps au règlement de la question alimentaire? Aujourd'hui, ne pouvant plus vivre l'insouciance des années financières folles, on se renvoie la patate chaude, sans pour autant ouvrir le débat sur quelle agriculture: - une agriculture de la spéculation et des annonces fantaisistes des exportations ou une agriculture de souveraineté qui garantit en premier chef la nourriture à 40 millions d'Algériens? Le troisième volet: sommes-nous en mesure de régler cette question de la semence à moyen terme? ma réponse est oui sans la moindre hésitation. Les ingénieurs et techniciens qui y travaillent, sont en mesure de le faire et de satisfaire la demande nationale en semences de pomme de terre. In fine, c'est la décision politique qui fait défaut, comme d'ailleurs dans de nombreux domaines stratégiques.
Cette flambée fulgurante du prix de la patate est-elle liée uniquement aux perturbations climatiques ou le problème est-il ailleurs?
La pomme de terre n'obéit pas stricto sensu aux perturbations climatiques, celles-ci agissent à la marge étant donné que la culture de la pomme de terre est menée y compris en plein champ en irrigué. Il se trouve à notre avantage, une fois la question de l'eau d'irrigation résolue, compte tenu de la diversité climatique et de l'étendue du territoire national de produire la pomme de terre sans grandes contraintes climatiques à toutes les saisons. Biskra et El Oued sont devenues des régions à haut potentiel de production de pomme de terre, même si j'ai quelques réserves sur les itinéraires techniques et l'aggravation de la salinité des sols de ces régions....
Le problème, il est dans l'organisation et la politique agraire. Il est temps que le ministère de l'Agriculture ait une véritable politique agricole avec des objectifs clarifiés, bien identifiés et débattus par les acteurs et spécialistes des filières agricoles. Il n'est pas demandé au ministère de l'Agriculture de battre les records de production et de rendement, il lui est demandé de réguler la production et c'est là le rôle central qui lui est théoriquement dévolu par l'Etat algérien. Un Etat et ses institutions sont désignés pour discipliner tous les acteurs privés et publics qui agissent en son nom. Disciplinés, c'est-à-dire les insérer dans une politique programmatique où l'Etat joue pleinement son rôle central de leadership. Pouvez-vous imaginer un importateur aussi puissant qu'il puisse être débarquer sur le marché international de la semence- faire son marché, s'il n'a pas l'appui et la couverture de l'Etat national- de la Banque - et c'est cet Etat et ses institutions qui sont malmenés par ces mêmes acteurs - c'est à ne plus rien comprendre et à perdre son latin. Il est inconcevable que des Algériens ayant fait fortune avec l'appui de l'Etat le mette au défi et humilient ses institutions.
Les professionnels de l'agriculture incombent cette flambée insoutenable au jeu malsain de certains spéculateurs qui détiennent une quantité considérable de la pomme de terre dans les chambres froides depuis plus d'un mois, si c'est le cas, comment se fait-il que les pouvoirs publics n'interviennent pas?
La réponse, elle est en partie dans ce qui vient d'être dit. Je n'arrive pas à imaginer un instant que des spéculateurs fassent le mauvais temps dans un Etat souverain. Nous manquons de volonté sérieuse de réguler le marché par la production. On a recours à la rareté et les joint-ventures de l'importation. Les acteurs économiques ne sont pas libres de leurs actes, on ne peut décemment profiter de toutes les garanties de l'Etat, des subventions et de toutes les largesses puis dans un second temps faire à sa guise et spéculer sur le dos de l'Etat. Dans tous les pays, la force coercitive de l'Etat, sa force publique, est plus forte que toutes les résistances et magouilles malsaines. C'est en cela qu'on reconnaît la robustesse d'un Etat, fut-il le plus libéral au plan économique. A titre indicatif, les chambres froides dans lesquelles est stockée la pomme de terre ont été financées en grande partie par le Pnda (Programme national de développement agricole) donc sur fonds publics- en termes triviaux, ces spéculateurs raflent le beurre, son argent et la suite avec... En Algérie, les responsables donnent l'impression d'aimer travailler sous tension; c'est comme si on maintient artificiellement un goulot d'étranglement pour justifier le recours à la dépense inutile de la devise et toutes les dérives de transferts illicites vers les paradis fiscaux. En pomme de terre, nous pouvons régler la question de la production et de sa disponibilité une bonne fois pour toutes et dans toutes les saisons, si tant est qu'on réhabilite les plaines fertiles du haut et du bas Chellif, de Ghris en réglant pour les premières, la question de la salinité et pour la plaine de Ghris en procédant à la recharge de la nappe phréatique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.