La mort du détenu Hakim Debbazi était "naturelle", l'affaire a été traitée "conformément aux lois de la République"    Goudjil reçoit le chef de la Commission de défense et de sécurité au Conseil fédéral russe    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain dans les secteurs de Mahbes, Houza et Aousserd    Formation professionnelle: le secteur apporte son appui aux dix nouvelles wilayas    L'ex international algérien Faouzi Mansouri est décédé    La taille marchande non respectée par certains pêcheurs: Baisse sensible des prix de la sardine    Justice: 10 ans de prison requis contre Skander Ould Abbès et 5 ans contre Tliba    Recadrage en règle    Le G5 n'est plus!    Publication du «référentiel des prix de l'immobilier»: Fini, les sous-déclarations ?    Mondiaux féminins de boxe : Chaib rejoint Khelif en demi-finale    Football - Ligue 2: L'éthique sportive en question    Volley-ball (Nationale Une dames) : Le MC Alger sacré champion    Moula signe la 2e meilleure performance mondiale de l'année    Hydrocarbures: L'augmentation des prix des carburants pas à l'ordre du jour    Saison estivale: Lancement d'une opération de contrôle des infrastructures hôtelières    Anesthésistes et réanimateurs: Le syndicat revient à la charge    Urgences médico-chirurgicales de l'hôpital d'Oran: Une unité de Neurologie pour prévenir les séquelles des AVC    Réhabilitation des stades de plus de 10.000 places    Des gens trop polis    Précarité de la condition féminine    Un rempart pour la République    Le ministre de la Justice réagit    Chiellini fait ses adieux aux tifosi    «400 athlètes espagnols seront aux JM»    Sebgag donne le coup de starter    Le rôle prépondérant de l'ANP    Une tentative de coup d'Etat déjouée dans la nuit du 11 au 12 mai    Un statu quo des plus précaires    Les nombreux défis de la Première ministre    El Hadjar tourne en mode recyclage    La sardine entre 250 et 400 dinars    Les «ambitions» d'un ministre    Les sapeurs-pompiers veillent au grain    Des équipements médicaux à exporter    L'Algérie ne reniera jamais ses amis    40 poètes participent    Ce qu'a dit le roi des numides    Le Groupe de Genève appelle l'ONU à examiner les violations marocaines des droits humains au Sahara occidental    L'Algérie est engagée à soutenir toutes les causes justes, mue par les nobles valeurs de sa Glorieuse Révolution    10 ans de prison ferme requis contre Skander Ould Abbès et 5 ans contre Tliba    Industrie pharmaceutique: 3 médicaments sur 4 sont produits localement    L'Algérie restera "fidèle" à ceux qui l'avaient soutenue lors de la Révolution nationale    Le Mali annonce son retrait de tous les organes et instances du G5 Sahel    Le Directeur de la sécurité routière de Mauritanie visite des services opérationnels de la Sûreté nationale    Un héritage civilisationnel qui refuse de disparaître    Plaidoyer pour la création d'un festival local de musique Diwane    D'autres chats à fouetter    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les Emirats interceptent deux nouveaux missiles houthis
Après la frappe qui a fait 70 morts dans une prison au Yémen
Publié dans L'Expression le 25 - 01 - 2022

Les Emirats arabes unis ont intercepté et détruit lundi deux missiles balistiques lancés par les rebelles du Yémen, une semaine après une attaque meurtrière menée par ces insurgés contre la capitale Abou Dhabi, des violences qui font craindre une nouvelle escalade. Les Emirats sont membres d'une coalition militaire sous commandement saoudien qui soutient depuis 2015 au Yémen les forces gouvernementales en guerre contre les rebelles Houthis soutenus par l'Iran. Les nouveaux tirs contre les Emirats surviennent après une frappe aérienne attribuée à cette coalition contre une prison tenue par les rebelles dans le nord du Yémen qui a fait au moins 70 morts vendredi. Les attaques des rebelles Houthis contre les Emirats, richissime pays du Golfe qui tient à sa réputation d'oasis de paix au Moyen-Orient, ouvrent une nouvelle page dans la guerre du Yémen déclenchée en 2014.»Les défenses anti-aériennes ont intercepté et détruit deux missiles balistiques lancés par le groupe terroriste des Houthis contre les Emirats», a indiqué le ministère de la Défense dans un communiqué.»L'attaque n'a pas fait de victimes, et les débris des missiles détruits sont tombés dans différents endroits autour d'Abou Dhabi», a-t-il ajouté, en soulignant que les Emirats «prennent toutes les mesures pour protéger le pays de toutes les attaques».
Au Yémen, le porte-parole des Houthis, Mohammed Aboulsalam, a annoncé sur Twitter qu'il s'apprêtait à donner des détails sur une «opération militaire».»Les forces armées yéménites dévoileront dans les prochaines heures les détails d'une opération militaire menée en profondeur aux Emirats arabes unis et en Arabie saoudite», a-t-il fait savoir. Le 17 janvier, les rebelles yéménites ont revendiqué une attaque de drones et de missiles contre des installations pétrolières et l'aéroport d'Abou Dhabi, qui ont fait trois morts. Les Emirats ont menacé de riposter à cette attaque. Les Houthis ont mené de multiples opérations contre l'Arabie saoudite, mais l'attaque du 17 janvier contre Abou Dhabi était la première reconnue par les Emirats arabes unis à l'intérieur de leurs frontières. Il s'agissait de la première attaque meurtrière des Houthis aux Emirats. Elle a été suivie par une série de frappes aériennes de la coalition notamment contre la capitale yéménite, Sanaa, contrôlée par les rebelles, et par des offensives au sol des forces gouvernementales yéménites. Un des raids aériens a fait 14 morts à Sanaa, et au moins trois enfants ont été tués dans une attaque contre Hodeida (ouest), par où transite la majeure partie de l'aide internationale destinée au pays. La coalition a en revanche nié toute responsabilité dans une frappe contre la prison lancée vendredi avant l'aube qui a également fait plus de 100 blessés à Saada, le fief des rebelles dans le nord du Yémen. En plus de sept ans de guerre, toutes les parties au conflit au Yémen ont été accusées de «crimes de guerre» par des experts de l'ONU. Mise en cause pour de multiples «bavures», la coalition a reconnu des «erreurs» et accuse les rebelles d'utiliser les civils comme boucliers humains. L'ONU tente en vain depuis plusieurs années de mettre fin à ce conflit dévastateur qui a fait, selon elle, 377.000 morts et poussé une population de 30 millions d'habitants au bord d'une famine à grande échelle.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.