La société civile en question    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    «Il y a le feu au lac!»    Les directeurs des CEM se rebellent    Sonatrach se diversifie    Lala Aïni tire sa révérence    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    L'armée s'engage    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'élan économique en sursis
Publié dans L'Expression le 25 - 01 - 2022


Au creux d'une 4e vague de la pandémie de coronavirus qui a déjà enregistré des records en matière de cas de contamination, aggravé par l'émergence du variant Omicron, l'Algérie est en phase de subir une nouvelle épreuve difficile. Le pays a été pris au dépourvu par la rapidité de transmission de l'omicron qui impose ses règles à la veille d'une relance économique déjà complexe et contraint les pouvoirs publics à recourir aux mesures restrictives et à la réduction des déplacements pour assurer la sécurité des citoyens. Une priorité indiscutable, mais également un frein qui va occasionner des retards et des reports de réalisations si la situation venait à s'aggraver. Il faut dire que, d'ores et déjà plusieurs institutions de l'état font déjà les frais de cette recrudescence, tel que le Parlement et notamment le secteur de l'éducation, qui s'est mis en veilleuse pour une période de 10 jours. Un scénario qui nous a appris que les conséquences peuvent être lourdes et hautement néfastes sur la concrétisation des feuilles de route établies dans le cadre d'une restructuration de l'économie nationale notamment les secteurs stratégiques, tel que, l'industrie, l'agriculture et le commerce pour ne citer que ceux-là. Car il faut le dire, l'état était en phase d'éliminer tous les freins et les obstacles pour permettre aux entreprises en difficulté et aux unités de production de reprendre une activité normale afin de préserver les emplois et d'amorcer une dynamique indispensable à la réalisation des objectifs fixés, en l'occurrence, la réduction de la facture d'importation et la diversification de l'économie nationale. Toute la problématique, en cas de retour à la réduction des activités, réside dans la prise en charge des travailleurs et des salariés qui étaient déjà affectés par les effets de précarité et de chômage , mais aussi et surtout dans le maintien de l'élan qui a permis à un grand nombre d'entreprises de reprendre leurs activités à travers des mesures de soutien et d'accompagnement, qui ont commencé à donner leurs fruits. Autrement dit, au moment où les pouvoirs publics menaient une bataille de longue haleine contre les effets d'une résistance aveugle au changement qui a engendré un lot de pénuries et de dysfonctionnements sans précédent et œuvraient à ouvrir de grands chantiers dans tous les domaines, entre autres, celui de l'exploitation minière, de l'exportation, du partenariat étranger, de la régulation des marchés internes et la promotion de l'économie du savoir, cette nouvelle vague menace de suspendre cet élan et de replonger la pays dans une espèce de somnolence économique qui risque de coûter cher , car il est indéniable que le facteur temps est aussi déterminant que la nature des actions et des réformes engagées et ce, dans la mesure où les défis économiques de l'heure et l'impératif de sortir le pays de cette situation de stress permanent se confine dans l'incontournable condition d'opérer les changements nécessaires à une réelle relance dans les limites chronologiques imposées par les déséquilibres des balances commerciales et de paiements. Il va sans dire, que l'embellie financière qui caractérise le marché pétrolier actuellement, est un facteur accélérateur, mais ce n'est pas l'objectif recherché , puisque les actions et les voies entreprises s'orientent vers l'émergence d'une économie basée sur l'indépendance par rapport aux hydrocarbures et l'édification de systèmes de gestion et d'exploitation des richesses nationales et leur transformation en valeur ajoutée. C'est précisément sur ces objectifs que cette nouvelle vague pourrait avoir des impacts lourds et fausser toutes les stratégies mise en place pour sortir de cette crise multidimensionnelle.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.