Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Cher pèlerinage!
Le coût du Hadj a été fixé à 856 100,00 DA
Publié dans L'Expression le 25 - 05 - 2022

Les futurs hadjis devront casser leur tirelire et...celle de leurs proches! Le pèlerinage coûtera très très cher, cette année. L'Office national du pèlerinage et de la Omra (ONPO) a annoncé, hier, le coût du Hadj pour la saison 1443/2022. Il dépasse les 85 millions de centimes. «Il a été fixé à 856 100,00 DA, frais de billets d'avion inclus», souligne cette office. Une annonce qui est tombée comme un couperet pour les milliers de futurs pèlerins qui attendent, depuis deux ans, de pouvoir caresser ce rêve, car, il ne s'agit pas d'une petite augmentation par rapport à la dernière saison qui s'est déroulée en 2019, le Hadj ayant été suspendu durant deux ans, à cause de la Covid -19. Là, on parle presque du double du prix précédent, du fait qu'il était, à l'époque, fixé à 565 000 DA, billet d'avion compris. C'est donc une douche froide pour nos «chibanis» et «chibaniyas» qui devront doubler leur budget pour se rendre aux lieux saints de l'islam. Néanmoins, malgré cela, la majorité d'entre eux ne risque pas d'abandonner ce rêve de toute une vie. Ils se débrouillent quoi qu'il en coûtera. Les plus démunis pourront, eux, compter sur l'aide de certains bienfaiteurs. Ceux qui ont été tirés au sort en 2019 peuvent déjà se préparer pour le jour J, fixé au 6 juillet prochain, soit au lendemain du 60ème anniversaire de l'indépendance nationale. L'Onpo a donc appelé les pèlerins éligibles pour accomplir le Hadj, cette année, à se rendre dans les meilleurs délais, aux services communaux de leur résidence pour retirer le certificat d'éligibilité ou le livret du hadj. «Cela, avant de se présenter devant les commissions médicales de wilayas en vue de subir les examens médicaux et de recevoir les vaccins requis», précise la même source. Il faut aussi savoir que le vaccin contre la Covid-19 est également obligatoire afin d'accéder aux territoires saoudiens.
«Les futurs pèlerins vaccinés doivent se rendre dans les centres de vaccination anti-Covid-19, munis du passeport biométrique et de la carte d'identité nationale, pour récupérer le pass sanitaire contenant le QR code», soutient l'Onpo. Les candidats non vaccinés sont appelés à le faire afin d'obtenir le pass sanitaire. «D'autres démarches et procédures administratives seront annoncées ultérieurement, dans les délais prévus», a conclu le communiqué sans dire, toutefois, comment seront choisis les heureux élus pour accomplir le pèlerinage, car, comme tous les autres pays du monde islamique, le quota de l'Algérie a été réduit de moitié. Ils seront, cette année, plus de 18 997 pèlerins. Or, 41 300 pèlerins avaient été tirés au sort en 2019. Certains sont décédés sans qu'ils puissent exaucer ce voeu, d'autres n'auront peut-être pas les moyens physiques et financiers de le faire.
Il y aura donc certains désistements, mais cela demeure insuffisant, afin de «combler» les souhaits de tous ceux qui attendent. Comment feront les autorités pour choisir? Y aura -t-il un nouveau tirage au sort? En tout cas, une chose est sûre, il n'y aura pas de nouveau tirage au sort pour attribuer de nouveaux passeports. Si tirage il y aura, cela se fera entre ceux de 2020 pour déterminer ceux qui iront cette année et ceux qui devront encore prendre leur mal en patience. Heureusement que ce 5ème pilier de l'islam n'est obligatoire que «pour celui qui en possède les moyens»...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.