«C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Répéter, vaut souvent, convaincre!    Fin de parcours du touriste judiciaire    Sur la «piste» du nil    Un pays à la recherche de son destin    Trois projets de loi adoptés    Le Parlement espagnol bouscule Sanchez    «Bâtissons des projets communs!»    Le prince de Monaco a séjourné à Oran    L'entrée fracassante des Algériens    Messi poussé vers la sortie?    Le club à l'affût pour Neymar    L'été en pente douce    La grande vadrouille    Oran sous psychotropes    «Je veux rallumer la Bougie»    Le HCA lance le débat    Clôture en apothéose    La Banque d'Algérie émet une pièce de monnaie métallique de 200 DA    JM/handball/ dames Gr.A - 1re journée : le point après Algérie - Croatie 21-31    JM /Athlétisme (2e journée) : Abdelmalik Lahoulou décroche le bronze sur 400M haies    JM/Boxe dames : Hadjila Khelif (-60 kg) offre à l'Algérie une 2e médaille d'or    60e anniversaire de l'Indépendance: l'ANP organise un défilé militaire mardi prochain    Sommet de l'Unesco : Belabed met en avant l'intérêt accordé par l'Etat à l'éducation et à l'enseignement    Le ministre de la Communication installe les nouveaux DG d'El Chaâb et d'El Massa    Lamamra à Beyrouth pour prendre part à la Réunion consultative des ministres arabes des Affaires étrangères    OM: Sampaoli, c'est fini ! (officiel)    Assurances: le DG de la CNMA, Cherif Benhabilès, élu vice-président de l'OAA    Formation/enseignement professionnels: diversifier les offres de formation en tenant compte des spécialités prioritaires    Front Polisario: le massacre horrible perpétré par les autorités marocaines contre les migrants africains, "un crime presque parfait"    Inter Milan: Onana et Mkhitaryan, c'est signé !    Aïd Adha: mise en place d'un système d'encadrement sanitaire au niveau des points de vente de bétail et abattoirs autorisés    Grand Prix Assia Djebar du roman : les lauréats distingués à Alger    JM 2022: Oran vibre au rythme de la mode algérienne et de l'habit traditionnel    Sidi Bel-Abbes: ouverture du festival international de danse populaire    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    Tlemcen: Les promesses du PDG de Sonelgaz    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Me Bitam dame le pion à Salah Hadjam
Débat sur France 24 sur la «main tendue»
Publié dans L'Expression le 28 - 05 - 2022

L'initiative de la «main tendue» du président de la République qui suscite un débat fécond à l'intérieur des instances politiques nationales, semble intéresser des cercles politico-médiatiques bien plus larges, au regard des plateaux télévisés consacrés à cette démarche. Ainsi, avant même que l'on ait le fin mot de cette histoire, la chaîne française France 24 a organisé, avant-hier, un débat entre l'avocat Nadjib Bitam et l'activiste Salah Hadjam, installé au Luxembourg.
Caricaturant la situation qui prévaut en Algérie, Hadjam est allé de ses phrases toutes faites pour descendre en flammes l'initiative du chef de l'Etat au motif que des cadres de l'ex-FIS et du GIA demeurent toujours incarcérés. Il va de soi qu'il fait mine d'ignorer les très nombreux membres du parti dissous, élargi par la Justice algérienne, suite à la Réconciliation nationale ou tout simplement, ceux qui avaient purgé leurs peines d'emprisonnement à l'image de Ali Belhadj. L'argumentaire développé par l'activiste installé à l'étranger et contre lequel aucune poursuite judiciaire n'est engagée par la justice algérienne, a été démoli par l'avocat Nadjib Bitam qui, à partir de Batna d'où il s'exprimait, a remis les choses à leur place et fait le constat de nombreux contacts entre le président Tebboune et des chefs de partis politiques. Rappelant l'absence d'un communiqué officiel de la présidence de la République concernant cette initiative, Me Bitam relève, néanmoins, les prémices de cette initiative à travers le discours tenu par le chef de l'Etat devant les représentants de la communauté algérienne en Turquie. «L'objectif de la démarche consiste en l'unification des rangs et la consolidation du front interne», soutient l'invité de France 24, non sans signaler que cette initiative est comprise dans le programme électoral du président de la République. «L'Algérie nouvelle a besoin d'une nouvelle page et celle-ci ne peut être écrite que dans un contexte de réconciliation entre Algériens», relève Me Bitam. En termes clairs, «il est attendu de tous les Algériens sans exclusion aucune, de s'asseoir autour de la table du dialogue», répond-il à Hadjam qui s'est lancé dans une longue plaidoirie contre l'Etat algérien, allant jusqu'à douter de sa légitimé. L'invitation du président Tebboune que l'avocat a exprimé sur le plateau de France 24 «a reçu le soutien indéfectible du chef d'état-major de l'ANP», rappelle-t-il, comme pour signifier la cohésion de l'Etat dans cette démarche. Il invitera les opposants installés à l'étranger, dont Hadjam à rentrer au pays et prendre part audit dialogue.
Sur l'agenda de l'initiative présidentielle, Me Bitam notera le rendez-vous majeur du 5 juillet prochain où, estimera-t-il, le président de la République rendra publics les détails de son initiative. Celle-ci pourrait prendre la forme d'une large grâce au profit d'opposants à l'intérieur comme à l'extérieur du pays. Devant le refus entêté de Salah Hadjam de croire à la démarche du président Tebboune, Me Bitam a défendu le principe du pardon, rappelant qu'il avait été le premier à avoir eu le courage d'évoquer publiquement une posture réconciliatrice à l'endroit des hommes d'affaires qui croupissent présentement en prison, contre le remboursement des sommes d'argent détournées. Cette attitude ne concerne pas les hommes politiques de l'ancien système pour lesquels, dira-t-il, «l'opinion nationale a son mot à dire». Face à son vis- à- vis qui a persisté dans un discours de refus systématique de toute idée de dialogue, Me Bitam a gagné la joute verbale en mettant en exergue en toute objectivité les avancées de l'Algérie sur le plan socio-économique avec, notamment l'allocation chômage, et diplomatiques, au travers de son non-alignement strictement respecté par les Etats- Unis et la Russie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.