Le rôle de la Banque nationale des semences dans le renforcement de la sécurité alimentaire mis en exergue    Basket / Championnat d'Afrique féminin U18 (5e-8e places) : victoire de l'Algérie devant la Tanzanie (71-31)    Accidents de la circulation: 13 morts et 464 blessés en une semaine    Tennis-Coupe Davis (Groupe 3 / Zone Afrique)-2e journée: l'Algérie menée au score par la Namibie (0-1)    Lancement prochain d'une campagne de reboisement visant la plantation de 60 mns d'arbustes    Mouloudji reçoit l'ambassadrice de la République Fédérale d'Allemagne à Alger    Mali/attaque à Tessit: 42 soldats tués    Drame de Melilla: de nouveaux crimes commis par le Makhzen à l'encontre des migrants africains    Le communiqué de Bourita sur l'agression contre Ghaza, une mascarade    Le 11e Festival national de la chanson chaâbi s'ouvre à Alger    L'eau et l'exigence de prosternation    Appartenant à des hommes d'affaires condamnés pour corruption: Six sociétés nationalisées par l'Etat    L'été des émigrés    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Impropres à la consommation: Plus de 120 kg de viande et produits alimentaires saisis    Oued Tlélat, Gdyel et Bir El Djir: 45 personnes interpellées par la police    Chute mortelle du 7ème étage d'un immeuble    Origine à déterminer    L'écrivain Dib, la BNF et la terre algérienne    Quand la maintenance va, tout va durablement    GUERRE(S)...ET AMOUR    Man City : Mahrez pourrait être auditionné dans le procès de Benjamin Mendy    Le champion d'Afrique est algérien    Une sérénité nommée Madoui    Le PSV élimine Monaco    Loin d'être un discours de consommation    Les chantiers de la rentrée    Les nouveaux sillons    «Seul le droit international doit primer»    La négociation privilégiée par les deux pays    Vacances à la belle étoile    2 quintaux de kif saisis par l'ANP    Le poteau de l'éternel problème    Ghali appelle à mettre un terme à l'obstination marocaine    Quel impact sur la recomposition géostratégique mondiale?    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    L'heure de la convergence patriotique    Un roman sur l'Algérie de 1920 à 1992    La «fleur du théâtre algérien»    Le défilé militaire impressionnant du 5 juillet est "un message de fidélité" envers les Chouhada    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Tennis-Coupe Davis (Groupe 3 / Zone Afrique): l'Algérie menée au score (2-0)    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    Les détails de l'opération UGTA    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le FFS dérange les forces occultes
Il adopte des positions politiques courageuses
Publié dans L'Expression le 28 - 06 - 2022

Le Front des forces socialistes suscite l'intérêt des observateurs politiques et celui de ses détracteurs, à cause de sa position qui se distingue par rapport à ceux qui veulent lui mettre des oeillères et de lui dicter la conduite politique à entreprendre.
Le FFS a rappelé sa ligne politique et ses engagements de principe par rapport à la situation que traverse le pays et les moyens pour aboutir à une issue consensuelle.
Sa démarche, qui consiste à défendre mordicus la souveraineté nationale et la cohésion de la nation, dérange certaines sphères dont le souverainisme et la défense de l'Etat national sont considérés comme «obsolètes» à leurs yeux. Sauf que cette conception, défendue par ces cercles, n'affiche pas clairement ce qui se dissimule derrière cette phraséologie, si ce n'est un coup de Jarnac.
Le FFS affiche pleinement sa disponibilité à être partie prenante dans le processus qui entamera la dynamique de la reconstruction nationale et de rassemblement patriotique où le dialogue et sa finalité consensuelle seront l'aboutissement politique, pour en finir avec les situations de crises. À ce propos, la direction du FFS a exprimé sa volonté de participer à toute initiative visant à asseoir les jalons d'un consensus national à même de mettre un terme à «la crise de confiance» qui a caractérisé le pays durant quelques années. Dans ce sens et à l'occasion de la célébration de 60e anniversaire de la proclamation de l'indépendance nationale, le FFS a réitéré son attachement aux solutions nationales pour juguler la situation et contribuer à l'apaisement du climat politique. Il a souligné, à ce propos que «nous sommes prêts à nous engager dans la recherche du consensus, à condition que tous les acteurs qui composent la scène politique nationale soient prêts pour la même option», a-t-il martelé. Cette démarche patriotique du FFS n'est pas le produit d'une conception conjoncturelle. Elle est l'émanation de l'héritage politique et de ses prolongements dans le Mouvement de libération nationale. C'est la touche des militants de longue date dont le fondateur, Hocine Ait Ahmed est l'incarnation et la symbolique même. C'est dire que le FFS puise ses positions politiques et sa ligne idéologique de mouvement national et le combat libérateur. C'est ce qui, chaque fois lui permet de revenir à l'essentiel concernant les crises qui ont caractérisé le pays, en se référant toujours à la question de la souveraineté nationale et à l'unité du pays, qui sont considérées comme une ligne rouge à ne pas dépasser. Cette démarche est devenue une constante au FFS, c'est une démarche qui lui a permis de faire la nuance entre les intérêts stratégiques de l'Etat national et les luttes du pouvoir et les calculs politiciens de bas étage. L'initiative de la «main tendue» et de rassemblement pour un front interne initiée par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, n'a pas été traitée par le FFS d'une manière épidermique ou avec un certains caractère d'hostilité à l'égard de ce projet. Il a à maintes fois rappelé que «nous ne sommes pas dans une logique qui personnifie les situations politiques. Nous sommes dans une logique qui cherche à remettre en cause certaines pratiques dans le cadre d'un projet politique dont les solutions ne seront jamais de nature à rendre les réactions, personnelles». C'est la raison pour laquelle le FFS ne rejette pas des initiatives et des alternatives qui sont suggérées de la part du pouvoir en particulier ou au sein de la classe politique en général.
Le FFS exige que les garanties soient mises sur la table du dialogue et des concertations politiques. C'est le seul signe en mesure de permettre à l'ensemble des forces politiques et de la dynamique de la société civile de croire à une issue concrète et à une solution consensuelle qui n'exclut personne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.