Le rôle de la Banque nationale des semences dans le renforcement de la sécurité alimentaire mis en exergue    Basket / Championnat d'Afrique féminin U18 (5e-8e places) : victoire de l'Algérie devant la Tanzanie (71-31)    Accidents de la circulation: 13 morts et 464 blessés en une semaine    Tennis-Coupe Davis (Groupe 3 / Zone Afrique)-2e journée: l'Algérie menée au score par la Namibie (0-1)    Lancement prochain d'une campagne de reboisement visant la plantation de 60 mns d'arbustes    Mouloudji reçoit l'ambassadrice de la République Fédérale d'Allemagne à Alger    Mali/attaque à Tessit: 42 soldats tués    Drame de Melilla: de nouveaux crimes commis par le Makhzen à l'encontre des migrants africains    Le communiqué de Bourita sur l'agression contre Ghaza, une mascarade    Le 11e Festival national de la chanson chaâbi s'ouvre à Alger    L'eau et l'exigence de prosternation    Appartenant à des hommes d'affaires condamnés pour corruption: Six sociétés nationalisées par l'Etat    L'été des émigrés    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Impropres à la consommation: Plus de 120 kg de viande et produits alimentaires saisis    Oued Tlélat, Gdyel et Bir El Djir: 45 personnes interpellées par la police    Chute mortelle du 7ème étage d'un immeuble    Origine à déterminer    L'écrivain Dib, la BNF et la terre algérienne    Quand la maintenance va, tout va durablement    GUERRE(S)...ET AMOUR    Man City : Mahrez pourrait être auditionné dans le procès de Benjamin Mendy    Le champion d'Afrique est algérien    Une sérénité nommée Madoui    Le PSV élimine Monaco    Loin d'être un discours de consommation    Les chantiers de la rentrée    Les nouveaux sillons    «Seul le droit international doit primer»    La négociation privilégiée par les deux pays    Vacances à la belle étoile    2 quintaux de kif saisis par l'ANP    Le poteau de l'éternel problème    Ghali appelle à mettre un terme à l'obstination marocaine    Quel impact sur la recomposition géostratégique mondiale?    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    L'heure de la convergence patriotique    Un roman sur l'Algérie de 1920 à 1992    La «fleur du théâtre algérien»    Le défilé militaire impressionnant du 5 juillet est "un message de fidélité" envers les Chouhada    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Tennis-Coupe Davis (Groupe 3 / Zone Afrique): l'Algérie menée au score (2-0)    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    Les détails de l'opération UGTA    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Peut-on réussir la transition?
Hydrogène vert
Publié dans L'Expression le 28 - 06 - 2022


Et si l'avenir du pays s'était joué, hier, à l'Ecole polytechnique d'Alger? À peine 23 ans, Yassine Labassi a présenté une thèse sur l'hydrogène vert qui lui a permis d'être officiellement ingénieur. Ce travail académique, qui a été fait sous l'encadrement du professeur émérite Chems Eddine Chitour, a reçu les félicitations du jury. Car, au-delà de l'aspect technique, cette thèse, où on sent la touche du professeur Chitour, est un «produit» scientifique capable d'être appliqué sur le terrain, afin d'assurer la fameuse transition énergétique à laquelle aspire l'Algérie. Ainsi, durant près d'1h30 cet élève- ingénieur a expliqué comment l'hydrogène vert pourrait remplacer le gaz naturel à l'horizon 2030. Pour les novices, il a d'abord été expliqué ce qu'est l'hydrogène vert et comment on peut en fabriquer avec de l'énergie renouvelable? «Il est fabriqué à partir d'un processus d'électrolyse de l'eau. C'est un processus qui vise à décomposer l'eau (H2O) à l'aide d'un courant électrique. On obtient alors du dioxygène O2 et du H2», a-t-il expliqué en précisant que cela doit se faire à partir d'énergie renouvelable. Supervisé par un ex- ministre et fin «stratège» des grands enjeux internationaux, ce document d'une centaine de pages met en avant l'intérêt de l'Algérie à aller «vite» vers cette énergie propre. D'abord à cause des changements climatiques mais aussi par les stratégies énergétiques des pays développés. Ils se dirigent vers une neutralité carbone à l'horizon 2050. Et l'Algérie dans tout ça? «Elle ne peut échapper à cette réalité puisque ses réserves de pétrole et de gaz naturel sont appelées à s'épuiser dans 20 ans au maximum», est-il précisé. Que faire alors? «Il faut prendre en marche la révolution de l'hydrogène vert», est-il noté. Car cela devrait permettre à l'Algérie, non seulement de réussir sa transition énergétique, mais de pouvoir vendre le gaz préservé aux pays européens. «Ils en sont très demandeurs», est-il souligné. Les citoyens consomment, à titre hebdomadaire, 850 millions de m3 de gaz naturel, a-t-il indiqué en se référant aux études de l'ex-ministre de la Transition énergétique et des Energies renouvelables, Chems Eddine Chitour. «Une utilisation rationnelle de cette ressource permettra d'économiser environ 2 milliards de dollars par an», est-il ajouté. Cette étude recommande aussi de remettre en route la machine de la transition énergétique. Le deuxième volet est le plan solaire- éolien. Les calculs montrent qu'avec 30000 mégawatts d'ici 2032, on peut satisfaire toute la demande nationale. «Ce plan peut être financé par les économies faites grâce à la transition énergétique. «Une station de 1000 mégawatts coûte 800 millions de dollars, alors que l'on peut économiser jusqu'à 2 milliards de dollars par an», est-il mis en avant pour évoquer la problématique du coût de l'énergie solaire qui est vendue moins cher que le thermique aux opérateurs. «C'est une aberration qui n'encourage pas les investissements», est -il précisé. Ce que confirme le spécialiste qu'est le professeur émérite Chems Eddine Chitour. Epaté par le travail proposé par son protégé, il tient à faire quelques remarques en insistant sur la mise en place graduelle d'un plan de transition vers l'hydrogène vert. «On doit passer vers la rente de l'intelligence», a-t-il rétorqué. «Il serait dangereux de rester dans le piège de la rente éternelle», a-t-il poursuivi. Il appelle les hautes autorités de l'Etat à prendre en charge ce dossier sous la supervision du Haut Conseil de l'énergie. C'est dans ce sens qu'il recommande de nouer des partenariats d'Etat à Etat avec les mastodontes du domaine, en l'occurrence l'Allemagne et la Chine. Enfin, l'ex-ministre et actuel sénateur insiste sur la formation de la ressource humaine. «Une formation de qualité qui passe nécessairement par l'ouverture, sans délais, de l'Institut national de la transition énergétique à Sidi Abdellah», a -t-il insisté afin de former l'élite qui doit mener à bien cette stratégie. Le jeune Yassine Labassi et sa thèse magistrale en sont la meilleure preuve. L'autre défi sera donc de «garder» ce genre de cerveau que l'Europe tente de capter. C'est le 2e combat du professeur...

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.