Dubaï : Le ministre Abdelkader Messahel reçoit le Prix des pionniers arabes des réseaux sociaux    Un pacte mondial sur les migrants mort-né    La vie perturbée de la CAN-2019    «Le médicament anti-douleurs sera disponible dans toutes les pharmacies»    «Prémunir le retour à la décennie noire qui a failli détruire l'Etat national»    L'ONPLC annonce l'élaboration d'une cartographie des dangers de corruption    Ghezzal retrouve la compétition    L'Algérien Ferhat retrouve ses talents de passeur    Six personnes ont trouvé la mort en 24 H    Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»    «Am not your negro» et «L'autre côté de l'espoir» lauréats des Grands prix    «Brossi» décroche la «Grappe d'Or»    BLOQUANT LA CHAINE DE PRODUCTION D'EL HADJAR : Les recrutés en CTA protestent à Annaba    ORAN : 2 ‘'passeurs'' arrêtés et une barque saisie    300 MISES EN DEMEURE ADRESSEES AUX BENEFICIAIRES : 23 marchés couverts non exploités à Oran    A l'écoute des fédérations    AUDI, la marque surprise du salon Autowest    5 candidats pour un siège    Le communiqué déroutant de la coalition    Repêchage de deux corps sans vie sur deux plages de Ben M'Hidi    Remise de clefs de 100 logements sociaux sur les 300    Deux morts et deux blessés graves dans un accident de la circulation à Aïn Touta    Nouvelle orientation    «C'est un jour important pour moi»    Riche programme au menu    30 artistes entrés en lice    Un Nobel, c'est une lumière au bout du tunnel    Football - Mercato hivernal: Absence de joueurs talentueux et clubs surendettés    Soins médicaux en France: Une «autorisation préalable» de la CNAS est nécessaire    Les habitants de Brédéah enfin soulagés: Près de 7 milliards pour une école primaire    Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Non, vous n'êtes pas un bon Ministre !    Salon de l'automobile: Des voitures hors de portée à des prix «remisés»    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (1ère partie)    L'influence US démonétisée par les tweets imbéciles de Trump    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    Le secrétaire d'Etat français auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères: Béatification des 19 religieux chrétiens à Oran, «une réponse aux messages de haine»    Cérémonie de béatification des 19 religieux: Oran fait valoir ses atouts hôteliers    Urbanisme : Elaboration en cours d'un nouveau code unifié et homogène    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    Accord de pêche UE-Maroc : La Suède s'oppose aux décisions du Conseil de l'UE    Abdelaziz Bouteflika : " Le FLN est le fruit de Novembre 54 et non l'œuvre d'Octobre "    Mondial-2019 dames : Les Américaines, tenantes du titre, avec Thaïlande, Chili et Suède dans le groupe F    USA : Créations d'emplois moins fortes que prévu    À partir de 2021 : "L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre"    Trump annonce le départ de John Kelly    Paris demande à trump de ne pas semêlerde polotique intérieure Française    Cinq ONG interpellent les autorités: Un appel «pour le respect des libertés»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Antar Zouabri tombe à Boufarik
FIN DE CAVALE POUR LE REDOUTABLE CHEF DU GIA
Publié dans L'Expression le 10 - 02 - 2002

Le général-major, debout, en treillis réglementaire et lunettes de soleil, pointe le doigt sur le cadavre de Antar Zouabri: «Nous continuerons à combattre les terroristes jusqu'à ce qu'il n'en reste plus un seul, et cet homme - aussi recherché fût-il - n'est qu'un terroriste de moins dans notre combat.»
Cette image exprime, concentre et résume dix années de guérilla entre les militaires et les terroristes. Le cadavre de l'homme le plus recherché d'Algérie ne payait pas de mine. Un oeil ouvert, l'autre fermé, la bouche béante, une large entaille allant du coin de la lèvre droite jusqu'à l'oreille, cousue de fil noir, le visage exsangue, l'oreille ensanglantée, le corps de Zouabri allongé, offert au zoom des caméras et à la cohorte des journalistes, était celui d'une triste fin. La fin d'un mythe qui n'aurait jamais dû exister.
Vingt-quatre heures avant cette attitude figée dans la mort, pétrifié qu'il était dans la fin de toute chose, Antar Zouabri était en train de préparer un grand coup aux portes d'Alger, à Boufarik, la ville qui l'a vu naître, il y a trente-deux ans.
Le lieu de la planification des attentats que préparait Zouabri, à l'aide de deux proches collaborateurs - Boutheldja Fodhil et Hakim Boumediene - était une maison sise à la rue des Frères Kerrar, à proximité du stade de Boufarik. Le jour choisi pour perpétrer les attentats était un vendredi, jour de la grande prière hebdomadaire, et du match qui devait opposer l'équipe locale, le WOB, à celle de Berrouaghia.
Les trois comparses étaient filés depuis plusieurs jours. Le premier attentat devait certainement avoir lieu dans le stade, plein à craquer de supporters des deux équipes. A la dernière minute, un des deux amis de Zouabri a dû s'apercevoir qu'il ne pouvait entrer dans le stade sans se faire fouiller par les membres du service d'ordre et de sécurité. Là, il revient sur ses pas et réintègre la maison, située près d'un atelier d'apprentissage de couture pour jeunes filles et d'une pharmacie.
C'est à ce moment-là, à 15 h précises, que les services de sécurité combinés donnent l'assaut au groupe, sûrs, qu'ils étaient, de trouver tous les membres réunis. Les forces de sécurité ont dû fermer tous les accès de la rue, évacuer les citoyens, «afin de ne pas faire de blessés», dira plus tard le général-major Fodhil Cherif Brahim, et les premiers échanges de coups de feu ont alors commencé.
Vers 17 h15 min, le rideau de clôture de la porte principale est défoncé par un char de la police urbaine. Des tireurs d'élite prennent position sur les hauteurs des maisons avoisinantes. Le dispositif en place ne laisse désormais aucune chance à Zouabri et à ses deux compagnons, qui essayent de riposter. Ils lancent au moins deux grenades et tentent de trouver une issue au milieu d'un feu nourri. Un des tireurs d'élite donne le coup de grâce en tirant dans le tas une roquette qui incendie la pièce où se trouvaient les terroristes. Dans leur fuite, ils seront touchés à mort par des balles tirées de deux maisons surplombant le voisinage. C'était la fin du parcours de trois irréductibles du GIA. Il était près de 18 h. Jusqu'à cette heure, personne ne connaissait avec précision l'identité des terroristes. Des citoyens commencent à susurrer le nom de Zouabri. La nouvelle fait le tour de la ville. L'autorité militaire fait venir les plus proches ex-compagnons de Zouabri, qui le reconnaissent formellement.
Les empreintes relevées confirment l'identité.
Les dernières descriptions de Boumehdi Djelloul alias Abou Oubaïda n'en sont pas très éloignées, hormis la barbe qui a disparu et une petite moustache qui a poussé. Juste ce qu'il faut pour passer inaperçu. La maison où se sont retranchés les trois terroristes était, hier, obstruée à l'entrée par un imposant cordon de sécurité. La boiserie avait sauté, les murs étaient criblés de balles et les chambres à peine visibles dans le grand tas noir d'objets calcinés.
Que préparait Zouabri? Que planifiait-il dans cette pittoresque maison de la rue Kerrar? Des attentats dans le stade? Des bombes dans le marché hebdomadaire? Dans des édifices de la ville?
Des questions dont les réponses sont emportées à jamais avec lui. Mais une chose est sûre, Zouabri, à la faveur de la dernière flambée des actes terroristes, préparait son grand retour. Avec un oeil tourné vers la capitale. Car, faut-il encore le rappeler, Alger, de par ses extraordinaires répercussions médiatiques, était la grande hantise de Antar Zouabri.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.