Ligue 1 (France) : Marseille s'impose face à Lens    Un match de Premier League interrompu à cause d'un drone    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    Le projet de loi en débat au gouvernement    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tentative de détournement du vol Oran - Paris
AIR ALGERIE
Publié dans L'Expression le 18 - 02 - 2002

L'avion Oran-Paris, d'Air Algerie, qui a décolle hier à 17h30, a connu une péripétie qui s'inscrit dans l'ére du temps. Les passagers, pris de panique, ont vu ,durant près de heures, la mort défiler devant leurs yeux, se remémorant les tristes épisodes de détournements d'avions par des terroristes.
A 10 000 mètres d'altitude, assis à l'avant de l'avion, un passager ,assez jeune, se leve et lance aux passagers: «Ne bougez pas , sinon vous mourrez tous! J'ai placé des explosifs dans l'avion et je peux à tout moment appuyer sur le détonateur pour faire exploser l'avion. Ne vous levez surtout pas de vos sièges et gardez vos mains sur la tete, sinon je ferai précipiter l'avion sur le sol.»
Les hotesses de l'air et les stewards sont paralysés par les menaces du jeune forcené. Des passagers récitent la ‘chahada', les enfants et les fèmmes pleurent. L'atmosphère était intenable à bord de l'avion. Le commandant de bord et son copilote espèrent un dénouement heureux et tentent de négocier avec l'auteur du détournement. Il etait excité et ses propos incohérents. Conservant tout son sang froid, le commandant de bord essaie d'en savoir plus. A-t-il affaire à un terrrorist, un vrai,ou à un malade mental?
L'ombre de Ben Laden ressurgit brutalement avec son cortège d'horreur et la tragédie du World Trade Center raviva les esprits. Au moment ou le pilote rejoint la cabine pour se préparer à l'attérissage sur l'Aéroport Roissy Charles De Gaulle, l'auteur du détournement réitera ses menaces de faire exploser l'avion en plein vol au-dessus de Paris. Le commandant de bord d'Air Algérie a la totale certitude, à ce moment , qu'il avait à faire à un cas relevant de la psychiatrie. Il alerta la tour de contrôle pour annoncer que le vol Oran-Paris était en danger et qu'un passager veut faire exploser l'avion.
A l'aéroport français, c'est le branle bas de combat. Les forces de sécurité sont mobilisées. Le ministère de l'Intérieur français est informé. Des mesures préventives sont prises, et le GIGN, comme dans l'épisode douleureux de l'Airbus, en décembre 1994, est requis pour passer à l'action. Vers 19h, quand l'avion d'Air Algerie attérit à Roissy Charles De Gaulle, il est immédiatement orienté vers un espace isolé, comme l'exige ce genre d'évenements. Des négociations entre le forcené et l'équipage algérien amorce un nouveau virage. On avait bel et bien affaire à un fou. Il ne mit pas à exécution ses menaces . Le pilote avertit les autorités françaises que la situation à bord est maitrisée et que l'auteur de la tentative de détournement est disposé à se rendre . C'est ce qu'il fait et le cauchemar prend fin. . On ne deplore aucun blessé L'auteur de la tentative du détournement est un Franco-algérien. Le Directeur Général d'Air Algerie, M.Tayeb Bennouis, informé depuis le début de l'incident , a suivi minute après minute, les péripéties de ce vol en prodiguant ses conseils.Selon lui, l'équipage de l'avion a fait preuve d'une grande maitrise de la situation, car, confiant en la rigeur du dispositif sécuritaire existant au niveau de l'Aéroport de Essenia et qu'il est pratiquement impossible à tout individu d'y faire passer des armes ou des explosifs.
On nous signale que les policiers français qui se sont introduits dans l'avion, après le dénouement, ont procédé à des fouilles sur les passagers en leur faisant subir au passage des brimades très désobligeantes.
Finalement il y eut plus de peur que de mal.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.