Ecole nationale supérieure d'Agronomie: sortie de la 57e promotion d'étudiants    Migrants tués par la police marocaine: "le Maroc essaie d'effacer les preuves de la tragédie"    JM / haltérophilie : l'Algérien Fardjalla au pied du podium à l'épaulé-jeté    JM / Athlétisme (2e journée): résultats techniques des finales    JM /Handball dames/ Gr.A : le point après la 3e et dernière journée    Célébration du 60e anniversaire de l'Indépendance : Un grand concert de musique andalouse à Alger    Deux clubs espagnols se disputent Isco    Feuille de route admissible ?    Nombreux forages et exploitations agricoles raccordés à l'électricité    El Tarf: Renforcement du réseau d'électricité    Pièces de rechange automobiles: «Pas de rupture d'approvisionnement»    Sahara occidental: L'émissaire de l'ONU en tournée dans la région    Tiaret - Match gala pour Tahar Benferhat: Dans l'attente d'un Mémorial    «Les attributions de logements ne vont pas s'arrêter»    Le partage du mouton et du repas    La tenue des gymnastes olympiques et le délire collectif    Libye : des manifestants investissent le siège du Parlement    Sidi Bel Abbès: Le festival de danse populaire tient ses promesses    Le directeur de l'Anad placé en garde à vue    Le sens et les messages d'un défilé    Le 60ème anniversaire de l'indépendance, "une opportunité pour mettre en relief les réalisations de l'Algérie indépendante"    Makri avance sa proposition    Bilal Afer crée la sensation    Les pros ou les charlatans?    Le bout du tunnel    «La jeunesse algérienne sait bâtir»    La plaidoirie de Lamamra    Deux repentis de Boko Haram se rendent à l'armée    Béjaïa en fête    Les déchets ménagers inquiètent    Le Hamas salue un rapport de l'ONU    L'Algérie se dote d'une unité d'insuline    «C'est un superbe cadeau!»    Oran vibre au rythme de la mode algérienne    Il était une fois le rai d'antan!    "L'Algérie est une nation ancienne dont l'authenticité ne peut être mise en doute"    Le renforcement du front interne, un message de fidélité aux martyrs    Lancement de la distribution de 160.000 logements à l'échelle nationale    Des milliers de logements attribués à leurs bénéficiaires dans l'Ouest du pays    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Algérie-Unesco: volonté de renforcer la coopération dans le domaine éducatif    Migrants tués par la police marocaine: la CADHP déplore le recours excessif à la force    Zeroual: l'Algérie a besoin de tous ses enfants pour parachever l'édification d'un Etat moderne    Le DG du journal «Echaab» limogé    Grand Prix Assia Djebar du Roman: Les lauréats distingués    El-Bayadh: Le célèbre «Rakb Sid Cheikh» de retour    «C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Oran sous psychotropes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le pirate, un aliéné mental, s'est rendu
TENTATIVE DE DETOURNEMENT D'UN AVION D'AIR ALGERIE
Publié dans L'Expression le 20 - 08 - 2003

L'avion assurant la liaison Alger-Oran-Lille a connu un périple qui s'inscrit dans l'ère du temps.
L es passagers, pris de panique, ont vu, durant plusieurs heures, la mort défiler devant leurs yeux, se remémorant les tristes épisodes de détournements d'avions par des terroristes.
Après avoir semé à bord la panique avec une boîte dans laquelle il affirmait avoir dissimulé une grenade, le pirate, un homme âgé de 55 ans, s'est rendu sans la moindre résistance. Le pirate s'était présenté à l'équipage pendant le vol exigeant d'être conduit à Genève. Après moult palabres, l'homme a, cependant accepté que l'avion atterrisse à Oran pour faire le plein de carburant et faire descendre des passagers avant de quitter de son plein gré l'appareil à Oran. Les informations recueillies auprès des sources sécuritaires laissent croire que l'homme en question ne disposait pas de toutes ses facultés mentales Cette énième tentative de détournement vient de remettre encore une fois en cause les consignes de sécurité mise en place à la suite du détournement de l'avion Airbus d'Air France le 24 décembre 1994 sur l'aéroport Houari-Boumedienne par un commando du GIA. Ce qui avait amené les autorités françaises à demander à toutes les compagnes françaises à suspende leur desserte de l'Algérie. Cette mesure a été levée en juin 2000, mais de longues discussions ont été nécessaires depuis entre la compagnie et les autorités algériennes pour renforcer les mesures de sécurité et pour que les compagnies françaises reprennent effectivement leurs dessertes de l'Algérie au mois de juin passé. Ce retour n'a été rendu possible qu'après l'accord des autorités algériennes de soumettre les passagers à des mesures draconiennes. A Alger, les passagers et leurs bagages à main subiront ainsi trois contrôles successifs: à l'entrée de l'aérogare, à l'entrée de la salle d'embarquement puis au pied de la passerelle d'embarquement tandis que l'appareil sera protégé en permanence par la police. A Orly-Ouest et à Marseille, en plus des mesures mises en oeuvre après les attentats du 11 septembre 2001, les zones d'enregistrement feront l'objet d'une surveillance particulière, assure la compagnie dans un communiqué.
Les personnels intervenant à l'avion seront contrôlés tandis que la soute et la cabine des appareils seront inspectées par des brigades canines avant le chargement des bagages et l'embarquement des passagers. Tous les bagages de soute seront inspectés, à Alger, à Orly et à Marseille, respectivement soit par des chiens spécialement dressés, soit par des détecteurs d'explosif. Enfin, des agents de sûreté, non armés, assureront la protection de l'appareil en vol comme pendant l'escale à Alger. En outre, Air Algérie n'en est pas à sa première tentative de détournement, par des pseudo-pirates de l'air. En effet, l'aéroport de Constantine avait fait parler de lui en mauvais termes. Après l'affaire des logements destinés au personnel de la tour de contrôle, l'affaire des lingots d'or et celle des cartes à puce pour démodulateurs et la guéguerre qui avait opposé les services des douanes à ceux de la police, un détournement d'avion avait remis sous les feux de la rampe l'aéroport Mohamed-Boudiaf de Constantine. Au mois de janvier dernier, un individu a pris en otages les passagers du vol Constantine-Alger, en provenance de Paris, de la compagnie aérienne Air Algérie. L'avion qui venait juste d'arriver de Paris repartait vers Alger avec à son bord 32 personnes, 25 passagers et 7 membres de l'équipage. «Le futur pirate de l'air, un simple voyageur selon toute vraisemblance, n'a pas eu trop de mal à se frayer un chemin jusqu'à bord de l'avion, vu qu'il n'avait en sa possession aucune arme», avait affirmé une source policière. La manière dont aurait usé le pirate de l'air, pour détourner l'avion, est restée un mystère. Car, désormais, il n'avait apparemment aucun argument persuasif pour prendre le contrôle de l'appareil. Toujours est-il que l'alerte sera donnée en plein ciel. Et sous une surveillance exceptionnelle, l'avion se posera sur le tarmac de l'aéroport Houari-Boumediène. Auparavant, et dans la soirée du 17 février 2002, le vol d'Air Algérie assurant la liaison Oran-Paris a été le théâtre d'une tentative de détournement par un individu, assis à l'avant de l'appareil, qui avait réussi à faire paniquer l'ensemble des voyageurs en lançant à 10000 mètres d'altitude «Ne bougez pas, sinon vous mourrez tous ! J'ai placé des explosifs dans l'avion et je peux à tout moment appuyer sur le détonateur pour faire exploser l'avion. Ne vous levez surtout pas et gardez vos mains sur la tête, sinon je ferai précipiter l'avion sur le sol.».
L'ombre de Ben Laden avait ressurgie brutalement avec son cortège d'horreur et la tragédie du World Trade Center ravivé les esprits. C'était la seconde tentative d'un malade mental de détourner un avion d'Air Algérie. Les déboires de la compagnie nationale ne s'arrêtent pas là. En effet, dimanche dernier, un Airbus A330 de la compagnie Air Algérie transportant 271 passagers a perdu une roue (roue du train avant) lors de son atterrissage à l'aéroport parisien d'Orly, sans faire de blessé «La roulette avant a cédé, mais le pied de la roulette ne s'est pas replié sous le poids de l'avion. L'appareil s'est un peu affaissé à l'avant, de moins de 10 degrés», a expliqué le porte-parole des Aéroports de Paris (ADP). «Ce type d'incident est très rare dans le transport aérien», a-t-il ajouté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.