Sécurisation des marches citoyennes: Gaïd Salah annonce l'arrestation d'individus soupçonnés de fomenter des troubles    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Affaires Sonatrach et Autoroute Est-Ouest: Les dossiers de Chakib Khelil et Amar Ghoul transmis à la Cour suprême    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Coupe d'Algérie - 1/2 finale-retour: JSMB - ESS, aujourd'hui à 17 h 00: Un âpre duel en vue    Football - Violence et arrangements: Des résultats complètement faussés    Division nationale Amateur - Ouest: Cinq clubs dans la tourmente    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Restitution des projets financés par l'UE pour la sauvegarde du patrimoine : 5 associations oranaises présentent leurs bilans    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Soudan: Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Ali Baba et les 40 voleurs    Des armements livrés à Khalifa Haftar sans factures    Un terroriste abattu dans la région du Kef    "L'armée ne doit pas imposer son agenda"    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Van de Beek, ça coûte cher    Renato Sanches veut vraiment partir    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Championnat d'Afrique de lutte : Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    "L'aide de l'armée est capitale"    Le prix du baril pourrait flamber    Justice : Deux dossiers de poursuites contre Chakib Khelil et ses complices transmis à la Cour suprême    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Le long métrage "Abou Leïla" en compétition à la Semaine de la critique à Cannes    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    Sidi Bel-Abbés.. Saisie de kif et de psychotropes    Actions de solidarité durant le mois sacré.. Le mouvement associatif tend la main aux démunis    APRES AVOIR COMMIS NEUF VOLS CONSECUTIFS : Trois dangereux voleurs, sous les verrous à Mascara    Mahrez veut quitter City    La Casbah pleure ses victimes dans le recueillement    Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Al-Sarraj dénonce le soutien «non proportionné» de la France à Haftar    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des équipes étrangères à l'oeuvre
CHIRURGIE CARDIAQUE PEDIATRIQUE
Publié dans L'Expression le 08 - 02 - 2007

«D'ici deux années, on règlera au moins 50% du problème des malformations congénitales», estime le Pr Bourezak, chef de service chirurgie cardiovasculaire.
En Algérie, 3500 malades, entre enfants et adultes, atteints de cardiopathie congénitale sont en liste d'attente au niveau de la clinique médico-chirurgicale de Bou Ismaïl (Tipasa). Une situation qui démontre, aujourd'hui, l'urgence de leur prise en charge.
«A un moment donné, le constat était devenu dramatique», a affirmé, hier, lors d'une conférence de presse, le professeur Salah Eddine Bourezak, chef de service chirurgie cardio-vasculaire à l'établissement hospitalier spécialisé Mohamed-Abderrahmani.
Ces malades, souligne-t-il, étaient soit transférés pour soins à l'étranger ou pris en charge par des équipes chirurgico-médicales étrangères missionnaires en Algérie. Une situation qui n'a pas laissé les pouvoirs publics indifférents puisqu'il a été décidé de créer trois hôpitaux spécialisés en cardiologie et chirurgie cardio-pédiatrique à Annaba, Tizi-Ouzou et Alger. Concernant la capitale, l'appel d'offres est déjà lancé pour sa réalisation, indique le Pr Bourezak. Le centre pédiatrique de Canastel à Oran sera, également, reconverti en hôpital de cardiologie.
Ces structures nécessitent bien évidemment un accompagnement et un renforcement des équipes médicales. C'est justement l'objectif essentiel fixé à la coopération établie avec des équipes françaises, jordaniennes, suisses, et sud-africaines composées d'un chirurgien, un médecin anesthésiste-réanimateur, un cardio-pédiatre et un perfusionniste.
Les Canadiens sont prêts aussi à intervenir dans la chirurgie cardiaque infantile. «En plus des interventions qu'elles effectuent, ces équipes forment et enseignent le personnel», fait savoir le Pr. Bourezak. Ce dernier table sur une réalisation d'opérations se situant entre 100 et 200 par an dans le cadre d'une quinzaine de missions.
La première équipe jordanienne, note-t-il, s'est déplacée entre le 26 janvier et le 2 février 2007 à Alger. L'équipe française achèvera, aujourd'hui, sa mission. Le programme de coopération s'étalera sur 18 mois pour la préparation des équipes médicales algériennes et entre 4 et 5 années pour leur accompagnement.
Il faut noter que six enfants âgés entre 2 et 13 ans, atteints de malformation congénitale, dite «enfant bleu», ont été opérés par une équipe médicale française à l'EHS de cardiologie Mohamed-Abderrahmani. Ces interventions ont été effectuées par le Pr Sylvain Chauvaud, de l'Hôpital européen Georges Pompidou (Paris) assisté par l'équipe chirurgicale du Bourezak. Le Pr Chauvaud a relevé le niveau «très satisfaisant» de la chirurgie pour adultes, en Algérie. Il a, toutefois, fait remarquer que ce type de chirurgie très pointue exige un personnel paramédical performant. C'est là le point noir, affirme le Pr Bourezak.
Mettant l'accent sur les avantages de cette coopération, il a indiqué que les retombées financières sont «très importantes». Une seule prise en charge à l'étranger coûte 30.000 euros au Trésor public, a-t-il indiqué.
«D'ici deux années, on règlera au moins 50% du problème des malformations congénitales», a-t-il encore déclaré. Par ailleurs, s'exprimant sur la greffe d'organes en Algérie, le Pr Bourezak considère que cette question nécessite l'implication de toutes les institutions de l'Etat. Cependant, le problème réside, selon lui, dans l'absence de campagnes d'information sur ce sujet.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.