Les candidats soulignent la nécessité de renforcer le front interne pour préserver la stabilité de l'Algérie    Une délégation de l'APN prendra part à l'Eucoco    Bale, la réponse de Marca ! (Photo)    CRB : Amrani «Je ne parlerai pas d'un autre club, je respecte ma profession»    Deux individus appréhendés à Relizane et El Taref pour tentative de ralliement aux groupes terroristes    Nouveau Gouvernement tunisien: Ennahdha s'oppose à la participation de certains partis    Bengrina s'en prend à l'opposition    «Les rassemblements contre les élections sont antidémocratiques»    Des partisans du président agressent des opposants    Sonatrach renouvelle avec le français Engie    L'homme d'affaires Omar Allilat incarcéré à El Harrach    Egypte-Côte d'Ivoire en finale    Les chapeaux connus    2 représentants de la Fifa à Alger    Fin de la phase aller le 18 décembre    Velud a testé les jeunes joueurs    Il y a tromperie sur la marchandise    «Les maladies professionnelles, l'affaire de tous»    Des mises en demeure aux enseignants grévistes    De nouvelles structures pour le secteur de la santé    Plongée dans l'univers d'Amadeo Modigliani    ACTUCULT    Réunion du Gouvernement: plusieurs projets de décrets exécutifs examinés    Ligue 2 (13e j): l'OM freiné à Oran, le WAT se rapproche    Israël ferme des organisations palestiniennes à El-Qods occupée    L'ANIE se renforce par une plateforme électronique de surveillance des élections    Présidentielle 2019: paroles de candidats au quatrième jour de la campagne    Se disputer avec soi-même    Hai Nedjma: Saisie de 210 comprimés psychotropes    El Hamri: Des familles recasées dans une école sous la menace de l'amiante    Chlef: Plus de 14.000 nouveaux électeurs inscrits    Université / Emploi : l'autopsie    Quand le «pays inutile» se souvient de l'Algérie utile !    La grogne d'un peuple n'est pas un projet politique, c'est la nécessité d'en construire un    VENT(S) DE LIBERTE    Une vingtaine de stands attendent de potentiels acquéreurs    Marche de soutien à l'organisation des élections    Cela s'est passé un 28 juin 1835 : la bataille d'El-Megta'â    James Ellroy : «Bien-sûr que je suis un génie»    Ouargla : Le moineau blanc observé pour la première fois à Touggourt    Futures gares de péage : Mise en service courant 2021    L'Algérie peut rééquilibrer son économie    La police anti-émeute disperse des manifestants    Mali : 24 soldats et 17 jihadistes tués dans des combats    Zimbabwe: La Chine accuse Harare de " sous-estimer " l'importance de son aide financière    Législatives au Cameroun : Le SDF y participera, mais à certaines conditions    Recettes douanières: Hausse de plus de 5% durant les 9 premiers mois de 2019    Forum de l'Unesco: Rabehi relève l'importance accordée par l'Algérie à la culture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des équipes étrangères à l'oeuvre
CHIRURGIE CARDIAQUE PEDIATRIQUE
Publié dans L'Expression le 08 - 02 - 2007

«D'ici deux années, on règlera au moins 50% du problème des malformations congénitales», estime le Pr Bourezak, chef de service chirurgie cardiovasculaire.
En Algérie, 3500 malades, entre enfants et adultes, atteints de cardiopathie congénitale sont en liste d'attente au niveau de la clinique médico-chirurgicale de Bou Ismaïl (Tipasa). Une situation qui démontre, aujourd'hui, l'urgence de leur prise en charge.
«A un moment donné, le constat était devenu dramatique», a affirmé, hier, lors d'une conférence de presse, le professeur Salah Eddine Bourezak, chef de service chirurgie cardio-vasculaire à l'établissement hospitalier spécialisé Mohamed-Abderrahmani.
Ces malades, souligne-t-il, étaient soit transférés pour soins à l'étranger ou pris en charge par des équipes chirurgico-médicales étrangères missionnaires en Algérie. Une situation qui n'a pas laissé les pouvoirs publics indifférents puisqu'il a été décidé de créer trois hôpitaux spécialisés en cardiologie et chirurgie cardio-pédiatrique à Annaba, Tizi-Ouzou et Alger. Concernant la capitale, l'appel d'offres est déjà lancé pour sa réalisation, indique le Pr Bourezak. Le centre pédiatrique de Canastel à Oran sera, également, reconverti en hôpital de cardiologie.
Ces structures nécessitent bien évidemment un accompagnement et un renforcement des équipes médicales. C'est justement l'objectif essentiel fixé à la coopération établie avec des équipes françaises, jordaniennes, suisses, et sud-africaines composées d'un chirurgien, un médecin anesthésiste-réanimateur, un cardio-pédiatre et un perfusionniste.
Les Canadiens sont prêts aussi à intervenir dans la chirurgie cardiaque infantile. «En plus des interventions qu'elles effectuent, ces équipes forment et enseignent le personnel», fait savoir le Pr. Bourezak. Ce dernier table sur une réalisation d'opérations se situant entre 100 et 200 par an dans le cadre d'une quinzaine de missions.
La première équipe jordanienne, note-t-il, s'est déplacée entre le 26 janvier et le 2 février 2007 à Alger. L'équipe française achèvera, aujourd'hui, sa mission. Le programme de coopération s'étalera sur 18 mois pour la préparation des équipes médicales algériennes et entre 4 et 5 années pour leur accompagnement.
Il faut noter que six enfants âgés entre 2 et 13 ans, atteints de malformation congénitale, dite «enfant bleu», ont été opérés par une équipe médicale française à l'EHS de cardiologie Mohamed-Abderrahmani. Ces interventions ont été effectuées par le Pr Sylvain Chauvaud, de l'Hôpital européen Georges Pompidou (Paris) assisté par l'équipe chirurgicale du Bourezak. Le Pr Chauvaud a relevé le niveau «très satisfaisant» de la chirurgie pour adultes, en Algérie. Il a, toutefois, fait remarquer que ce type de chirurgie très pointue exige un personnel paramédical performant. C'est là le point noir, affirme le Pr Bourezak.
Mettant l'accent sur les avantages de cette coopération, il a indiqué que les retombées financières sont «très importantes». Une seule prise en charge à l'étranger coûte 30.000 euros au Trésor public, a-t-il indiqué.
«D'ici deux années, on règlera au moins 50% du problème des malformations congénitales», a-t-il encore déclaré. Par ailleurs, s'exprimant sur la greffe d'organes en Algérie, le Pr Bourezak considère que cette question nécessite l'implication de toutes les institutions de l'Etat. Cependant, le problème réside, selon lui, dans l'absence de campagnes d'information sur ce sujet.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.