Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Amara s'engage à de "profondes réformes"    Huit blessés dans un accident sur l'autoroute est-ouest    Pour que la date du 20 avril 1980 ne soit plus exploitée    Charaf Eddine Amara, nouveau président de la FAF    Le Président Tebboune exhorte les jeunes à tracer leur voie vers la réussite par le travail, le savoir et la rigueur morale    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Ces partis à candidats «extra-muros»    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'histoire revisitée
JOURNEE DE L'ETUDIANT
Publié dans L'Expression le 20 - 05 - 2007

La faculté de médecine d'Alger a organisé la commémoration du 19 mai 1956.
Placé sous le haut patronage du président de la République, M.Abdelaziz Bouteflika, l'événement a été rehaussé par la présence d'éminentes personnalités. Le Dr Lamine Khan, Chawki Mostefaï, M.Daho Ould Kablia, le professeur Mohamed Toumi et le professeur Zahir Ihaddadène. Que peut-il se passer dans la tête de tous ces témoins du Mouvement de libération nationale? Dérouler le fil de l'histoire ne doit pas être chose facile. Les images reviennent, se bousculent. Elles sont souvent douloureuses. Une thérapie? Se libérer de ces chaînes qui enchaînent la mémoire, c'est aussi briser les murs du silence. Redonner leur juste place aux uns. Réhabiliter les autres. Ecrire, dire l'histoire. Transmettre aux générations futures. C'est ce qu'ont tenté de faire le Pr Ihaddadène, le Dr Lamine Khan et le Pr Toumi, ce 19 mai, hier, au Palais de la culture de Kouba. L'histoire du mouvement estudiantin et celle de la guerre de Libération nationale se sont télescopées. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, des étudiants algériens, en médecine dans leur majorité, créent le 16 mars 1919, l'Association des étudiants musulmans d'Afrique du Nord (Aeman).A la veille du déclenchement de la guerre de Libération, le nombre des étudiants algériens était de 500 environ. 80% d'entre eux provenaient de familles de notables ou relativement aisées. Ils constituaient l'ensemble de l'élite algérienne.
L'administration coloniale comptait sur elle pour mettre en pratique sa politique d'assimilation. «Nous avions un avenir assuré. Nos diplômes en poche, aucun souci d'ordre matériel ne se posait à nous», nous a confié le Dr Ihaddadène. Il était écrit que les choses se passeraient autrement. 1er Novembre 1954. La guerre éclate. Les étudiants algériens prennent conscience que leur avenir est ailleurs. Le peuple est spolié de ses terres, de ses droits. La répression s'abat sur lui. Cela renforce leurs convictions. Ils s'engagent corps et âme dans la lutte armée. Ils s'organisent, créent l'Ugema. Zeddour Belkacem, le Dr Benzerdjeb sont assassinés. Brahimi, du collège de Bougie, est brûlé vif. Ferhat Hadjadj, maître d'internat au lycée de Ben Aknoun est égorgé par la police...l'Union générale des étudiants musulmans algériens, l'Ugema, lance son appel à la grève du 19 mai 1956. Le mouvement estudiantin se moule dans la guerre de Libération nationale en marche pour une indépendance inéluctable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.