Syndicat national des magistrats: Des élections régulières, garantes de la légitimité populaire    Présidentielle du 12 décembre : Révision exceptionnelle des listes électorales dès ce dimanche    USA: La Fed baisse son taux directeur, la suite reste incertaine    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    L'impasse iranienne met en lumière un fossé croissant entre l'UE et les Etats-Unis    Match amical Algérie - Colombie : La FAF officialise la rencontre contre la Colombie    Supercoupe d'Algérie de hand : Le CRBBA (messieurs) et le GSP (dames) vainqueurs    Incident de Oued Rhiou: Le parquet de la République ouvre une enquête    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    Apple dévoile 3 nouveaux iPhones et un nouvel iPad    14 postulants ont retiré les formulaires de souscription    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Les nouveaux walis délégués installés    Horreur à Oum El-Bouaghi    Des contrats gaziers à long terme prochainement renouvelés    7e Festival du melhoun du 25 au 27 septembre à Mostaganem    Créances de plus de 2,9 milliards DA à recouvrer par la Sonelgaz    La FAF officialise la rencontre contre la Colombie    Un jeune homme trouve la mort par électrocution à Ouled Ayaiche    Une vingtaine de projets hydrauliques proposés au plan de développement de 2020    Arrestation de 6 personnes impliquées dans une affaire de détournement de deniers publics    Agacé, Mourinho éteint les rumeurs et réclame du respect pour Zidane !    Les premiers pas vers l'élection présidentielle du 12 décembre    Ouverture de la 5e édition aujourd'hui    La police retire le permis de port d'arme à Tliba    AIN BEIDA (ORAN) : Saisie de 1242 unités de boissons alcoolisées    MOSTAGANEM : 207.621 élèves inscrits pour l'année scolaire 2019-2020    7EME EDITION DU FESTIVAL NATIONAL DU MELHOUN : 34 artistes au rendez-vous    Forte mobilisation à Alger et dans les autres villes du pays : Plus déterminés que jamais    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 5ème journée    L'Algérie 4e en Afrique et 38e au niveau mondial    Amnesty fustige l'usage excessif de la force par la police    "Makanch l'vote, diroulna les menottes"    Plus de 3 200 demandeurs d'emploi placés depuis janvier    Le centre et le nord du Mali sombrent dans la violence    Vent de révolte contre le pouvoir militaire d'al-Sissi    Les problèmes et les enjeux du 6e art en débat    Les luttes citoyennes racontées autrement    Des ONG progressistes soutiennent le "hirak"    En France : quand un anti-raciste noir est accusé de racisme    CRB : Plus qu'une rencontre, un classique    MCO : Suite à la suspension de CEO... Les Hamraoua en colère !    Tizi-Ouzou, Béjaïa: Protesta des avocats    Amnesty International dénonce le «blocage de l'accès à Alger»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les demi-aveux de Sarkozy
LES CRIMES DE LA COLONISATION
Publié dans L'Expression le 28 - 07 - 2007

Dans son adresse à la jeunesse sénégalaise, le nouveau président français n'a pas tout dit sur le passé colonial de la France.
A Dakar où il était jeudi, en visite officielle, le président français, Nicolas Sarkozy, a joué un difficile jeu d'équilibre, en reconnaissant, par ci, certains méfaits du colonialisme, responsabilisant, par là, les Africains quant à la situation précaire de leurs pays. Des demi-aveux, sans doute les bienvenus, mais qui laissent dubitatif quand on sait les crimes du colonialisme commis au nom de la France, en Algérie et au Sénégal, entre autres, les deux pays où il séjourna depuis son investiture à la présidence française, le 16 mais dernier.
La langue de M.Sarkozy a-t-elle fourché? En effet, peu après avoir affirmé que la «colonisation» au même titre que «l'esclavagisme» était «génocide et crime contre l'humanité», il s'est, par la suite, rétracté, à en croire les rectificatifs des agences de presse, n'assimilant plus que la traite des négriers comme crime contre l'humanité. C'est ainsi que M.Sarkozy s'est étendu sur les crimes des négriers et des esclavagistes, mais a relativisé les crimes du colonialisme. Comme il est resté silencieux sur les crimes commis à Guelma, Sétif et Kherrata, en mai 1945, lors de son séjour à Alger le 11 juillet, Nicolas Sarkozy n'a dit mot non plus, sur l'autre crime, celui du camp de Thiaroye -pas loin de l'université de Dakar où il prononçait son discours - où des dizaines de tirailleurs sénégalais ont été tués par l'armée française en décembre 1945, coupables de réclamer leur solde.
Les crimes coloniaux en Algérie et au Sénégal se passaient en 1945, année lors de laquelle les soldats venus d'Afrique (notamment de ces deux pays) avaient participé à la libération de la France. A Dakar et devant la jeunesse et les étudiants sénégalais, le président Sarkozy a déclaré: «Je ne suis pas venu effacer le passé car le passé ne s'efface pas. Je ne suis pas venu nier les fautes ni les crimes car il y a eu des fautes et il y a eu des crimes» au premier jour de sa visite au Sénégal, ancienne colonie française, devenue indépendante en 1960.
Donc, pas question de repentance; M.Sarkozy qui demandait aux jeunes Sénégalais de regarder «au delà des crimes» de la traite et de l'esclavage, ne s'est pas appesanti sur les crimes propres de la France, ni ne s'est excusé pour les crimes du colonialisme français qu'il ne considère pas comme tel, estimant sans doute que des demi-aveux, d'une part, quelques petites vérités par là, d'autre part, car historiquement impossibles à nier, devaient contribuer à effacer ce qu'il y avait de plus barbare dans «l'oeuvre civilisatrice» de la France en Afrique. A la limite, selon le président français, la colonisation n'a pas été «un crime» au pire «une grande faute». Mais, le président Sarkozy qui veut «révolutionner» les rapports entre la France et les anciennes colonies africaines, n'a pas eu, néanmoins, le vrai courage de reconnaître les crimes de la France. Dans un entretien au quotidien gouvernemental sénégalais, Le Soleil, le président français indique: «Il y a eu la traite négrière, il y a eu l'esclavage, les hommes, les femmes, les enfants achetés et vendus comme une marchandise. Et ce crime ne fut pas seulement un crime contre les Africains, ce fut un crime contre l'homme, un crime contre l'humanité».
Comme le furent, au même titre, les enfumades du Dahra et les crimes des colons en mai 1945 en Algérie. M.Sarkozy est très sélectif, il reconnaît dans l'esclavagisme un crime contre l'humanité parce qu'il n'est pas du fait des seuls Français, mais des pays occidentaux en général, mais refuse en revanche, d'assimiler la colonisation et les méfaits du colonialisme à des crimes de guerre et contre l'humanité. A Dakar, Nicolas Sarkozy, s'il a dit quelques vérités sur le passé colonial de la France, qu'il continue à ne pas vouloir assumer, est loin cependant d'avoir fait son mea-culpa. Il en faut de beaucoup.
Au même journal cité plus haut, le président français affirme: «J'ai le souci de moderniser les relations qu'entretient la France avec ses partenaires africains (...) et d'en chasser les vieux démons du clientélisme, du paternalisme et de l'assistanat».
Or, dans son discours prononcé jeudi à l'université Cheikh Anta-Diop de Dakar, Nicolas Sarkozy, plus que paternaliste, s'est surtout montré arrogant envers les jeunes Dakarois, les apostrophant; «Voulez-vous que cesse l'arbitraire, la corruption, la violence? Voulez-vous que la propriété soit respectée, que l'argent soit investi au lieu d'être détourné?»
Peu à Dakar ont, d'ailleurs, apprécié ce discours qui rappelle des jours sombres que les Africains ne peuvent pas oublier. En fait, Nicolas Sarkozy voulant couper avec les pratiques de ses prédécesseurs, se veut subtil et plus ouvert alors qu'il fait un discours qui reste le même, mais certes, enrobé de modernité pouvant faire croire qu'il dit autre chose que ce qu'ont dit avant lui MM.Chirac, Mitterrand ou encore Giscard d'Estaing qui, tous regardaient l'Afrique comme la «chasse gardée» de la France. Or, quoi qu'on dise le président français, cet archaïsme qu'est «le pré carré» français en Afrique subsiste et Nicolas Sarkozy est venu au Sénégal et au Gabon -avec lesquels la France entretient des relations privilégiées- pour lui donner un habillage plus clean alors que l'objectif demeure le même avec en sus, aujourd'hui -en plus de l'exploitation à outrance des matières premières africaines- l'écrémage de sa matière grise, ces cerveaux qui font aujourd'hui le bonheur des puissances occidentales, grandes et petites.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.