Mobilisation pour la libération de Laâlami    Une forte mobilisation au rendez-vous    Le Hirak entame sa deuxième année    RCD : "Il faudra faire bien plus pour nous soumettre"    Journée d'étude sur "L'exception d'inconstitutionnalité des lois"    Emanciper le droit ? C'est possible !    Le pétrole à son plus bas prix depuis un an    L'IFPEN français confirme sa participation    Probable rappel de nouvelles voitures Daimler truquées    Fitch Ratings projette une baisse de 3,75% des ventes    UGTA : de l'éviction de Sidi-Saïd à l'émergence de son sosie    Décès d'Idriss El Djazaïri : une carrière vouée aux bonnes causes    Voici les objets qu'on oublie souvent dans la voiture    Tunisie : le gouvernement Fakhfakh entame son travail    L'Union africaine compte déployer 3 000 soldats au Sahel    Le virus présent en Italie avant l'endémie en Chine    Bounedjah dans le viseur de Besiktas    Dziri Billel «indécis»    Quelles perspectives pour Serport ?    Aït Djoudi quitte le NAHD    Programme des huitièmes (aller le 12 mars, retour le 19)    Le MCA en quête de confirmation    Fausse alerte au coronavirus    Report du procès Hamel et Berachedi prévu jeudi à Blida    Guelma : les dépouilles de 3 harraga rapatriées    Baba à la chantilly    Mouloud Mammeri, fondateur de l'anthropologie algérienne    Actucult    Les "50 ans de la chanson raï" célébrés à Oran    Nina Lys Affane revient avec des "Fracas de sens"    "Le silence des armes, l'illusion de la paix"    Le duo japonais de musique traditionnelle «Wagaku Miyabi» séduit Alger    J'ai cherché des Islamistes dans le Hirak !    Brésil : Chantage de Bolsonaro contre la presse    JS Kabylie : Un match à ne pas perdre    JSMB – USMH : Le choc des mal classés    Près de la moitié des montants alloués non consommés    La Syrie martyrisée    Site antique de Tiklat (El kseur) : Destructions au sein de la nécropole    Tribunal Sidi M'hamed: «El-Bouchi» condamné à 8 ans de prison, Khaled Tebboune acquitté    Ooredoo Algérie: Bassam Yousef Al Ibrahim nouveau directeur général adjoint    Algérie-Pays du Golfe: La diplomatie algérienne à l'épreuve du feu    Plaidoyer pour une dévaluation du dinar    Election d'une nouvelle instance présidentielle: Vers un congrès extraordinaire du FFS    Des outils de mesure contre le gaspillage d'eau    Les autorités tentent de rassurer à propos du coronavirus: Colère après la suspension de la Omra    Un réseau de trafiquants de psychotropes démantelé    L'art du Goul populaire menacé de disparition à El Bayadh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Levée de boucliers contre Sarkozy en Afrique
Le président français minimise les méfaits de la colonisation
Publié dans El Watan le 28 - 07 - 2007

Alpha Oumar Konaré, président de la commission de l'Union africaine, a réagi hier au rejet de toute repentance affiché par le président français, Nicolas Sarkozy, lors de son discours prononcé à Dakar (Sénégal) au sujet de la colonisation qu'il a toutefois qualifiée de « grande faute ».
Dans une interview à la radio RFI, M. Konaré a déclaré, a rapporté l'APS, qu'« une bonne partie du retard de l'Afrique est liée à cela (au colonialisme) et cette réalité, je suis sûr que le président (Sarkozy) la sait, (...) personne n'a le droit de la nier, et cela n'a rien à voir avec la repentance ». Cette exigence de mémoire ne peut pas être simplement le fait des Africains. Je le dis clairement, cette page, nous ne la déchirerons jamais », a ajouté le président de la commission de l'UA. M. Sarkozy a expliqué à Dakar que « la colonisation n'est pas responsable de toutes les difficultés actuelles de l'Afrique », citant les guerres, les génocides, la corruption, les gaspillages. Pour rappel, le président Sarkozy avait nettement affiché son opposition à la « repentance » concernant le colonialisme en Algérie. « Je veux en finir avec la repentance qui est une forme de haine de soi, et la concurrence des mémoires qui nourrit la haine des autres », avait déclaré M. Sarkozy le 6 mai 2007, le soir du deuxième tour de l'élection présidentielle française. Lors de sa visite à Alger le 10 juillet, M. Sarkozy a déclaré : « Je viens ici ni pour blesser ni pour m'excuser (…). Les Algériens ont beaucoup souffert. Je respecte cette souffrance. Mais il y a aussi beaucoup de souffrance de l'autre côté et il faut la respecter. Je ne mets pas l'une sur un piédestal et l'autre en dessous. Je les regarde toutes les deux et je dis c'est l'histoire, c'est le passé. » Silence radio côté officiel, jusqu'à la réaction tardive de l'Organisation nationale des moudjahidine (voir El Watan du 25 juillet) : « L'ONM rappelle plus que jamais que seul un pardon au peuple algérien est de nature à permettre de tourner la tragique page du passé pour entrevoir une coopération saine pour le bien des deux peuples. »
« L'injure », selon la presse sénégalaise
L'ONM, réputée proche des cercles de décision, a également indiqué « l'ignorance de la sensibilité des Algériens et surtout celle de la génération de novembre qui sait les sacrifices consentis durant cette sombre période (...) Il est illusoire de croire à un partenariat constructif entre les deux pays qui se construirait sur la négation des faits historiques ». Pour en revenir aux réactions de M. Konaré, ce dernier a également jugé que le discours de M. Sarkozy « n'est pas le genre de rupture » qui était souhaitée. Un discours qui « n'est pas neuf dans le fond, il rappelle des déclarations fort anciennes, d'une autre époque, surtout quant à l'appréciation sur les paysans que je n'approuve pas », a commenté M. Konaré. M. Sarkozy a déclaré devant les étudiants de l'université Cheikh Anta Diop de Dakar que « le paysan africain ne connaît que l'éternel recommencement du temps, rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles. Dans cet imaginaire où tout recommence toujours, il n'y a de place ni pour l'aventure humaine ni pour l'idée de progrès ». A l'adresse des « jeunes d'Afrique », le président français a affirmé que s'ils voulaient sortir de « l'arbitraire », de « la corruption », de « la violence », du « parasitisme » et du « clientélisme », c'était à eux « de le décider ». « Cet appel à la jeunesse africaine est un appel important (...) mais ce discours n'est pas nouveau en Afrique. Beaucoup de dirigeants africains le tiennent, les jeunes Africains le savent et beaucoup de ces jeunes depuis longtemps se battent », a réagi M. Konaré. « Je suis certain que le président souhaite la rupture (...). Je pense que pour l'aider dans la rupture, il a besoin de mieux connaître l'Afrique et nous sommes prêts dans ces échanges avec lui », a-t-il conclu selon l'APS. « Quand je l'ai entendu parler aux étudiants, dans un amphithéâtre plein à craquer, j'ai pensé à ces missionnaires venus en Afrique ‘‘civiliser'' nos arrière-grands-parents (...) Des clichés, encore des clichés, toujours des clichés. Quelle injure ! », s'offusque l'éditorialiste du journal sénégalais Sud Quotidien. Un autre quotidien de Dakar, Le Populaire, titre : « Les vérités (résumées) de Sarkozy aux Africains : ‘‘Arrêtez de pleurnicher !''. « Sans ambages, il a tenu les Africains pour responsables de leurs malheurs », ajoute le journal sénégalais Walfadjri.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.