Les graves accusations de Baâdji    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    Un limogeage et des interrogations    Tebboune presse le gouvernement    L'Algérie sur la bonne voie en Afrique    Le défi de la qualité    Conseil de sécurité de l'ONU : Lamamra appelle l'Afrique à parler d'une seule voix    Tapis rouge pour Mahmoud Abbas    Algérie-Egypte, l'enjeu de la première place    "Nos joueurs ont été perturbés par ce confinement"    Le RCK et le MC El-Bayadh s'envolent    Météo : Des vents forts continueront à souffler sur plusieurs wilayas du pays ce lundi (BMS)    Lancement de la vaccination à domicile    La tutelle annonce des mesures d'apaisement    Mort d'un septuagénaire par asphyxie au monoxyde de carbone    Le dernier vol du colibri !    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    Longue chaîne létale    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    Haaland peste contre l'arbitrage    5 décès et 149 blessés enregistrés en 24 heures    L'UGTT réclame un «dialogue national»    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    La musique andalouse dans tous ses états    «Soula» de Salah Issaâd en compétition    Arrivée du Président de l'Etat de Palestine à Alger    Le FLN increvable    Le FFS fait son bilan    Augmentation pénalisante des prix    Les japonais "s'intéressent" au marché algérien    16 opérations d'exportation réalisées en novembre    «J'aimerais marquer plus de buts pour l'Algérie»    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    A ou A', ces Verts hybrides tiendront-ils longtemps ?    La JSS se débarrasse des grigris des Ghanéens    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    Les Gambiens élisent leur Président pour oublier la dictature    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    Rencontre internationale sur l'œuvre de M'hamed Safi El Mostaghanemi    INDUSTRIE : PLUS DE 400 PROJETS BLOQUES PAR LA BUREAUCRATIE    Il y a les vrais, et il y a les faux !    «Nous avons atteint nos objectifs»    L'ascension fulgurante du Front el Moustakbal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



28 morts et une soixantaine de blessés
SANGLANT ATTENTAT À DELLYS
Publié dans L'Expression le 09 - 09 - 2007

La méthode utilisée ressemble à celle ayant ciblé la caserne militaire de Lakhdaria. Le camion en question semble être celui qui livrait à la caserne les produits laitiers.
La petite ville de Dellys, située dans la zone côtière de la wilaya de Boumerdès, a été fortement secouée dans la matinée de ce samedi. La caserne de la marine, située près du port de Dellys, a été la cible d'un attentat kamikaze. C'est vers 7h 45, hier matin, qu'une forte explosion a ébranlé la ville. On a tout de suite su qu'il s'agissait de la caserne de la marine qui a été la cible d'un attentat. Il semble, selon des informations recueillies sur place, qu'il s'agit d'un camion kamikaze qui a foncé sur la caserne, alors que les militaires étaient au rassemblement pour la levée des couleurs. La méthode ressemble beaucoup, à celle ayant ciblé la caserne militaire de Lakhdaria.
Le camion, immatriculé à Alger, semble être celui qui livrait à la caserne le lait et les produits laitiers. Intercepté en cours de route, le camion a vu l'équipage et le chargement changés. Une fois le camion chargé d'explosifs, on parle d'engrais et de bouts de ferraille. Le conducteur remplacé, s'est dirigé vers la caserne où il a pu entrer facilement, comme d'habitude, car connu des militaires. Sur place et au moment de la levée des couleurs, ce fut l'explosion! Un véritable carnage! Des militaires ont été touchés mortellement, d'autres grièvement blessés. Les secours s'organisent rapidement, alors qu'un cordon de sécurité est mis sur place, interdisant l'accès aux lieux.
Les gens accourent de partout après le premier vent de panique qui a saisi la ville. Tout le monde voulait connaître l'ampleur des dégâts. Sur place, les chalets semblaient pulvérisés par l'explosion. De par la puissance du souffle de la déflagration, des débris de bois, de ferraille et de béton jonchaient le port sur plusieurs centaines de mètres.
Des vêtements et des valises ont été projetés sur les poteaux électriques et les barrières du port. Les ambulances commencent à évacuer les blessés, les sirènes des ambulances ont ajouté à l'angoisse qui régnait sur les lieux. L'on suppute sur le nombre de morts, les gens ayant tendance à gonfler les chiffres. On évoquait, vers 11h et à Dellys, le chiffre de 20 morts.
Des militaires sortent dans les environs de la caserne à la recherche de corps ayant été projetés à l'extérieur. Lugubre tâche! Il semble que le conducteur du camion ait été déchiqueté par l'explosion. Durant un bon moment, la ville de Dellys était sens dessus-dessous. Il a fallu près d'une heure pour que les gens reprennent leurs esprits. Les habitants des environs commentent l'événement en essayant d'ajouter quelques commentaires. «J'étais chez moi, quand le bruit m'a projeté en arrière, j'ai vu les carreaux des fenêtres voler en éclats. J'ai immédiatement pensé qu'il s'agissait d'un séisme», dira un jeune homme, alors qu'un vieux monsieur explique avoir été près des lieux à environ 200 mètres. «J'ai été réellement secoué par l'explosion, mais je n'ai rien vu.» Les plus choquées sont les mères de famille. «Mon épouse, qui venait d'envoyer notre aîné acheter le pain, se lamentait et appelait son fils, elle avait encore en tête les images de Batna. Je ne sais pas pourquoi elle a tout de suite senti qu'il s'agissait d'une bombe», racontait Rachid, un habitant du quartier mitoyen aux lieux. Vers les 10h, on a appris qu'il y aurait une dizaine de morts. Les blessés sont transférés, qui à l'hôpital local qui à Aïn Naâdja, à Alger. Il semble que des blessés auraient été gravement atteints. Des hélicoptères ont survolé la ville, les gens disent ouvertement ce qu'ils pensent. «Ceux qui ont fait cela sont dans les maquis et ont certainement des informateurs sur place. C'est signé Droukdel», disent plusieurs des citoyens rencontrés au niveau du quartier La Djenna. Sur la route du retour vers Tizi Ouzou, des citoyens ayant pris le même taxi parlent d'un récent vol de moutons dans la région de Sidi Ali Bounab, un hameau proche de Hidoussa où un citoyen a vu son troupeau composé d'une vingtaine d'ovins, volés, dans le courant de la nuit de jeudi à vendredi.
Tous affirment qu'il s'agit d'un vol commandité par les hordes terroristes. Ces moutons vont servir de réserves pour les terroristes qui se trouvent actuellement dans une mauvaise passe, du fait qu'ils sont encerclés par les militaires, les empêchant aussi de sortir de leurs tanières pour se ravitailler. Toujours est-il qu'à Dellys comme à Tizi Ouzou, la terrible nouvelle a réussi à chasser l'autre barbarie de Batna. Faut-il assister impuissants au spectacle désolant et douloureux d'Algériens assassinés par les bombes?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.