PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'épée de Damoclès
SECURITE ALIMENTAIRE
Publié dans L'Expression le 12 - 01 - 2008

Alors que les potentialités humaines et naturelles existent en Algérie, la bonne gestion manque.
En dépit de sa bonne santé financière, la sécurité alimentaire de l'Algérie demeure fragile. Jamais cette épée de Damoclès n'a été aussi présente. Les experts économiques internationaux se disent préoccupés. Ils tirent même la sonnette d'alarme. Alors qu'ils avancent leur hypothèses, dont les premiers indices sont déjà perceptibles sur le terrain, ces experts se basent sur l'envolée des prix de nombreuses denrées alimentaires qui sont à leur plus haut, et les réserves au plus bas depuis 25 ans.
Dans son étude, publiée mer-credi dernier, le Forum économique mondial signale que «l'approvisionnement alimentaire mondial est vulnérable à une crise internationale ou à une catastrophe naturelle». Aux Etats-Unis d'Amérique, perçus comme l'un des plus grands producteurs de céréales dans le monde, les prix ont connu une augmentation de 90% pour le blé, 80% pour le soja, et 20% pour le riz. En 2008, le stock de blé aux States atteindra son plus bas niveau, jamais atteint depuis 60 ans.
Durant l'année 2007, les prix du blé sur les marchés mondiaux ont augmenté de 50%. Selon l'étude menée par le Forum économique mondial, auprès d'une centaine de hauts responsables politiques, économiques et universitaires, le Royaume-Uni semble parmi les plus menacés par la crise du fait de l'importance de son impact négatif sur le secteur financier dans ce pays. En Europe centrale et orientale, les déficits commerciaux de plusieurs pays pourraient s'avérer insupportables en 2008, selon l'étude. Même si la présente étude ne cite pas l'Algérie, il n'en demeure pas moins que notre pays subira irréversiblement toute crise pouvant survenir à l'échelle planétaire. D'autant plus que le pays est tributaire des marchés internationaux. Ce qui rend sa sécurité alimentaire plus menacée que jamais.
Et le paradoxe de cette situation est que les responsables algériens n'ont, du moins pour le moment, prévu aucune solution applicable, à court ou à long terme, afin d'éviter une quelconque situation de crise. La production nationale, qui est actuellement au trente-sixième dessous, ne peut être améliorée du jour au lendemain. Avec les alertes des experts internationaux, on persiste dans les déclarations qui, au bout du compte, ne relèvent que de l'abstrait. Car, l'application de toutes les mesures annoncées -l'importation de 50.000 vaches laitières, le Programme national de développement agricole (Pndra)...- ne semblent pas atteindre les objectifs escomptés.
La preuve, le gouvernement algérien continue de subventionner les produits alimentaires de première nécessité, importés à raison de milliards de dollars, alors que ces sommes astronomiques devaient être injectées à titre de soutien à la production agricole locale. D'autant que l'Algérie dispose d'énormes potentialités humaines et de conditions naturelles propices, pour ce faire. Mais à l'évidence, c'est la bonne gestion qui manque le plus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.