Les graves accusations de Baâdji    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    Un limogeage et des interrogations    Importation de véhicules : Le Président Tebboune ordonne la révision immédiate du cahier des charges    L'Algérie sur la bonne voie en Afrique    Le défi de la qualité    Conseil de sécurité de l'ONU : Lamamra appelle l'Afrique à parler d'une seule voix    Tapis rouge pour Mahmoud Abbas    "Nos joueurs ont été perturbés par ce confinement"    Météo : Des vents forts continueront à souffler sur plusieurs wilayas du pays ce lundi (BMS)    Lancement de la vaccination à domicile    La tutelle annonce des mesures d'apaisement    Mort d'un septuagénaire par asphyxie au monoxyde de carbone    Le dernier vol du colibri !    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    Le sélectionneur de l'Egypte Queiroz évoque l'Algérie    ASM Oran : El Djemîa en route vers le purgatoire !    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    Longue chaîne létale    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    Haaland peste contre l'arbitrage    5 décès et 149 blessés enregistrés en 24 heures    L'UGTT réclame un «dialogue national»    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    La musique andalouse dans tous ses états    «Soula» de Salah Issaâd en compétition    Arrivée du Président de l'Etat de Palestine à Alger    Le FLN increvable    Le FFS fait son bilan    Augmentation pénalisante des prix    Les japonais "s'intéressent" au marché algérien    16 opérations d'exportation réalisées en novembre    «J'aimerais marquer plus de buts pour l'Algérie»    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    A ou A', ces Verts hybrides tiendront-ils longtemps ?    La JSS se débarrasse des grigris des Ghanéens    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    Les Gambiens élisent leur Président pour oublier la dictature    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    Rencontre internationale sur l'œuvre de M'hamed Safi El Mostaghanemi    INDUSTRIE : PLUS DE 400 PROJETS BLOQUES PAR LA BUREAUCRATIE    Il y a les vrais, et il y a les faux !    «Nous avons atteint nos objectifs»    L'ascension fulgurante du Front el Moustakbal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



“L'Algérie n'a pas une politique agricole clairement définie”
L'économiste Mourad Boukella à la fondation Friedrich-Ebert
Publié dans Liberté le 16 - 09 - 2008

Pour le conférencier, les différentes politiques agricoles menées jusque-là par les pouvoirs publics s'avèrent inefficaces.
Des menaces pèsent sur la sécurité alimentaire dans notre pays. C'est ce qu'a expliqué Mourad Boukella, économiste, lors d'une conférence-débat animée à la Fondation Friedrich-Ebert, à Alger, dans la soirée de dimanche
dernier. Devant un important parterre de participants et d'invités (Mustapha Mekichèche, consultant, Abderahmane Belayat du FLN, Madjid Yousfi du RCD, un représentant du ministère de l'Agriculture), l'hôte de la fondation allemande a d'emblée posé les termes du débat : “La politique agricole est encore irrésolue dans notre pays, c'est-à-dire qu'elle se présente aujourd'hui comme une épée de Damoclès qui risque d'exposer nos populations à des problèmes de sécurité alimentaire.” L'argument phare sur lequel se fonde le conférencier pour défendre ses dires est le fait que l'économie algérienne est une économie “alimentaire” fortement dépendante des importations. “Il y a une tendance historique au recours systématique à l'importation comme instrument quasi-unique de régulation des filières agroalimentaires principales”, lance-t-il.
Voulant mettre en relief l'importance de la facture des importations alimentaires en Algérie, M. Boukella citera quelques chiffres : “Il y a eu 6 milliards de dollars d'importation en 2008 et cette facture sera de l'ordre de 15 milliards de dollars en 2015.” L'autre argument développé par le conférencier concerne les différentes politiques agricoles menées jusque-là par les pouvoirs publics et jugées inefficaces : “Les politiques successives qui ont été menées ont été conçues à chaque fois dans l'urgence pour résoudre des problèmes conjoncturels nés des dysfonctionnements du marché”, note-t-il avant d'enchaîner en affirmant que ces politiques “n'ont jamais pris racine dans le cadre d'une stratégie de long terme, appuyée par une planification rigoureuse des objectifs et des moyens à échéances précises et des évaluations d'étapes objectivement établies”.
Même le PNDRA, lancé en 2000, “n'a pas répondu positivement et complètement à la question de la sécurité alimentaire des Algériens à long terme, si l'on en juge par la rigidité persistante de l'offre domestique des produits de base et par l'évolution sans cesse croissante de la facture alimentaire”, notera encore l'intervenant. Aussi et pour expliquer les raisons de cette situation délétère de l'agriculture nationale, le conférencier remonte jusqu'au lendemain de l'indépendance pour pointer un doigt accusateur en direction des pouvoirs publics de l'époque : “Le nouveau pouvoir en gestion en 1962 a pris conscience qu'en prenant le contrôle des ressources pétrolières, il pouvait se passer des performances de l'agriculture pour assurer l'alimentation aux Algériens.” Et d'enchaîner : “Le statut de l'Algérie en tant que pays pétrolier, l'aisance financière en rapport avec l'importance des
recettes issues de la vente des hydrocarbures, ont relégué au second plan les préoccupations liées au développement durable, à la production agricole et à la nécessaire stabilisation de la paysannerie en tant que classe sociale.”
Comment venir à bout de cette situation qui risque d'être préjudiciable à la sécurité alimentaire de notre pays ? À cette question, l'orateur exhortera dans un premier temps les participants de mettre fin à une idée reçue : “Contrairement à une idée reçue, la sécurité alimentaire, c'est-à-dire une situation où toute personne peut accéder durablement à une alimentation adéquate lui permettant de mener une vie productive et en bonne santé, dont toutes formes de malnutrition et de sous nutrition, ne dépend ni exclusivement ni principalement de l'agriculture et des politiques agricoles. Elle est avant tout une affaire de niveau de développement économique général, de pouvoir d'achat moyen des populations, de capacité de l'entière économie à créer des emplois productifs suffisants et durables et de diversification de l'appareil productif.”
De plus, l'Algérie n'est pas un pays à vocation agricole note le conférencier : seulement 3% du territoire algérien est propre à l'agriculture, soit huit millions d'hectares. “À ce sujet, si elle n'en n'est pas le moteur, l'agriculture constitue tout de même la base de tout projet de sécurité alimentaire durable”, dira M. Boukella. L'amélioration de la productivité agricole et le relèvement du revenu des populations agricoles rurales sont un élément déterminant pour la sécurité alimentaire individuelle et collective, dira l'intervenant tout en recommandant aux pouvoirs
publics de prendre au sérieux cette question. Et de préciser à ce propos que “les politiques agricoles peuvent contribuer à la concrétisation d'un tel projet ou, au contraire, aggraver la dépendance alimentaire”.
Dans le même ordre d'idées, le Pr Boukella revendiquera une réinsertion de l'Algérie dans le marché agroalimentaire mondial, tout en expliquant que la signature de l'accord d'association avec l'OMC et la future adhésion de l'Algérie à l'OMC “constituent des opportunités pour revoir nos politiques et lancer des partenariats avec les étrangers”.
NADIA MELLAL BOUALI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.