Une nouvelle nécropole exhumée à Aqua Tibilitana    Les précisions d'un des ex-associés    Appel à la relance du projet de loi criminalisant la colonisation    Un parti marocain crique sévèrement le Makhzen    Le représentant spécial de la Cédéao déclaré persona non grata    Le départ de Stambouli presque consommé    Les joueurs en grève    La place du malade comme enjeu central    Erratum    Le photographe Karim Bouchetata décroche la 3e place au Festival arabe du film du patrimoine    "Faim blanche", le nouveau roman d'Amin Zaoui    L'auteur Youssef Bendekhis décroche le grand prix    Objectif : diversifier l'économie nationale    Vers le plafonnement des prix de l'hôtellerie    Le prince écolo et la biodégradabilité des corps !    Pression pour la Lazio, Coupe pour le Bayern    Les tribunaux administratifs trancheront vendredi    Le cri d'alarme de Benbouzid    Installation d'une commission technique chargée du dossier    Jongler entre l'envie de... et celle de...    Belaribi ordonne le transfert de la gestion des réservoirs d'eau à l'ADE et Seaal    Enième coup d'Etat militaire    Le sort de Julian Assange suspendu à la décision de la justice britannique    Une voix d'outre-tombe    La guerre oubliée d'Algérie : les débuts de la conquête et de la colonisation (1re partie)    Haydée Santamaría, une femme dans la révolution cubaine, aux côtés de Fidel Castro    «Les constantes et les variables dans les Constitutions algériennes», thème d'un ouvrage de Mohamed Saïd Boussadia    Simple formalité pour les Algériennes    Une question d'Etat de droit    LNFA - Ligue 2: Trente-deux postulants pour deux places    Un tracteur se renverse sur oued Serdias, le conducteur sauvé    Le président du CNESE dénonce: «De la surfacturation à la sous-facturation»    Tlemcen: Protéger l'agriculture des risques climatiques    La continuité des coups d'Etat    Mobilis, Djezzy et Ooredoo avertis    Un renvoi et ensuite ?    50000 Arbres plantés    Immenses dégâts matériels    Report, au 15 novembre, du procès de Mohamed Hattab    Le verdict rendu le 7 novembre    Mystères et certitudes du gouvernement    L'Arabie saoudite fait flamber le baril    4/4 Pour les Algériens    Le gazoduc, Sonelgaz et les migrants    «L'Algérie a toujours soutenu les causes justes»    Goudjil reçoit l'ambassadeur de l'Etat de Palestine en Algérie    "COMME UN MIROIR BRISE"    MERIEM    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La prostitution fait vivre des familles
LA SOCIETE DANS UN ETAT DE DELINQUESCENCE AVANCE
Publié dans L'Expression le 09 - 04 - 2008

L'Algérie compte 1,2 million de prostituées clandestines. Chacune faisant vivre autour d'elle 3 personnes.
Comment subvenir à des besoins de première nécessité? Le moyen le plus répandu est de louer sa force de travail, en d'autres mots plus simples, occuper un emploi et recevoir un salaire acquis à la sueur de son front. En un mot, vivre dans la dignité. Recourir à l'exercice du plus vieux métier du monde, la prostitution, pour boire, manger et s'habiller est le signe révélateur d'un profond malaise. Le signe de la dépravation en marche d'une société qui a mal et qui souffre en silence.
Si l'on en croit les conclusions du sondage effectué par l'Institut Abassa, ce type de perversion toucherait une bonne partie de la population algérienne, plus de 10%.
«Les Algériens qui vivent directement ou indirectement de la prostitution sont 4 millions et sont âgés de 16 ans et plus», nous dit le rapport. Des chiffres, encore des chiffres. Les Algériens sont gavés de statistiques souvent contradictoires et très peu crédibles alors qu'ils ne cessent pas de se serrer la ceinture. Et à chaque jour suffit sa peine. Un jour c'est l'huile; pendant toute l'année ce fut la pomme de terre au point que l'année 2008 a été déclarée par l'Organisation des Nations unies «Année de la pomme de terre».
On aurait pu croire à une grosse plaisanterie à une autre époque. Et la coupe peut être considérée comme déjà pleine. Apparemment non, puisque ces nouveaux chiffres viennent noircir, et de quelle façon, un tableau du climat social déjà pas très reluisant. Pour enfoncer le clou, nous faire boire le calice jusqu'à la lie, l'enquête révèle que les Algériens qui vivent directement ou indirectement de la délinquance et de commerces illicites, sont estimés à 3 millions d'individus âgés de 16 ans et plus. Nous pouvons aisément penser que 16 ans est l'âge plafond de la scolarité obligatoire. Les sondés ayant cet âge et exerçant ces activités illicites mentionnées par le sondage, se trouveraient donc en situation d'échec scolaire.
En résumé, il existe 1,2 million d'Algériennes qui se prostituent de manière clandestine.
4 millions d'Algériens tirent leurs ressources de ce type d'activité alors que 3 millions vivent de délinquance et autres métiers illicites. Une sombre image de l'Algérie indépendante.
Si ces chiffres s'avèrent exacts, ce n'est plus la sonnette d'alarme qu'il faut tirer puisque le ver est réellement dans le fruit, mais c'est à une véritable thérapie de choc (économique, sociale et culturelle) qu'il faut procéder. Selon le rapport de l'Institut Abassa, frappé du sceau de la confidentialité, nous ne serions pas au bout de nos peines.
«Ce sondage ne livre pas non plus les données obtenues "off the record", c'est-à-dire hors questionnaire sur la population des SDF (sans domicile fixe), des errances et mendiants ainsi que sur les populations manifestant des pathologies psychologiques et psychiatriques; plus de deux millions», commente le rapport de l'Institut Abassa.
Et la cerise sur le gâteau, il ajoute que «l'Algérie marginale, révoltée ou consentante, est bien plus importante en nombre et en priorités d'agir que l'Algérie officielle telle qu'elle apparaît dans les bilans et les rapports cycliques et récurrents que présentent les gestionnaires de la cité...» Oisiveté, mal-vie, prostitution, délinquance, toxicomanie, harragas...Des signes qui ne trompent pas, de dégradation et de perversion sur lesquels les plus volontaristes des discours ne peuvent avoir d'emprise.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.