L'Opep+ décide de prolonger la Déclaration de coopération jusqu'à fin 2023    Le Président Tebboune adresse une invitation à son homologue somalien pour le Sommet arabe d'Alger    Elections partielles à Tizi-Ouzou: le FFS promet d'associer les citoyens dans la gestion de la commune    Déclaration de politique générale du Gouvernement: les députés plaident pour la modernisation du système financier    Le Président Tebboune reçoit un appel téléphonique de son homologue allemand    Parlement arabe: le sénateur Abdelkrim Koreichi plébiscité président de la Commission des AE    Revirement de Madrid sur le Sahara occidental : "une grave violation" du droit international    Rebiga reçu par les membres du Conseil présidentiel libyen    65e anniversaire de la bataille d'Issine : une occasion pour rappeler la cohésion et la solidarité algéro-libyenne    Tlemcen: raccordement de 428 exploitations agricoles au réseau électrique depuis mars    CHAN 2023 / Constantine : le stade chahid Hamlaoui sera prêt "prochainement"    Le Président Tebboune reçoit le MAE portugais    Nouvelles agressions marocaines    Le projet prend forme    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est du pays jusqu"à mercredi soir    Gymnastique/Championnat arabe: illustration de l'Algérie et l'Egypte en individuels    Les félicitations du président    Le silence de la communauté internationale déploré    Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Le 14e FIBDA s'ouvre à Alger    Améliorer la situation socio-professionnelle dans le projet de loi de l'artiste    Le silence dans l'œuvre d'Assia Djebar    Inter-Barça : Xavi indigné par l'arbitrage de la rencontre    Importation du matériel agricole: La décision entre en vigueur la semaine prochaine    Le dépistage systématique recommandé: Le cancer du sein tue 3.500 algérienne par an    Bouira: Sensibilisation sur les dangers des pétards et des feux d'artifice    Environnement n'est pas juste gestion des ordures    Il y a dix ans nous quittait Abdelkader Freha: Une légende toujours vivace    Ligue 2 - Changement de staffs techniques: Majdi El Kourdi au RCK, Boufenara au NAHD    SNTF: Grève surprise des conducteurs de train    Financement occulte de la campagne présidentielle de 2019: Saïd Bouteflika condamné à 8 ans de prison    Le Maroc enchaîne les revers    Xi Jinping a refaçonné l'armée chinoise mais aussi la région    Déluge de questions à l'APN    Amer Ouali Rachid, nouveau président    «Le gouvernement doit corriger son action»    Les enseignements d'une révolte    Les bienfaits de la médecine naturelle    Les «pétards» se mettent au...digital!    Algérie-France : c'est du concret!    Benzerti relance les Vert et Rouge    Boufenara, nouvel entraîneur    Début des éliminatoires vendredi au Caire    «Le bourreau et la victime n'ont pas la même mémoire»    Des maisons d'édition à profusion    Les super guerriers algériens présents en force    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Algérie au carrefour de trois périls
FAMINE, RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE ET TERRORISME
Publié dans L'Expression le 24 - 04 - 2008

L'Algérie n'est pas dans la zone rouge. Ses 110 milliards de réserves de change peuvent lui permettre de venir voir, jusqu'à quand?
L'économie algérienne portée par ses exportations exceptionnelles en hydrocarbures est-elle en sursis? Les dernières décisions prises par le gouvernement algérien afin de faire face à la spectaculaire hausse des prix des produits de consommation, devraient permettre de donner un répit aux citoyens. Il est prévu que le prix du blé sera revendu par l'Etat aux prix affichés sur les marchés mondiaux. L'Algérie qui émarge à la 5e place des pays importateurs de blé, achète quelque 5% de la production céréalière de la planète. Son agriculture qui a produit environ 43 millions de quintaux, l'année dernière, n'assure que 50% des besoins de la population. Ces chiffres à eux seuls témoignent de l'énorme dépendance du secteur agricole de ses produits importés. L'autosuffisance est une des priorités que se sont fixées les gouvernements successifs algériens depuis l'Indépendance. On demeure loin du compte. La sécurité alimentaire de l'Algérie n'est assurée que grâce à l'historique manne financière engrangée par ses exportations en hydrocarbures et à un baril de pétrole qui ne cesse de voler de record en record, 119,90 dollars mardi à New York.
Terrorisme, hausse des prix des produits de consommation, réchauffement climatique, ajoutons à tout cela la flambée historique des prix de l'or noir et l'on obtiendra la «recette» qu'il faut pour voir mourir à petit feu quelque 100.000.000 de personnes. Les dernières informations qui s'égrénaient et nous parvenaient, avaient de quoi mettre la puce à l'oreille. Tirer la sonnette d'alarme. L'homme le plus puissant de la planète s'est montré très inquiet. La cause: le prix du baril de pétrole qui flirtait avec les 120 dollars. «Je suis évidemment inquiet pour nos consommateurs», a déclaré le président des Etats-Unis G.W.Bush.
Mais le dérèglement de l'économie mondiale a rendu surtout vulnérables les pays les plus pauvres. Et les pays industrialisés, l'Union européenne et les Etats-Unis, peuvent culpabiliser.
Le Premier ministre britannique s'est montré disponible pour faire fléchir les objectifs de l'Union européenne en matière de production des biocarburants.
Tout le monde s'accorde actuellement à dire que la modification des cultures liées à leur production favorise la flambée des prix de certains produits alimentaires (blé, maïs, soja...). La réunion d'experts convoquée par Gordon Brown et à laquelle a pris part, mardi, le Programme alimentaire mondial des Nations unies (PAM) a qualifié la crise alimentaire actuelle de «tsunami silencieux». Elle menace de précipiter dans la famine 100 millions d'êtres humains.
«C'est le nouveau visage de la faim: des millions de personnes qui n'étaient pas classées en état d'urgence alimentaire il y a six mois qui le sont maintenant», a désespérément constaté Josette Sheeran, directrice du PAM.
La Thaïlande, premier exportateur mondial de riz, a plus que doublé le prix de cette denrée. De gros exportateurs, tels que l'Egypte, l'Indonésie, le Cambodge se sont imposés de sérieuses restrictions. Pour une simple raison: répondre à la demande de leurs populations. «Le monde consomme plus qu'il n'en produit depuis trois ans, donc les réserves se sont amenuisées», a expliqué Josette Sheeran. L'Algérie qui a mené tambour battant une stratégie de désendettement extérieur entre 2004 et 2006, s'est libérée d'une lourde contrainte financière qu'elle traînait comme un boulet.
Cela lui permet d'avoir des perspectives d'avenir qui la mettent, par ailleurs, hors de cette zone rouge: la sécurité alimentaire. Depuis une dizaine d'années environ, elle a fait face à ce fameux triptyque «terrorisme, hausse des prix, réchauffement climatique».
Pour le premier, on peut considérer qu'elle l'a vaincu. Pour le second, elle y fait face tant bien que mal. Et c'est peut-être le troisième phénomène qui risque de lui poser problème. Tous les spécialistes s'accordent à dire qu'à moyen terme, le climat risque de subir de sérieuses perturbations: augmentation de la température, du niveau des océans et des mers, sécheresse et avancée du désert...Selon certaines études, la région méditerranéenne pourrait compter parmi les plus affectées par une réduction de la pluviométrie.
Une sérieuse menace pour l'Algérie et son agriculture qui est dépendante à 50% des importations. L'élévation du niveau de la mer pourrait avoir de sérieuses conséquences sur ses infrastructures portuaires et littorales.
Son économie, qui repose essentiellement sur les exportations en hydrocarbures, peut être mise en difficulté par les efforts de réduction d'émissions de gaz à effet de serre.
Séquestrer le carbone par le reboisement ou la capture et le stockage de gaz carbonique dans le sous-sol, constitue un des mécanismes qui mènent au développement propre. Encore un défi à relever et il n'est pas des moindres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.