Réouverture prochaine des mosquées: appel au respect des mesures préventives    JO-2020: "les athlètes d'élite ont besoin d'un suivi physique et mental individualisé"    Deux employés morts et un autre blessé dans l'effondrement partiel d'un tunnel minier    Procès Khaled Drareni au tribunal de Sidi M'hamed : «Je n'ai fait que mon métier de journaliste»    Football : la LFP propose de baptiser le stade de Saïda au nom de Saïd Amara    Le général Gouasmia nouveau commandant de la gendarmerie nationale    Effacement des pénalités et rééchelonnement des dettes    El Mou'amara !    LE SOIR D'ALGERIE FÊTE SES 30 ANS    L'Assemblée générale extraordinaire du GS Pétroliers mercredi...    Mandi, un autre Algérien en Premier League ?    Révision du calendrier des demi-finales    Marche des supporters de l'ES Sétif    La chambre d'accusation statuera demain    Les travailleurs de l'Enad de Sour-el-Ghozlane en colère    10 000 da d'amende pour les 40 participants à une excursion en mer    8 décès et 507 nouveaux cas en 24 heures    Accident de la route : 23 morts et 1311 blessés en une semaine    Stéréotypes stériles ou regard objectif    Artisan de la réconciliation en Irlande du Nord : John Hume est mort    US Tébessa : Le club victime de son propre entourage    Barrage éthiopien sur le Nil: le Soudan, l'Egypte et l'Ethiopie reprennent leurs pourparlers    Covid-19 et Toufik-34    Nouvelles de Tiaret    Marché des assurances : Marco Cuneo, nommé CEO d'AXA en Algérie    Relations franco-algériennes : Confrontation des mémoires    Sidi Bel Abbès : Perturbation de l'alimentation en eau durant l'Aïd    Circonscription administrative de Rouiba : Plus de 13 000 peaux de mouton collectées    Un hommage aux musulmans morts pendant les deux guerres mondiales : «Leur sacrifice nous engage tous»    Les obsèques de Gisèle Halimi célébrées le 6 août à Paris : «Je veux crier fort pour ces voix qui se sont tues et celles que l'on ne veut pas entendre»    Nouvel Ouvrage de Ammara Bekkouche édité par le CRASC : Une réflexion originale sur comment cultiver l'urbain à Oran    Lancement du concours de lecture créative par l'ONUDC : Le conteur Mahi Seddik parmi le jury de sélection des lauréats    Décès du Dr Cherifi Mohamed, un des fondateurs de l'ONEC    Chlef: Le nouveau chef de la sûreté de wilaya installé    FAF - Après l'arrêt du championnat: Des dirigeants de clubs montent au créneau    Boulevard «Emir Abdelkader»: Un immeuble menaçant ruine suspend un arrêt du tramway    Rachat et matières essentielles: Le ministère de l'Education dément les rumeurs sur le bac    Des départs plus grands !    DECOMPTE ET ANNIHILATION    Djerad parle d'"actions préméditées"    Ankara dénonce un contrat pétrolier américano-kurde en Syrie    Verdict pour quatre suspects    Le Liban s'enferre dans une crise multiforme    Pour un élargissement des domaines de compétences    Le périmètre irrigable a augmenté à Souk Ahras    "La pensée d'Albert Memmi est sans compromission"    L'émergence du monothéisme en Afrique du Nord    18 civils tués dans une attaque du groupe terroriste Boko Haram    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





El Ayoun accueille des élus français
33E ANNIVERSAIRE DE LA RASD
Publié dans L'Expression le 03 - 03 - 2009

Les élus français sont venus pour entendre, comprendre et mieux connaître le «conflit oublié».
A l'invitation de l'Associa-tion algérienne de solidarité avec le peuple sahraoui (Cnaps), 140 élus français et quelques responsables associatifs ont séjourné pendant trois jours dans les camps des réfugiés sahraouis. Ils se sont entretenus longuement avec la population. Cette rencontre porte le cachet de l'amitié retrouvée et de la solidarité internationale. C'est en présence du président de la République arabe sahraouie démocratique (Rasd) Mohamed Abdelaziz, du chef de la délégation algérienne, Sadek Bouguettaya, et du vice-Premier ministre de Timor-Est que les festivités ont lieu. Le représentant de Timor-Oriental qui jouit de son indépendance partage avec le peuple du Sahara occidental «un capital de lutte pour l'émancipation injustement refusée».
A El Ayoun, la participation de ces parlementaires et élus municipaux issus de la diversité et du large spectre politique français se veut une mission exploratoire.
Nadia Hamoudi, adjointe au maire de Tours, estime que le sujet du Sahara occidental est méconnu en France. Il a été occulté par le conflit israélo-palestinien. Cette rencontre participe effectivement, de la méconnaissance totale de la réalité sahraouie et de sa marginalisation dans le débat français fermé au cas sahraoui. Les élus français sont venus pour entendre, comprendre et mieux connaître le «conflit oublié». Pour sa part, Salah Merabti, président de la communauté islamique d'Indre-et-Loire assure que «loin de toutes considérations géopolitiques, je fais une visite d'information pour combler les lacunes sur la question sahraouie, de mes propres yeux». Le «boulot» que les élus ont effectué va leur permettre «de faire le travail de sensibilisation autour des associations à caractère humanitaire et social». Cette visite, pour la plus jeune élue, Ager Ouslati du Val-de-Marne (22 ans), aide à «prendre conscience de ce qui se passe dans la région». Elle espère que l'opinion internationale se réveille pour faire «barrage à l'injustice qui sévit à quelques centaines de km de la France».
La visite des élus français est restée au niveau humanitaire, ils ne se sont pas prononcés sur la position des officiels français qui soutiennent le Royaume chérifien dans son injustice vis-à-vis des Sahraouis. Les Sahraouis ont formé un véritable groupe, à la placette d'El Ayoun, autour
de l'Association d'intervention sociale de la France et du Mouvement paix sans frontières, qui sont arrivés de Metz pour voir de près la réalité dramatique. «Aujourd'hui nous venons de découvrir la face cachée du drame aux portes de Paris». Le militantisme en faveur des Sahraouis sera renforcé à partir de la France, ont promis les deux associations.
«Je ne connais pas particulièrement ce dossier. J'ai été sollicité en tant qu'élu pour aller voir dans quelles conditions vivent les réfugiés sahraouis dans les camps de Tindouf et j'ai répondu présent. J'ai accepté pour me faire une opinion précise sur la question et voir dans quelle mesure je pourrais apporter ma contribution», explique Emile Mouheb, maire-adjoint de Cerney, une commune française, située dans la région d'Alsace (est de la France), et membre de la délégation attendue ce vendredi dans les camps sahraouis.
Toutes ces associations et l'ensemble des élus ont promis, d'ores et déjà, de clamer haut et fort l'injustice dont fait l'objet le peuple sahraoui et de faire pression sur le Maroc afin qu'il revienne sur son entêtement contre la justice et les droits humanitaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.