Sécurisation des marches citoyennes: Gaïd Salah annonce l'arrestation d'individus soupçonnés de fomenter des troubles    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Affaires Sonatrach et Autoroute Est-Ouest: Les dossiers de Chakib Khelil et Amar Ghoul transmis à la Cour suprême    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Coupe d'Algérie - 1/2 finale-retour: JSMB - ESS, aujourd'hui à 17 h 00: Un âpre duel en vue    Football - Violence et arrangements: Des résultats complètement faussés    Division nationale Amateur - Ouest: Cinq clubs dans la tourmente    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Restitution des projets financés par l'UE pour la sauvegarde du patrimoine : 5 associations oranaises présentent leurs bilans    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Soudan: Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Ali Baba et les 40 voleurs    Des armements livrés à Khalifa Haftar sans factures    Un terroriste abattu dans la région du Kef    "L'armée ne doit pas imposer son agenda"    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Van de Beek, ça coûte cher    Renato Sanches veut vraiment partir    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Championnat d'Afrique de lutte : Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    "L'aide de l'armée est capitale"    Le prix du baril pourrait flamber    Justice : Deux dossiers de poursuites contre Chakib Khelil et ses complices transmis à la Cour suprême    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Le long métrage "Abou Leïla" en compétition à la Semaine de la critique à Cannes    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    Sidi Bel-Abbés.. Saisie de kif et de psychotropes    Actions de solidarité durant le mois sacré.. Le mouvement associatif tend la main aux démunis    APRES AVOIR COMMIS NEUF VOLS CONSECUTIFS : Trois dangereux voleurs, sous les verrous à Mascara    Mahrez veut quitter City    La Casbah pleure ses victimes dans le recueillement    Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Al-Sarraj dénonce le soutien «non proportionné» de la France à Haftar    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Les pilleurs reviennent pour s'immuniser»
MOUSSA TOUATI À PROPOS DES SENATORIALES
Publié dans L'Expression le 10 - 10 - 2009

Le patron du FNA a voulu marquer sa sortie pour jauger ses capacités de mobilisation.
«Les transactions ont commencé, les ventes et les achats des voix se font à la commune comme à la wilaya», a révélé Moussa Touati qui n'a pas mis des gants pour s'en prendre aux candidats des prochaines sénatoriales. Lors de la rencontre avec ses militants, jeudi dernier à Oran, le patron du FNA a qualifié les candidats de certains partis de «revenants pour quémander l'immunité après avoir mis à sac l'Algérie». Le responsable du FNA a voulu marquer sa sortie d'Oran pour jauger ses capacités de mobilisation et voir par là même où en est la place de son parti sur l'échiquier politique national. Ainsi, à la faveur des sénatoriales, Moussa Touati a «décrété» le recours aux alliances sans exception, y compris avec le MSP. «Nous ferons des concessions dans des wilayas à la seule condition que nos alliés fassent preuve d'honnêteté dans leur démarche», a-t-il averti avant d'ajouter que cette alliance connectera le FNA aux partis disciplinés où il n' y a pas de zizanie. Pourtant ses propres bases, en particulier celles d'Oran, Tissemsilt et Médéa vivent, depuis la dernière présidentielle, au rythme d'une crise. À Oran, deux clans se livrent une bataille féroce. Le premier est guidé par Fethallah et Mekhalid, deux députés du FNA. Le second est mené par le duo Zerrouki Mohamed, membre du conseil national et le député Abou. Ayant à peine tenté d'occulter cette évidence qui prévaut au sein du bureau d'Oran, Moussa a, sur place, eu droit à plusieurs mises au point et correctifs lui ayant été formulés par le duo aux positions inflexibles composé de Zerrouki et Abou. «Plus jamais d'affaires au détriment du FNA, parti des pauvres!», s'est révolté Zerrouki assis aux côtés de Moussa Touati.
Ce dernier, sans faire dans le détail, n'a pas hésité à fustiger ses camarades de l'autre clan en les accusant de tous les maux qui rongent leur parti. D'autre part, le chemin qui mène vers la chambre basse est jonché de coups bas, les frères ennemis du FNA semblent décliner le règlement de leur compte en public. Cette nouvelle donne est, semble-t-il, ancrée dans les esprits des militants d'Oran du Front national algérien.
En effet, ils sont plusieurs élus locaux qui ne sont pas près de lâcher leur chef, Moussa Touati, mais ils lui reprochent, publiquement, d'avoir fermé l'oeil sur les agissements du député Fethallah. Ce dernier est, selon les mécontents, sur le terrain se mobilisant pour les sénatoriales avec la bénédiction de Moussa Touati tandis qu'un autre député, Abou, s'attelle, lui aussi, à cette mission. La fin de la guerre de leadership n'est pas pour demain, le premier responsable du FNA s'inscrit dans une tout autre logique, celle de la mobilisation. «La place revient aux militants, actifs, eu égard aux grands événements, comme les élections de 2012 qui approchent. Le FNA doit réitérer sa suprématie en préservant sa place comme étant la troisième force politique nationale», a-t-il lancé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.