L'Opep+ décide de prolonger la Déclaration de coopération jusqu'à fin 2023    Le Président Tebboune adresse une invitation à son homologue somalien pour le Sommet arabe d'Alger    Elections partielles à Tizi-Ouzou: le FFS promet d'associer les citoyens dans la gestion de la commune    Déclaration de politique générale du Gouvernement: les députés plaident pour la modernisation du système financier    Le Président Tebboune reçoit un appel téléphonique de son homologue allemand    Parlement arabe: le sénateur Abdelkrim Koreichi plébiscité président de la Commission des AE    Revirement de Madrid sur le Sahara occidental : "une grave violation" du droit international    Rebiga reçu par les membres du Conseil présidentiel libyen    65e anniversaire de la bataille d'Issine : une occasion pour rappeler la cohésion et la solidarité algéro-libyenne    Tlemcen: raccordement de 428 exploitations agricoles au réseau électrique depuis mars    CHAN 2023 / Constantine : le stade chahid Hamlaoui sera prêt "prochainement"    Le Président Tebboune reçoit le MAE portugais    Nouvelles agressions marocaines    Le projet prend forme    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est du pays jusqu"à mercredi soir    Gymnastique/Championnat arabe: illustration de l'Algérie et l'Egypte en individuels    Les félicitations du président    Le silence de la communauté internationale déploré    Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Le 14e FIBDA s'ouvre à Alger    Améliorer la situation socio-professionnelle dans le projet de loi de l'artiste    Le silence dans l'œuvre d'Assia Djebar    Inter-Barça : Xavi indigné par l'arbitrage de la rencontre    Importation du matériel agricole: La décision entre en vigueur la semaine prochaine    Le dépistage systématique recommandé: Le cancer du sein tue 3.500 algérienne par an    Bouira: Sensibilisation sur les dangers des pétards et des feux d'artifice    Environnement n'est pas juste gestion des ordures    Il y a dix ans nous quittait Abdelkader Freha: Une légende toujours vivace    Ligue 2 - Changement de staffs techniques: Majdi El Kourdi au RCK, Boufenara au NAHD    SNTF: Grève surprise des conducteurs de train    Financement occulte de la campagne présidentielle de 2019: Saïd Bouteflika condamné à 8 ans de prison    Le Maroc enchaîne les revers    Xi Jinping a refaçonné l'armée chinoise mais aussi la région    Déluge de questions à l'APN    Amer Ouali Rachid, nouveau président    «Le gouvernement doit corriger son action»    Les enseignements d'une révolte    Les bienfaits de la médecine naturelle    Les «pétards» se mettent au...digital!    Algérie-France : c'est du concret!    Benzerti relance les Vert et Rouge    Boufenara, nouvel entraîneur    Début des éliminatoires vendredi au Caire    «Le bourreau et la victime n'ont pas la même mémoire»    Des maisons d'édition à profusion    Les super guerriers algériens présents en force    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ces filles qui «écrasent» les garçon
BACCALAUREAT 2009/2010 TIZI OUZOU
Publié dans L'Expression le 07 - 07 - 2010

La meilleure note de la wilaya a été obtenue par la lycéenne, M.Katia, de l'établissement Krim-Belkacem de Draâ Ben Khedda.
Le lycée Ouerzeddine Achour se trouve dans la commune de Tizi Ghennif. On en parle car il est, pour la seconde fois consécutive, l'établissement qui a obtenu le meilleur taux de réussite à l'examen du baccalauréat, édition 2010. Un taux de 94, 22%: un record! La wilaya de Tizi Ouzou s'impose, elle aussi, pour la troisième fois consécutive, au premier rang dans les résultats du même examen. 79,31% de réussite; une prouesse jamais égalée dans les annales de l'Education nationale.
Plusieurs lectures peuvent être faites à la lumière des chiffres qui ressortent de la direction de l'éducation de la wilaya de Tizi Ouzou. Le meilleur lycée n'est pas obligatoirement situé dans la commune la plus riche. Deuxième point à relever: les filles écrasent les garçons. En effet, sur les 9714 élèves admis, 6627 sont des filles. Un record jamais égalé dans l'histoire. Un point qui fait l'unanimité à ce sujet est que l'avenir appartient désormais à la frange féminine.
Relevons à cet effet, que la meilleure note de la wilaya a été obtenue par une lycéenne de l'établissement Krim-Belkacem situé à Draâ Ben Khedda. M.Katia a décroché son baccalauréat avec une note de 18,02/20. La qualité des résultats obtenus se caractérise également par des mentions avec lesquelles les lycéens de la wilaya ont obtenu le sésame des études universitaires. Sur ce chapitre, il convient de signaler que quelque 4729 ont eu une note supérieure à la moyenne, c'est-à-dire un Bac avec mention.
Par ailleurs, hier, à travers les villages et les villes de la wilaya, les signes de la satisfaction étaient apparents sur tous les visages. Les parents comme les élèves ont poussé un gigantesque ouf de soulagement. La crainte d'une débâcle n'a pas lâché les coeurs pendant toute l'année scolaire. Pour en connaître davantage sur cet état d'esprit nous avons conversé avec des enseignants, des élèves et des parents. Le satisfecit est éloquent.
Dans la ville de Tizi Ouzou comme dans ses villages, les cafés réservaient souvent des boissons offertes aux clients.
«Aujourd'hui, les boissons sont offertes, quelques parents ont voulu les payer pour fêter la réussite de leur enfants au Bac» nous répondait, un serveur dans un café au Bâtiment bleu. Le geste est identique dans les cafés des villages. La liesse était générale. Certains parents n'ont pas hésité à convoquer le disc-jockey pour fêter l'exploit de leurs enfants. «Je suis heureux pour mes élèves. Ils ont eu beaucoup de problèmes durant l'année scolaire. C'est bien qu'ils réussissent, ça leur ouvre les portes des études supérieures», s'exprime un enseignant rencontré devant le lycée de Boudjima.
«Au moins comme ça, à l'université, chacun est responsable de son cursus. Avec autant de semaines de grève je ne croyais pas pouvoir passer mon Bac», s'exclamait Hayat qui a obtenu son Bac avec 14/20 de moyenne. A Tigzirt, c'est la même ambiance. Après un stress qui a duré des mois, les élèves sont libérés à présent. «Je vais passer quelques semaines à la mer avant de commencer les études à l'université», se promettait un élève du lycée Bessalah, situé dans la même ville. A Aïn El Hammam, à Azazga, à Draâ El Mizan, et à Draâ Ben Khedda, les lycéens étaient aux anges. Une certaine fierté se lisait chez les parents. Sur le classement de la wilaya de Tizi Ouzou, les élèves comme les parents et les enseignants étaient unanimes. «Nous pouvons être mieux. Nous avons obtenu la première place malgré tous les tourments que connaît la wilaya», nous dit gravement Ahmed, père d'une fille qui a obtenu 17/20. L'insécurité a, en effet, nui gravement au cursus scolaire des enfants. «Vous savez, les enfants sont sensibles à ce qui se passe dans leur entourage. Les grèves, les kidnappings, les agressions au milieu des cours des établissements sont autant de facteurs qui alimentent le malaise dans le milieu scolaire». Toutefois, il est aisé de relever que la délinquance dans les établissements a largement baissé depuis la dernière année scolaire. Par ailleurs, il est à noter que les grèves de cette année qui ont paralysé les écoles durant plusieurs semaines ont poussé les parents à tirer la sonnette d'alarme. Une pression qui a contraint les enseignants grévistes à mettre un terme à leur débrayage à quelques semaines de l'examen fatidique. Bon gré mal gré, les lycéens ont repris le chemin de l'école. La peur d'un ratage était grande. Il ne restait plus de temps pour poursuivre les programmes convenablement. «C'est un miracle. Nos enfants n'ont pas eu le temps de préparer le Bac. C'était pareil pour tous les lycéens de notre pays», affirme un autre parent d'élève.
Enfin, avec cette première place pour la troisième fois consécutive les lycéens de la wilaya de Tizi Ouzou ont prouvé que les études ne dépendent pas toujours des moyens et des conditions préétablies. Les moyens ne sont pas toujours un préalable pour obtenir des résultats satisfaisants. Un clin d'oeil à Fouroulou, ce fils du pauvre qui a eu accès à l'instruction dans des conditions lamentables. Autre point qui s'impose: les filles dominent le milieu scolaire. Une situation au présent qui promet un avenir pour la frange féminine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.