Charaf Eddine Amara, nouveau président de la FAF    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Yaoum El Ilm: Message du Président de la République    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Participation du Conseil de la nation à la réunion du Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient de l'UIP    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Ces partis à candidats «extra-muros»    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    Imposant dispositif sécuritaire durant ce mois de Ramadhan    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Diallo-Condé pour le second tour
PRESIDENTIELLE, LA COUR SUPRÊME GUINEENNE CONFIRME
Publié dans L'Expression le 22 - 07 - 2010

La Cour suprême de Guinée a confirmé mardi soir que le second tour de l'élection présidentielle se jouerait entre l'ex-Premier ministre Cellou Dalein Diallo et l'opposant historique Alpha Condé.
Les deux candidats lors du premier tour de l'élection présidentielle ont été crédités respectivement de 43,69% et 18,25% des voix le 27 juin, selon les résultats définitifs. Vingt-quatre candidats - tous civils - briguaient la présidence de ce pays pauvre d'Afrique de l'Ouest marqué par un demi-siècle de dictatures. «Le candidat Cellou Dalein Diallo, présenté par le parti politique UFDG, et le candidat Alpha Condé, présenté par le parti politique RPG disputeront le second tour de l'élection présidentielle», a déclaré le président de la Cour suprême, Mamadou Sylla, entouré de hauts magistrats, dans la salle d'audience de la Cour où de très nombreux journalistes avaient pris place. La date du second tour doit à présent être fixée par la Commission électorale nationale indépendante (Céni). Selon les résultats définitifs, l'ancien Premier ministre (1996-1999) Sidya Touré a rassemblé sur son nom 13,62% des suffrages et l'ancien chef du gouvernement (2007-2008) Lansana Kouyaté 7,04%. De son côté, Papa Koly Kourouma, très proche de l'ex-chef de la junte Moussa Dadis Camara, a obtenu 5,74% des voix. Le 27 juin, les Guinéens avaient participé dans la liesse à la première élection libre depuis l'indépendance du pays en 1958. Mais la plupart des partis avaient ensuite dénoncé des irrégularités ou des fraudes massives. La chambre constitutionnelle de la Cour suprême, chargée de statuer sur les recours déposés, a annulé, pour «irrégularité avérée», de très nombreux votes. Et le taux de participation, qui était de 77% selon les résultats provisoires, est tombé à 52% selon les résultats définitifs. «La Cour suprême, usant de son pouvoir souverain, décide que les suffrages exprimés à Matam, Ratoma (Conakry), Kankan, Mandiana (Haute-Guinée) et Lola (Guinée forestière), sont invalidés purement et simplement, et viendront en déduction du suffrage général valablement exprimé sur l'ensemble du territoire», a déclaré M.Sylla. La Cour a expliqué sa décision par le fait que les procès-verbaux de ces circonscriptions ne lui avaient pas été transmis. Elle a par ailleurs annoncé avoir procédé à «des vérifications et rectifications d'erreurs et d'anomalies dans les procès-verbaux des bureaux de vote des 18 ambassades et consulats» à l'étranger. La Guinée, ex-colonie française indépendante depuis 1958, avait d'abord été dirigée par un civil, Ahmed Sékou Touré, pendant 26 ans. Puis elle avait connu 25 ans de régimes militaires, avec le général Lansana Conté (1984-2008), puis la junte dirigée par le capitaine Moussa Dadis Camara (2008-2009). Cette élection doit mettre un terme à une transition de six mois et redonner le pouvoir aux civils. Présenté comme favori, Cellou Dalein Diallo, 58 ans, membre de l'ethnie peul, a d'abord été plusieurs fois ministre sous Conté, avant de diriger le gouvernement de décembre 2004 à avril 2006. Alpha Condé, 73 ans, d'ethnie malinké, s'est opposé à tous les régimes depuis l'indépendance. Condamné à mort par contumace sous Sékou Touré, il a passé deux ans et demi en prison (1998-2001) sous Conté pour «atteinte à la sûreté de l'Etat».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.