LNFA: les nouveaux statuts amendés par l'assemblée générale    Levée des réserves sur le navire Tinziren bloqué en Espagne    L'approche globale de l'Algérie    Le Front marocain de soutien à la Palestine prépare un plan d'action contre la normalisation    Sahara occidental: "L'UE ne doit plus se laisser faire chanter par le Maroc"    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Le Président Tebboune reçoit les lettres de créance de deux nouveaux ambassadeurs    La formation des journalistes des organes de presse, une "nécessité impérieuse"    Tayeb Zitouni appelle à la contribution de la construction d'une économie forte    Incendie à la raffinerie de Skikda : une enquête diligentée pour identifier les causes    Pétrole: l'OPEP+ adoptera le choix approprié qui consacrera le principe de prudence    Poursuivre l'opération d'assainissement du foncier agricole et de récupération des surfaces non exploitées    «La réforme du professionnalisme vise à élever le niveau du football algérien»    Un Pass sanitaire pour les voyageurs par bateau    Chutes des premières neiges sur les cimes de Chréa    SIDA: les efforts de l'Algérie dans la prise en charge des malades salués    Accompagnement psychologique et insertion sociale des sans-abris    La 8e édition en décembre à Mostaganem    Skikda: décès d'une victime de l'incendie de la raffinerie de pétrole    Le poids potentiel de la diaspora algérienne dans l'élection présidentielle française 2022    Chlef : Le nouveau parc industriel prêt à accueillir les investisseurs    Intempéries : Eboulements rocheux sur les routes à Mostaganem et à Ténès    Le jeu des alliances a bien commencé    Coupe Arabe : Une entrée en matière réussie pour les Verts face au Soudan    Grosses manœuvres contre l'Algérie    Les engagements du ministre de la Poste et des Télécommunications    Le FLN conserve son leadership, percée des indépendants    Le Collectif des Algériens établis en France presse l'ONU à agir    Lionel Messi couronné une 7e fois    Mahrez négocie sa prolongation    Et Kouffi envoya la JSK au paradis !    Semaine du court métrage    Quatre projets de loi en préparation    L'agence Cnas d'Alger ouverte les samedis    JSK- Royal Leopards reporté en raison de la pandémie    "Nous serons prêts pour les JM-2022 !"    Une quarantaine de périmètres agricoles raccordés au réseau d'électrification    La grève nationale cyclique maintenue    La mairie d'Oran change de couleur    La médiation internationale met la pression    Une exposition à Paris, célébrant Mohammed Dib    En rang serré    Adrar: Un écrivain autrichien au lycée Moulay Touhami Ghitaoui    Vers la révision des textes juridiques    Les indépendants exigent une enquête    Jbaliqs ouadjmatou en concert    Carte blanche à Islem Gueroui    Quand Annaba s'associe avec Oman    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Le baobab du cinéma arabe et africain!»
HOMMAGE À TAHAR CHERIAÂ AUX JCC
Publié dans L'Expression le 30 - 10 - 2010

Une salle debout applaudissant à tout rompre le maître d'oeuvre incontesté de ce festival né dans les années 1960. Que d'émotion!
Un hommage très émouvant a été rendu, mercredi dernier, à celui qui est considéré ici (en Tunisie) comme le fondateur des JCC, véritable père du cinéma tunisien mais aussi des cinémas d'Afrique noire et des «nouveaux cinémas» du monde arabe dont il a été le promoteur infatigable.
Le théâtre municipal de Tunis a vibré sous les applaudissements d'une salle debout devant le maître incontesté du cinéma, celui qui fut le président des ciné-clubs en Tunisie puis le créateur du Fespaco à Ouagadougou.
Pour retracer son riche et immense parcours, le public a eu à apprécier le film de Mohamed Challouf, qui lui a été consacré et intitulé Tahar Cheriaâ, notre baobab. Pionner visionnaire, Tahar Cheriaâ est en effet celui qui est à l'origine du Fespaco qui a soutenu qu'il ait lieu un an sur deux en alternance avec les JCC.
Dans les années 1960, il sera celui qui regarde vers le Sud saharien contre ceux qui regardaient vers le Nord. Présent à cet hommage aussi, la monteuse du film dira toute sa reconnaissance à ce Monsieur qui lui a ouvert la voie.
L'Egyptien Toufik Salah soulignera dans ce film documentaire, pas entièrement achevé, le rôle de ce monument tunisien dans la diffusion des films arabes dans le cadre des ciné-clubs. «C'était le parrain du cinéma. Il savait flairer les talents.» Le réalisateur burkinabé Gaston Gaboré fera remarquer que Tahar Cheriaâ «a toujours su entrer au tréfonds des cinéastes. Il savait que nos différences étaient une richesse», soulignera-t-il.
De son côté, Cheikh Omar Sissako, du Mali, dira toute la passion de M.Cheriaâ pour le cinéma. «Il en parlait avec force et nervosité.»
Et d'ajouter: «Les cinéastes d'aujourd'hui doivent comprendre qu'ils ont une mission: rendre compte de ce continent, apporter à l'écran une façon de dire, d'aimer, de souffrir et de lutter, qui sont celles de nos sociétés africaines. Il s'agit de faire des films utiles, pour qu'il y ait plus de productions africaines et assurer leur distribution.»
Noureddine Sael, directeur du Centre de la cinématographique marocaine, qualifiera Tahar Cheriaâ d'icône du cinéma africain, dans le sens de sa régulation du marché.
Le célèbre réalisateur de Teza, Tanit d'or des JCC 2008, Haile Gerima d'Ethiopie, dira pour sa part: «Quand on rencontre Tahar, on sent que le cinéma africain est né dans la lutte.»
Autres figures de proue qui ont compté dans la vie de Tahar Cheriaâ sont incontestablement Sembene Ousmane mais aussi la réalisatrice égyptienne Ateyyate,,présente elle aussi dans la salle.
Cette documentariste ayant à son actif plus de vingt-neuf documentaires, a reçu par ailleurs, durant cette 23e session des JCC, un hommage en recevant le Prix de la présidence de l'Organi-sation de la femme arabe (OFA). Après ce documentaire passionnant, un autre film faisant parler le monument du cinéma tunisien a été également montré. Celui-la a été fabriqué par un étudiant de l'Institut supérieur des multimédias de Tunis.
La venue de Tahar Cheriaâ en chaise roulante, a été perçue comme une révélation divine. Les Tunisiens peuvent se targuer de posséder un homme de sa trempe qui fut un grand militant pour le rayonnement du cinéma arabe et africain en veillant à sa diffusion dans le monde. Les JCC aujourd'hui, lui doivent beaucoup.
Dora Bouchoucha, son successeur, est cet enfant spirituel qui a repris le flambeau haut la main et tente de faire maintenir la qualité de ce festival tant bien que mal. Car un festival c'est un défi permanent eu égard à l'impact de la mondialisation à laquelle nous devons faire face. Affirmer son identité par l'image est plus que jamais une gageure au quotidien et les JCC s'y emploient magnifiquement bien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.