Tebboune opéré avec succès du pied droit    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    En attendant la bonne thérapie    Assainissement de l'affichage publicitaire à Aïn El Turck: Des panneaux illicites démantelés et des mises en demeure    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Après le sit-in à la Faculté de médecine: L'administration répond favorablement aux revendications des étudiants    Rapport Stora sur la colonisation: Pas de «repentance ni d'excuses»    Perte de 131.000 postes d'emploi    Des derbies et de belles affiches au menu    265 nouvelles contaminations et 6décès en 24 heures    Un nouveau projet de loi en cours    La présidence rassure sur l'état de santé du chef de l'Etat    "Ni repentance ni excuses"    Mondial 2021 de Handball. Algérie 26 – France 29 : Le sept national passe à côté d'un exploit    Plein cap sur l'électrique    Hollywood out !    Véritable moelleux au chocolat    L'état-major de l'ANP marque sa présence aux frontières sécuritaires du pays    La gamme Dacia étoffée    Expo «La Chine vue par Hachemi Ameur 3»    Le producteur Phil Spector, faiseur de tubes et magicien du son    Visant «la promotion de la distribution de l'activité culturelle et artistique» Une convention de coopération entre les ministères de la Culture et de la Défense nationale    LFP : Les sanctions tombent    Le MCA aura le statut de filiale de Sonatrach    3 décès et 249 nouveaux cas    Abbas attendu aujourd'hui à Béjaïa    Crise structurelle des caisses de sécurité sociale    "Le pouvoir se fait hara-kiri"    Six mois de prison ferme pour cinq hirakistes    Youcef Nebbache comparaîtra en citation directe le 28 janvier    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Près de 140 morts en trois jours    Les personnels du Commerce à nouveau en grève    La commune se tourne vers les marchés couverts    L'ONU réclame une aide d'urgence de 76 millions de dollars    Ferhat Aït Ali signe quatre autorisations provisoires    Transition énergétique : «Le rôle de Sonelgaz est incontournable» selon Chaher Boulakhras    Energies renouvelables : Création d'une entreprise de production et de distribution des énergies renouvelables    USM Alger : Nadir Bouzenad nouveau secrétaire général    Les Marocains "digèrent mal" le couscous maghrébin    "La question kabyle dans le nationalisme algérien 1949-1962", un livre de Ali Guenoun    Roman-pamphlet contre les tabous du viol    Investiture de Biden aujourd'hui: Une cérémonie sous haute surveillance    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    Le visa est devenu un enjeu diplomatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les écrivains présents en masse
Publié dans L'Expression le 01 - 11 - 2010

Depuis l'ouverture du Salon, des écrivains de tous horizons ont pu rencontrer leurs lecteurs.
Le Salon international du livre qui se tient à l'esplanade du Complexe olympique Mohamed-Boudiaf d'Alger depuis le 27 octobre dernier, a enregistré une présence record des écrivains, aussi bien d'expression amazighe, qu'arabe ou française. C'est sans doute l'un des côtés positifs le plus important de ce festival du livre et ce, au-delà de son aspect commercial.
Les écrivains algériens se sont de tout temps, plaints de l'absence d'espaces où ils pourraient s'exprimer et parler de leurs livres. Ce Salon est sans doute une opportunité inespérée. Lors de notre tournée au Salon le samedi dernier, nous n'avons eu de cesse de croiser des écrivains qu'il n'est pas évident de voir ailleurs, en l'absence d'une activité régulière autour du livre et de ses auteurs tout au long de l'année. Le fait que les organisateurs aient ouvert leurs portes à un maximum d'auteurs confirmés est un bon signe et peut laisser espérer que lors des éditions prochaines, les portes seront encore plus ouvertes aux écrivains les plus réticents à prendre part à des activités ayant un cachet aussi officiel. Mais des interventions libres comme celles d'Azouz Begag qui s'est exprimé en toute liberté, lors de sa conférence, peut aussi présager que ce Salon bénéficie d'une certaine liberté d'expression qui encouragerait les auteurs qui tiennent à leur liberté de ton.
Depuis l'ouverture du Salon, des écrivains de tous horizons ont pu rencontrer leurs lecteurs. Nous ne parlons pas seulement des auteurs qui ont un accès plus facile aux médias à l'instar de Wassiny Laâradj, Amine Zaoui et autres, mais nous voulons aussi mettre en exergue des auteurs ayant beaucoup publié, mais que le grand lectorat n'a hélas pas trop d'occasions de les découvrir. Il s'agit d'écrivains vivant et travaillant dans l'arrière-pays et auxquels l'humilité ne permet souvent pas d'aller solliciter les médias.
C'est le cas de l'écrivain bilingue et enseignant à l'université d'Alger Mohamed Sari. Ce dernier a pris part, le week-end dernier, à une conférence sur la littérature et la traduction. Rencontré avant-hier samedi en fin d'après midi, Mohamed Sari nous a confié qu'il va dédicacer son recueil de nouvelles en langue française, intitulé Le Naufrage, le 2 novembre prochain au stand des éditions Alpha. L'écrivain d'expression arabe, Saïd Boutadjine, auteur d'un grand nombre de livres dans plusieurs genres était également au rendez-vous du Salon.
Saïd Boutadjine a enseigné à l'université de Tizi Ouzou, à l'instar de Mohamed Sari, avant d'aller à l'université de Khenchela où il a lancé une revue universitaire.
Ce Salon a été l'occasion pour lui de s'exprimer et de parler de ses ouvrages, comme il a tenu à le préciser lors de notre rencontre, avant-hier.
D'autres auteurs, qu'il est impossible de citer dans leur totalité, étaient également au Sila, à l'image des écrivains d'expression amazighe comme Brahim Tazaghart et Mohand Arkat, entre autres. Le Sila est une opportunité pour le lecteur de tisser des contacts avec des écrivains comme Rachid Boudjedra, Merzak Bagtache, Zineb Laoudj, Abdelkader Djemaï qui revient d'un long exil et tant d'autres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.