Le Président Tebboune reçoit les lettres de créance de deux nouveaux ambassadeurs    Levée des réserves sur le navire Tinziren bloqué en Espagne    L'approche globale de l'Algérie    Le Front marocain de soutien à la Palestine prépare un plan d'action contre la normalisation    Sahara occidental: "L'UE ne doit plus se laisser faire chanter par le Maroc"    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Poursuivre l'opération d'assainissement du foncier agricole et de récupération des surfaces non exploitées    La formation des journalistes des organes de presse, une "nécessité impérieuse"    Tayeb Zitouni appelle à la contribution de la construction d'une économie forte    Incendie à la raffinerie de Skikda : une enquête diligentée pour identifier les causes    Pétrole: l'OPEP+ adoptera le choix approprié qui consacrera le principe de prudence    Materazzi répond à la provocation d'Ibrahimovic    «La réforme du professionnalisme vise à élever le niveau du football algérien»    Un Pass sanitaire pour les voyageurs par bateau    Chutes des premières neiges sur les cimes de Chréa    SIDA: les efforts de l'Algérie dans la prise en charge des malades salués    Accompagnement psychologique et insertion sociale des sans-abris    La 8e édition en décembre à Mostaganem    Skikda: décès d'une victime de l'incendie de la raffinerie de pétrole    Le poids potentiel de la diaspora algérienne dans l'élection présidentielle française 2022    Chlef : Le nouveau parc industriel prêt à accueillir les investisseurs    Intempéries : Eboulements rocheux sur les routes à Mostaganem et à Ténès    Le jeu des alliances a bien commencé    Coupe Arabe : Une entrée en matière réussie pour les Verts face au Soudan    Et Kouffi envoya la JSK au paradis !    Le Collectif des Algériens établis en France presse l'ONU à agir    Grosses manœuvres contre l'Algérie    Les engagements du ministre de la Poste et des Télécommunications    Les partis contraints aux alliances    La presse de l'Est du pays met l'accent sur les résultats préliminaires des élections locales    Lionel Messi couronné une 7e fois    Mahrez négocie sa prolongation    Semaine du court métrage    JSK- Royal Leopards reporté en raison de la pandémie    "Nous serons prêts pour les JM-2022 !"    L'agence Cnas d'Alger ouverte les samedis    Une quarantaine de périmètres agricoles raccordés au réseau d'électrification    La grève nationale cyclique maintenue    Quatre projets de loi en préparation    La médiation internationale met la pression    Une exposition à Paris, célébrant Mohammed Dib    En rang serré    Adrar: Un écrivain autrichien au lycée Moulay Touhami Ghitaoui    Vers la révision des textes juridiques    Les indépendants exigent une enquête    Jbaliqs ouadjmatou en concert    Carte blanche à Islem Gueroui    Quand Annaba s'associe avec Oman    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Algérie récompensée haut la main
CLÔTURE DES JOURNEES CINEMATOGRAPHIQUES DE CARTHAGE
Publié dans L'Expression le 02 - 11 - 2010

Si les Palmiers blessés, une coproduction tuniso-algérienne, rafle le Prix du jury enfant, Le Voyage d'Alger de Abdelkrim Bahloul a été le récipiendaire du Prix du public et du Tanit d'argent.
C'est dans une ambiance bon enfant que la cérémonie de clôture de la 23e édition des Journées cinématographiques de Carthage a eu lieu, dimanche soir, en direct du théâtre municipal de Tunis, en présence du ministre de la Culture et de Sauvegarde du patrimoine tunisien, et les festivaliers. Durant neuf jours, les Tunisois ont vécu au rythme du cinéma arabe et africain. Un programme chargé a été tracé durant les JCC 2010, décliné en ateliers de projets, projections, rencontres, colloques, mais aussi débats, échanges et partage.
Un festival dédié à la jeunesse, ayant permis au public de rire, de pleurer mais aussi de rêver. Avant de dévoiler le palmarès, un prix a été décerné à la documentariste égyptienne, Ateyyat El Abnoudi, offert par la présidence de l'Organisation de la femme arabe. Après un récapitulatif palpitant en images des journées passées durant ce festival, place a été donnée à la remise des prix aux meilleurs projets de film.
Ce sont onze porteurs de projets qui ont été en effet amenés à défendre leurs oeuvres en tentant de décrocher les bourses offertes par diverses institutions. Parmi ces réalisateurs chevronnés, on citera l'auteur du court métrage Khouya, en compétition officielle, l'Algérien Yanis Koussim qui a été le récipiendaire du prix Sotigui Kouyaté, d'une valeur de dix mille euros. Yanis Koussim a participé à l'atelier «Projets» avec un scénario de long métrage intitulé Bahara.
D'autres prix à la finition ont été attribués par la suite. Mais avant cette cérémonie des prix, la musique a eu droit de cité avec Alia Salami. Puis place à la sélection du meilleur court métrage national. Le Deuxième prix est revenu au romantique The last song de Hmeida Behi tandis que le Premier prix est revenu à l'excellent court métrage Vivre de Walid Tayaâ.
Le Tanit d'Or du meilleur documentaire, autre nouveauté de ce festival cette année, est revenu au très drôle mais intelligent Fix me du Palestinien Raed Andoni. Le Prix du jury enfant est revenu quant à lui au film Les Palmiers blessés de Abdelatif Ben Amar, une coproduction tuniso-algérienne. Autrement dit, une distinction pour nous aussi Algériens.
Dans son intervention, le président du jury de la section long métrage dira avoir primé ce qui semblait être «innovant et inspirant» tout en faisant remarquer qu'il reste beaucoup à faire car «le cinéma ne va pas bien», dit-il.
Dans la catégorie compétition internationale du court métrage, le Tanit de bronze a été décerné à l'Ethiopien Lezare de Zelam Woledmariam.
Le Tanit d'argent est revenu à Pumzi de Wanuri Kahiu, ou comment l'humanisme est traité dans un film de science-fiction.
Le Tanit d'Or du meilleur court métrage est revenu à Linge sale de Malik Amara pour «sa cohérence esthétique sur un récit mené avec poésie» sur la société de consommation et le mariage notamment.
Le Prix du public est revenu haut la main à Voyage à Alger d'après l'histoire autobiographique de son réalisateur, Abdekrim Bahloul. Ce dernier a émis un souhait à la tribune du Théâtre municipal de Tunis, celui de voir un jour abolir les frontières qui séparent l'Algérie, la Tunisie et le Maroc.
Le Prix de la meilleure interprétation masculine est revenu à l'Egyptien Yacine Asser dans le film Message de la mer de Daoud Abdel Sayed, tandis que le Prix de la meilleure interprétation est revenu à Denis Newman dans le bouleversant film sud-africain Shyrley Adams de Oliver Hermanus. Avant de décerner la mention spéciale, Raoul Peck dira combien il est parfois injuste de récompenser certains films et pas d'autres. «Quel que soit le résultat final, il reste quelque chose qui nous touche et c'est déjà beaucoup.»
Ainsi, la mention spéciale est revenue au film libanais Chaque jour est une fête, du réalisateur Dima El Horr et ce, pour ses «tableaux iconoclastes d'un grand contraste avec un monde où ni l'amour ni la guerre n'ont de sens».
Le Tanit de bronze a été, quant à lui, décerné au film très drôle mais au discours réfléchi La Mosquée du Marocain Daoud Ayoulad Syad. Le Tanit d'argent a récompensé Le voyage d'Alger car il nous rappelle, nous souligne-t-on «que notre liberté repose sur ce qui a été précédé» en reconnaissance à une femme courage qui a su aller jusqu'au bout de son combat.
Enfin, le Tanit d'Or est revenu au film égyptien Microphone d'Ahmad Abdalla avec dans le rôle principal Khaled Aboul Naga présent en outre aux JCC en tant que membre de jury dans la catégorie documentaire et meilleur court national. Microphone a été primé pour l'audace du sujet traité, pour sa musique dans une société qui refuse de lui octroyer une place. Le réalisateur soulignera, en effet, que ce film donne l'opportunité de s'exprimer à ceux qui n'ont pas de voix.
Ce prix va faire la différence et encouragera certainement les autres artistes en Egypte», dira le sémillant et sympathique Khaled. Notons que la compagnie d'assurance française Groupama a promis d'octroyer dix mille euros pour ce film comme aide à sa distribution dans le monde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.