Le FFS s'indigne et demande le retrait de l'article 87 bis du code pénal    Domenech abonde dans le sens de Belmadi et ses propos sur Delort    L'Algérien Mohamed Belhocine élu    Des mesures urgentes pour "décongestionner" Alger    Milan AC : Ibrahimovic fait son retour dans le groupe    Stambouli : "Nous sommes prêts pour le défi"    Tirage au sort des barrages le 18 décembre à Doha    Début des travaux de regarnissage de la pelouse    Signature de trois conventions-cadres avec l'Anade    Campagne de maintenance des raccordements au gaz naturel    Arrestation de trafiquants de drogue présumés    La Seine d'horreur    De la berceuse de Fairouz ou de l'audit ?    sortie culturelle    CS Constantine-MC Oran en ouverture de la saison    Galtier trouve Belmadi «excessif»    Belmadi invité à la visioconférence    6 morts et 30 blessés dans des échanges de tirs à Beyrouth    Le marché de gros de Semmar prochainement transféré à El-Kharrouba    Une entrée de gamme satisfaisante    Violent incendie dans un appartement    Jambes lourdes et alimentation équilibrée    Mon beau chien Giscard...    Comment bloquer les appels indésirables ?    Elections à l'algérienne et syndrome du boycott    Ils ne nous aiment pas...    Focus sur le cinéma d'émigration    Ouverture aujourd'hui à Annaba    Une visite et des attentes    Des enfants exploités: La mendicité pointée du doigt    Industrie pharmaceutique: Des dispositions réglementaires pour «booster» le secteur    Tlemcen: Un militaire tué et deux autres blessés dans l'explosion d'une bombe    Bouira: Deux morts et 2 blessés dans un accident de la route    «Pesez de votre poids sur la politique française!»    Révélations sur une alliance criminelle    Les Russes en prospection à Tamanrasset et Djanet    Belaribi brandit l'expérience algérienne    C'est l'apanage des mamans!    L'Irlande appelle à la reprise des négociations    Le Makhzen et ses promoteurs aux abois    L'ONU appelle à la cessation des combats à Marib    Quelles incidences?    Des rejets à la pelle    Me Mourad Oussedik et la défense de rupture    Deux séquences de la barbarie coloniale    La France muette face à ses massacres    La prise d'otage de tout un peuple    Petite histoire du culte de la vache au lait d'or noir.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'insurrection qui fait trembler le roi
L'ARMEE MAROCAINE MASSACRE DES CIVILS SAHRAOUIS
Publié dans L'Expression le 10 - 11 - 2010

La révolte du peuple du Sahara occidental sous occupation montre bien l'inanité de la prétendue «marocanité» du territoire sahraoui.
Le calvaire continuait hier pour des milliers de Sahraouis pris en tenaille par les forces de répression marocaines qui ont tiré à balles réelles sur une population désarmée retranchée dans le «camp de la liberté». Un véritable massacre à ciel ouvert et surtout à huis clos, les autorités chérifiennes ayant cadenassé le territoire sahraoui et refoulé, lundi, des personnalités européennes désireuses de voir ce qui se passait au Sahara occidental, occupé depuis 35 ans par les forces armées marocaines.
Le bilan donné hier par le Front Polisario est lourd, très lourd, avec pas moins de 11 morts recensés, 723 blessés auxquels s'ajoutent 159 personnes portées disparues. Le campement de la liberté, qui abrite 25.000 personnes, a été érigé le 19 octobre dernier par les habitants d'El Aâyoune, qui y ont trouvé refuge et décidé de braver le roi et son armada policière et militaire. Très rapidement, l'armée d'occupation a encerclé le camp et privé, depuis plusieurs jours, sa population de ravitaillement.
Toutefois, malgré les privations, les forces d'occupation ne sont pas parvenues à entamer la détermination des Sahraouis, qui donnent à voir au monde le visage hideux de l'occupation marocaine. D'autant plus que la veille de l'assaut de son armée contre une population désarmée, le souverain alaouite, Mohammed VI, promettait monts et merveilles aux Sahraouis indiquant notamment: «Nous ne ménagerons aucun effort pour qu'ils (les Sahraouis) exercent leurs droits fondamentaux, notamment le droit à la liberté d'expression, de mouvement et de retour à leur mère patrie». Cette promesse avait en fait la couleur du sang Le roi déchanta cependant, quand les Sahraouis lui ont bien fait savoir qu'ils ne croyaient pas un seul mot de ce que disait le maître du Maroc.
La réponse du roi? La répression, une répression féroce qui dit bien le degré d'avilissement où est parvenu le Makhzen qui fait un recours désespéré à la force pour faire plier un peuple qui lui tient tête depuis 35 années.
Le monde entier est désormais témoin de quel genre de liberté d'expression et de quel mouvement parlait le roi du Maroc. Cette répression surdimensionnée du Maroc contre le peuple sahraoui qu'il ne réussit pas à asservir, traduit en fait la peur d'un monarque qui voit le contrôle des évènements lui échapper alors que l'insurrection sahraouie fait trembler le trône alaouite sur ses bases. D'ailleurs, cette terreur gratuite contre un peuple désarmé et sous le joug de l'occupation, a fait réagir la communauté internationale qui a vigoureusement condamné l'usage excessif de la force contre un peuple qui ne demande que son droit.
Ainsi, le ministre italien des Affaires étrangères, M.Franco Frattini, n'a pas manqué de faire part de sa «grave préoccupation» au lendemain de l'attaque marocaine contre le «camp de la liberté» sahraoui, rapportait hier l'agence de presse italienne AGI.
«Nous sommes extrêmement préoccupés pour les victimes et les nombreux blessés causés» par cette attaque, a affirmé M.Frattini dans un communiqué publié par le ministère des Affaires étrangères. Il a appelé «les parties (en conflit, Maroc et Front Polisario) à poursuivre des négociations constructives (...) sous les auspices de l'Organisation des Nations unies». De son côté, l'Association des amis de la Rasd a dénoncé hier «avec vigueur» l'agression par les forces d'occupation marocaines, des populations sahraouies du «camp de la liberté», à Gdeim Izik (près d'El Aâyoune occupée) en état de siège. Comme à l'accoutumée, voulant réprimer à huis clos, les autorités de Rabat avaient refoulé, lundi, nombre de personnalités désireuses de se rendre dans le Sahara occidental occupé et plus précisément sur les lieux du massacre dans le camp de la liberté.
C'est ainsi que le député-maire français, Jean-Paul Lecoq, membre du PCF, membre de la commission des Affaires étrangères à l'Assemblée nationale française, a été refoulé à Casablanca, expulsé par les autorités marocaines et sa police et empêché de se rendre au Sahara occidental. Réagissant à cette expulsion, le ministère français de Affaires étrangères a «profondément regretté» la décision marocaine de refouler M.Lecoq, qu'il a qualifiée de «surprenante» et demandé «des explications» à Rabat. D'autre part, le député européen espagnol, Willy Meyer, a également été empêché lundi de descendre de son avion à El Aâyoune, a indiqué l'Association des amis de la Rasd. En voulant empêcher la communauté internationale de se rendre compte elle-même sur ce qui se passe au Sahara occidental, le roi du Maroc aura surtout réussi à braquer les lumières sur un territoire en état de siège où l'armée marocaine réprime tout un peuple à huis clos. Cela ne pouvait durer. La révolte du peuple du Sahara occidental sous occupation montre bien l'inanité de la prétendue «marocanité» du territoire sahraoui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.