La ville d'Akbou s'anime    Anouar Malek arrêté en Turquie    Benabderrahmane au charbon    Le groupe d'amitié Algérie-Arabie saoudite installé    La loi de finances reportée à dimanche prochain    Développement en stand-by    En un combat douteux    Poutine promet la victoire en Ukraine    Buhari s'engage    L'Algérie, un sérieux candidat    Tirage clément pour l'Algérie    Le compte à rebours enclenché    Quand l'huile franchit les frontières    60 milliards de DA réalisés en 2022    «Le don des reins est en déclin permanent»    Les effets d'une profonde prise de conscience    «Les archives ne sont pas la propriété de la France»    Hamza Bounoua commissaire pour la session 2024    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le Président Tebboune ordonne la création d'une autorité portuaire pour une meilleure gestion des ports    Formation d'enseignants-chercheurs en langue anglaise: Méthode d'enseignement "bien ficelée"    Le président de la Cour constitutionnelle prend part en Indonésie à la 5e Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle    Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    8e édition du Prix littéraire Mohammed Dib: "la short list" dévoilée    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Man City : Guardiola évoque son avenir    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Djelfa, Touggourt et Hassi Messaoud: De l'huile, des cigarettes et des psychotropes saisis    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Trabendisme mental !    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Grazie Meloni !    Une sérieuse alerte    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'imbroglio libyen
AU 14E JOUR DE LA REVOLTE
Publié dans L'Expression le 01 - 03 - 2011

La situation demeure confuse en Libye où El Gueddafi ne donne pas signe de vouloir partir alors que, face aux sollicitations internationales, l'opposition met en garde contre toute ingérence étrangère.
«Pas d'intervention étrangère, le peuple libyen peut y arriver seul», c'est en ces termes qu'une plaque apposée sur la principale avenue de Benghazi prévenait, hier, contre toute ingérence étrangère. En effet, face à la sollicitude de la communauté internationale, les Libyens en révolte rejettent toute opération militaire qui les déposséderait de leur soulèvement. «Le reste de la Libye sera libéré par le peuple libyen», a affirmé dimanche à Benghazi (est) le porte-parole du comité de la révolution Abdelhafez Ghoqa, récusant «toute ingérence ou opération militaire étrangère». Pour autant, la Libye est «complètement calme», affirmait dimanche, le colonel El Gueddafi, dans une déclaration exclusive accordée par téléphone à la chaîne de télévision serbe Pink TV. «Des gens ont été tués par des bandes terroristes qui appartiennent sans aucun doute à Al Qaîda», a-t-il tout juste admis au 13e jour d'une révolte sans précédent, précisant qu'un «petit groupe» d'opposants était actuellement «encerclé», a-t-il poursuivi. Or, depuis le début de la révolte le 15 février qui a fait des centaines de victimes selon le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki moon), ses déclarations n'ont plus d'impact. Le légendaire «qaïd» se retrouve dos au mur. Au 14e jour d'un mouvement de révolte sans précédent qui s'est mué en insurrection, El Gueddafi et ses forces ne contrôlent plus que Tripoli et sa région. Dans ce sillage, les différentes villes rebelles communiquent, mais il n'y avait pas d'organisation centrale capable de proposer une stratégie conjointe pour chasser El Gueddafi du pouvoir. C'est dans ce contexte qu'a été annoncé, dimanche soir, la création d'un «Conseil national» de la transition dont l'objectif est de préparer la Libye au changement. Le conseil a expliqué le porte-parole de la contestation est «le visage de la Libye pendant la période de transition», ajoutant que les consultations se poursuivent à propos de la composition et de la fonction de ce nouvel organe. Malgré les circonstances tragiques, l'insurrection tente de vaincre le spectre du «chaos» que le régime de Mouamar El Gueddafi n'a cessé d'agiter, même si la vie dans les villes «libérées» de Libye est loin d'être normale. A Benghazi, il n'y a plus de cours depuis le 17 février, la plupart des commerces sont également fermés, l'approvisionnement faisant défaut, l'activité du port se limite à l'évacuation des étrangers. Face à une activité considérablement réduite, le comité civil qui a pris en main la gestion de la ville a réussi à assurer de manière efficace les services de base. Le comité a placé des gardes pour protéger les installations vitales «centrales électriques, pétrochimiques, coopératives alimentaires» et lancé des patrouilles diurnes et nocturnes de volontaires armés. Sur le plan international, l'Union européenne a finalement réagi. Elle a adopté, hier, un embargo sur les armes et des gels d'avoirs visant 26 dirigeants libyens, allant au-delà des sanctions décrétées par l'ONU, mais plusieurs capitales demandent à présent d'aller plus loin en gelant tous les paiements prévus en faveur de Tripoli. La décision a été prise via une procédure accélérée, d'abord lors d'une réunion des ambassadeurs des pays européens à Bruxelles, validée ensuite au niveau ministériel. En plus des mesures onusiennes, l'UE a aussi «interdit le commerce avec la Libye des équipements qui peuvent être utilisés à des fins de répression interne», a-t-on précisé. Alors que la liste des personnes visées par les gels d'avoirs de l'ONU ne comportait que six noms, l'UE a décidé d'y ajouter «20 individus responsables de la répression violente à l'encontre de la population civile», est-il souligné. La communauté internationale, l'Occident en tête, réfléchit, par ailleurs, à une interdiction de l'espace aérien libyen en mesure d'empêcher des bombardements de la population. Une interdiction du survol de la Libye serait «sans aucun doute utile» et «éviterait les bombardements en Cyrénaïque (est) et dans les zones soustraites au contrôle du régime de El Gueddafi», a déclaré hier le ministre italien des Affaires étrangères, Franco Frattini.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.